La Cinémathèque française poursuit son exploration du cinéma japonais

La Cinémathèque française poursuit son exploration du cinéma japonais

05 février 2019
Cinéma
Chronicle of My Mother de Masato Harata (2011)
Chronicle of My Mother de Masato Harata (2011) Shochiku Company

Pour la troisième partie de sa rétrospective 100 ans de cinéma japonais, l’institution culturelle parisienne met à l’honneur, du 14 au 24 février 2019, une quinzaine d’œuvres récentes.

 


Un panorama complet du septième art japonais a été présenté à la Cinémathèque française dans le cadre de la manifestation Japonismes 2018 – La France à l’heure du Japon. Lancée en septembre dernier, la rétrospective 100 ans de cinéma japonais organisée par l’institution culturelle parisienne touche à sa fin. Rendez-vous est donné le 14 février prochain pour le coup d’envoi de la troisième et dernière partie de ce cycle de projections.

Après avoir mis en lumière des raretés sorties depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la programmation met cette fois-ci à l’honneur la production nippone récente. Jusqu’au 24 février, les amateurs peuvent ainsi découvrir « une constellation de nouveaux noms et problématiques avançant en ordre dispersé ». Ce « panorama partiel, mais nécessaire et exaltant, du nouveau cinéma japonais » regroupe une quinzaine d’œuvres « réalisées aussi bien par de grands noms du cinéma japonais que par de jeunes réalisateurs ».

Ce nouveau cycle s’ouvrira le 14 février avec The Chrysanthemum and the Guillotine de Takahisa Zeze. A découvrir également pendant ces dix jours Chronicle of My Mother de Masato Harada, La Maison au toit rouge de Yoji Yamada, Traces of Sin de Kei Ishikawa ou encore Your Name de Makoto Shinkai. Le 17 février, le public pourra également découvrir Hanagatami en présence de son réalisateur Nobuhiko Obayashi et de son interprète principal Takako Tokiwa.

Article sur le même sujet

24 janvier 2019