Festival Manarat : le CNC soutient le cinéma méditerranéen

Paris, le 13 juillet 2018

Créé à l'initiative du Centre national du cinéma tunisien (CNCI), de l'Institut français de Tunisie, et du Centre national du cinéma (CNC), le Festival Manarat, festival de cinéma méditerranéen, a lieu à Tunis, dans sa banlieue et dans toute la Tunisie, du 9 au 15 juillet.

« Je suis heureuse que le Centre National du Cinéma ait contribué à la création de ce grand Festival qui a vocation à constituer un trait d'union essentiel entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée » déclare Frédérique Bredin, Présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC).

Manarat offre la possibilité au public tunisien de découvrir toutes les cinématographies de la Méditerranée : « C'est un grand évènement populaire, se réjouit Frédérique Bredin,avec des projections gratuites à Tunis et dans tout le pays ».

L'objectif de ce festival est aussi de réunir les créateurs et les professionnels des Centres de cinéma des pays des deux rivages de la Méditerranée. Pour la première fois, les équipes des Centres nationaux de cinéma européens (EFADs) se sont réunis avec celles d'Algérie, de Jordanie, du Liban, du Maroc, de Palestine et de Tunisie, en présence de représentants de la Commission Européenne.
« Cette rencontre va permettre de développer des projets de co-productions entre les pays méditerranéens, et d'améliorer la distribution des films », explique Frédérique Bredin.

A l'occasion de ce festival, une nouvelle association a vu le jour, celle des Centres de cinéma arabes : l'AFIC (Arab Film Insitutes Commission). « C'est une excellente nouvelle ! se félicite Frédérique Bredin, nos Centres de cinéma pourront mettre en place, de manière permanente, des initiatives concrètes pour le développement de la coopération cinématographique autour de la Méditerranée ».

***

Depuis 2017, le CNC a également créé avec le CNCI, un fonds de coproduction pour le cinéma tunisien, en pleine effervescence. « C'est toute une nouvelle génération de cinéastes qui émerge en Tunisie avec Leyla Bouzid, Mohamed Ben Attia et Kaouther Ben Hania... Ce fonds permet de financer les œuvres de ces jeunes cinéastes tunisiens très talentueux, dont les films sont régulièrement sélectionnés dans les plus grands festivals », déclare Frédérique Bredin.

Pendant le Festival Manarat, s'est d'ailleurs tenue la 2ème session de ce fonds d'aide à la coproduction. Parmi les 14 projets de longs métrages qui étaient candidats, la commission composée de trois professionnels tunisiens et trois professionnels français a décidé de soutenir 4 projets de fiction (Backstage de Atef Ben Mahmoud et Khalil Benkirane, Le chant du rossignol de Ibrahim Letaief, L'homme qui avait vendu sa peau de Kaouther Ben Hania et Streams de Mehdi Hmili) et 3 projets de documentaires (La guêpe et l'orchidée de Saber Zammouri, Il neige à Sidi Bou Saïd de Fatma Chérif et Les Syriens de Ismaël), pour un montant total de 430 000 €.