court métrage : bilan concernant l’attribution de la Bourse des festivals du CNC en 2010

Paris, le lundi 13 décembre 2010

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a mis en place, en 2007, un dispositif d’aide intitulé la « Bourse des Festivals » dont l’objectif est double : encourager les festivals promouvant les films de court métrage et les producteurs de long métrage à s’impliquer davantage dans le processus de création des œuvres.

Selon des critères propres à chaque festival, un jury sélectionne un projet de court métrage qui bénéficiera, pour sa réalisation, d’une dotation accordée, via son soutien automatique, par un producteur « parrain », pouvant aller jusqu’à 10 000 €. Cette somme sera alors majorée de 50% par le CNC.

En 2010, la bourse des festivals a été attribuée à 4 reprises :

 

50ème Festival International du film d’animation d’Annecy :

Producteur parrain : Rhône-Alpes Cinéma
Projet bénéficiaire : Encore des changements de Barbara Malleville et Benoît Guillaume

 

25e Festival Européen du Film Court de Brest 

Producteur parrain : Mandarin Cinéma 
Projet bénéficiaire : Virgin Souçaïe de Dominique Guérin

 

5e Festival Génération Court d’Aubervilliers

Producteur parrain : Les Films des Tournelles 
Projet bénéficiaire : A venir d’Atisso Medessou

 

31ème Festival du court métrage de Villeurbanne

Producteur parrain : Rhône-Alpes Cinéma 
Projets bénéficiaires : Mon amoureux de Daniel Metge et Au poil de Hélène Friren

 

En complément de ce dispositif et pour répondre à l’objectif d’ouvrir plus largement ses mécanismes de soutien à une plus grande diversité culturelle et sociale des talents, le CNC a organisé, dans le cadre de ces festivals, des forums de rencontres professionnelles afin d’améliorer l’information et aménager l’accès des aides aux jeunes auteurs.

Par ailleurs, dans le cadre des aides à la production avant réalisation (contribution financière), un comité de lecture spécifique est désormais ouvert aux auteurs réellement débutants dans le secteur audiovisuel et cinématographique, c’est à dire n’ayant pas réalisé de film encadré professionnellement dans une école ou par une société de production et dont l’expérience n’excède pas 3 ans. Il doit permettre aux membres de la commission d’exercer une attention encore plus soutenue à des projets présentés par des auteurs émergents dont la viabilité artistique est plus fragile.

Enfin, la liste des festivals permettant à des films associatifs ou autoproduits d’être éligibles à l’aide à la production après réalisation (Prix de qualité) a été élargie à des festivals implantés en région parisienne et à des festivals étrangers.

 

> composition du Conseil d'administration