Les jeunes volontaires façonnent les ciné-clubs de demain

Le 20 mars, les 1000 jeunes engagés, âgés de 16 à 25 ans, se sont réunis au Grand Rex à Paris pour le Grand rassemblement des Volontaires Cinéma et Citoyenneté. Organisée dans le cadre du Service civique, cette mission permet de semer les graines des ciné-clubs du XXIe siècle.

 

 

Ambiance festive, bon enfant et parfois même survoltée mardi dernier au Grand Rex : la salle de cinéma parisienne a accueilli un millier de volontaires Cinéma et citoyenneté, venus de toute la France. Un temps de rassemblement qui a permis de constater l’enthousiasme de ces jeunes pour leur mission, leur dynamisme, et les bénéfices, pour tous, de l’opération. Avec, à la clé, une satisfaction de taille : le  mouvement prend chaque année de l’ampleur et l’objectif initial promu par le CNC, réinventer et animer les ciné-clubs du XXIe siècle, est en bonne voie.

Lancée il y a trois ans à l'initiative du CNC, avec le soutien d'Unis-Cité, association pionnière et spécialiste du Service Civique en France, Volontaires Cinéma et Citoyenneté est la première grande mission nationale de Service Civique dans le champ culturel. Elle s'inscrit dans  le cadre du grand programme "Citoyens de la Culture", promu par le ministère de la Culture, qui vise à mobiliser des milliers de jeunes en Service Civique chaque année.

Pendant 6 à 8 mois de service, à temps plein, près de 1000 jeunes volontaires âgés de 16 à 25 ans organisent et animent des séances ciné-débats dans les lycées, les centres de formation d'apprentis (CFA) et les collèges, grâce au choix de films proposés par le CNC en concertation avec le ministère de l'Éducation nationale. Le panel d’œuvres sélectionnées (30 au total), exigeant, offre une belle diversité de choix : Jour de Fête, Timbuktu, Billy Elliot, La Parade, Habemus Papam ou encore La Cour de Babel, de Julie Bertucelli, présente sur scène pour une intéressante session de questions/réponses avec la salle.

Ouverture sur le monde

L'objectif ? Partager des instants de cinéma et d'ouverture sur le monde et d'encourager, autour de films, le dialogue citoyen entre jeunes. La particularité de la mission est qu'elle s'opère de « pairs à pairs », autrement dit « entre jeunes », d'âges similaires. Elle est un pari sur la capacité des jeunes à débattre entre eux, autour de films, de thèmes de citoyenneté, de sujets de société, d'aiguiser ensemble leur esprit critique, en confrontant leurs idées, de croiser leur sensibilité en partageant leurs émotions. En bref : un moyen passionnant et ludique d’éduquer ces futurs citoyens à l’image et à son décryptage.

Au cours des séances, des liens se nouent entre les volontaires et le public, souvent fidèle. Comme l’ont expliqué plusieurs jeunes volontaires sur la scène du Grand Rex, cette mission leur permet non seulement de transmettre culture cinématographique et passion, mais aussi de se former et de développer leur sens relationnel. Naturellement, cette mission s’inscrit dans la longue tradition des ciné-clubs, tombés en désuétude avec le développement de la VHS, puis du DVD et enfin du numérique mais plus que jamais nécessaires pour poser des temps de réflexion et de discussion face aux flux incessants d’informations et d’images. Elle vise aussi à en relancer le concept en créant les ciné-clubs de demain.

Un point particulièrement important pour le CNC et tout particulièrement pour sa présidence. « Les images sont aujourd’hui le véhicule principal du monde et des idées, parfois utilisées à des fins néfastes et morbides. Pour le meilleur comme pour le pire, le cinéma, les œuvres audiovisuelles, les vidéos sur internet, sont le langage universel de cette époque. Il est indispensable aux jeunes générations de connaître, de comprendre la confection des images, la grammaire du montage, de saisir le traitement d’un sujet, de savoir comment peuvent être manipulés les émotions et le jugement du spectateur. Cet enjeu d’éducation est majeur. C’est pourquoi j’ai souhaité relancer la tradition des ciné-clubs dans les collèges et lycées à mon arrivée au CNC », analyse Frédérique Bredin.

La présidente du Centre se réjouit de la réussite de l’opération : « Nous sommes fiers de ces jeunes qui ont choisi la culture, le cinéma, pour faire vivre et exprimer leur citoyenneté, fiers de cette nouvelle génération d’ambassadeurs du cinéma qui réinventent les ciné-clubs du XXIe siècle ».