Les châteaux français : l’arme fatale du cinéma hollywoodien

Les châteaux français : l’arme fatale du cinéma hollywoodien

23 septembre 2022
Cinéma
« Le Dernier duel » de Ridley Scott.
« Le Dernier duel » de Ridley Scott. The Walt Disney Company France

Donjons, douves, jardins, pont-levis… Les châteaux ont une présence immédiate à l’écran et nourrissent l’imaginaire cinéma depuis des décennies. Leur dimension monumentale renvoie aux fonctions primitives de l’architecture, mais se jouent aussi dans ces constructions tous nos fantasmes et notre rapport à l’histoire. En France, ils sont légion et naturellement les productions américaines sont régulièrement venues profiter de ces décors fantastiques. Tour d’horizon des châteaux qui ont séduit Hollywood.


Château de Chantilly

C’est un véritable château de conte de fées, avec quatre tours rondes en pierre blanche et un style néogothique fabuleux. Côté façade – où l’on toise des statues de chevaliers, des gargouilles et de magnifiques balustrades – grimpe un escalier fastueux qui complète l’harmonie du lieu. Longère et château se reflètent dans les eaux d’un étang qui offre le calme et l’abri de ses rives. Construit à la fin du XIIIe siècle, le château de la Reine Blanche doit son nom à Blanche de Castille (1188-1252), la reine qui mourut avant la fin de sa construction. C’est un lieu magnifique qui attire très naturellement de nombreux tournages et notamment un James Bond : en 1985, Dangereusement vôtre s’installe sur le domaine qui devient, le temps du film, le château privé du méchant comte Zorin incarné par un Christopher Walken peroxydé. Plus récemment, The Gray Man, film d’action produit par Netflix, va plus loin. On se rappelle ce moment où Chris Evans, agent hystérique engagé dans une course meurtrière, s’époumone, arme au poing : « Vous m’obligez à détruire un monument historique ! » De fait, le château devient dans la dernière demi-heure du film le lieu de l’affrontement entre Chris Evans et Ryan Gosling – le fameux Gray Man – qui se tirent dessus et explosent certaines parties du décor dans des scènes d’action très impressionnantes… 

The Gray Man Netflix

Château de Chenonceau

Bâti sur le Cher qu’il enjambe avec un pont-galerie unique en France, Chenonceau est l’une des merveilles de la Loire. Surnommé le château des dames, son histoire est liée à la succession de ses propriétaires, qui ont régulièrement modifié sa physionomie pour lui donner sa splendeur actuelle. Hors norme, cette bâtisse, qui croise l’influence italienne à des éléments gothiques, a confronté les différents architectes et bâtisseurs à de nombreuses difficultés : construire un château sur l’eau, surélever les jardins pour éviter les inondations… C’est sans doute cet ADN atypique qui a séduit le cinéma hollywoodien. Comme le prouve la récente série The Serpent Queen qui a choisi d’y dérouler son action. Cette production raconte l’ascension de Catherine de Médicis à la cour de François Ier et fait le choix d’une narration violente et même parfois trash. C’était la moindre des choses pour faire le portrait d’une femme qui réussit à maîtriser les rouages de la monarchie française mieux que quiconque, et qui dirigea en sous-main la France pendant près de cinquante ans. Dans cette histoire, le château de Chenonceau offre par contraste un écrin somptueux aux turpitudes politiques de cette femme de pouvoir aussi habile que manipulatrice. 

La grande galerie du Château de Chenonceau dans The Serpent Queen Starz Entertainment, LLC

Château de Vaux-le-Vicomte 

À 50 kilomètres de Paris, Vaux-le-Vicomte est l’un des plus célèbres châteaux de France. Avec ses 6400 mètres carrés, ses 40 hectares de jardin à la française et sa toiture unique en forme de dôme, il aurait servi de modèle au château de Versailles. Fruit de la collaboration entre l’architecte Louis Le Vau et le paysagiste André Le Nôtre, ce diamant architectural nécessita treize mois de travaux et mobilisa des milliers d’ouvriers. Le château devint rapidement un véritable instrument de pouvoir, qui suscita la jalousie de Louis XIV à tel point que Nicolas Fouquet, surintendant des finances et propriétaire du château, fut arrêté et emprisonné lors d’un des règlements de compte politiques les plus impitoyables du XVIIe siècle. Naturellement, le cinéma s’est servi de ce décor inouï. De L’Homme au masque de fer (1988) à Marie-Antoinette (2006) en passant par un autre James Bond, Moonraker (1979), de nombreuses productions américaines ont utilisé les extérieurs comme les coursives de cette fabuleuse construction. 

Moonraker United Artists

Château de Versailles

Inutile de présenter le joyau du patrimoine français. On connaît l’histoire?; comment d’un modeste pavillon de chasse hérité de son père, Louis XIV a fait un palais sans équivalent en Europe. Et comment d’un marais fétide, il a fait jaillir un jardin extraordinaire pour affirmer sa toute-puissance… Lieu sans pareil, Versailles accueille des tournages depuis les origines du cinéma. Et très régulièrement, des films américains. De Sofia Coppola (Marie-Antoinette) à Woody Allen (Minuit à Paris), de Alan Rickman (Les Jardins du roi) à James Ivory (Jefferson à Paris), nombreux sont les auteurs anglo-saxons à avoir fait de Versailles le décor de leurs films. Stephen Frears y a tourné ses Liaisons dangereuses et dernièrement, c’est l’acteur Michael Douglas qui a posé ses valises dans la demeure du Roi-Soleil pour une minisérie produite par Apple TV+. Réalisé par l’Américain Timothy Van Patten, Benjamin Franklin raconte le moment où le père fondateur des États-Unis tente de convaincre la France de soutenir la naissance de la démocratie américaine. 

Marie-Antoinette de Sofia Coppola Columbia Pictures Industries, Inc. All Rights Reserved

Les Châteaux de Dordogne

Célèbre pour avoir accueilli les tournages des Duellistes de Ridley Scott (1977) et de la comédie romantique Cendrillon avec Drew Barrymore (1998), la Dordogne attire de plus en plus de superproductions internationales. Outre ses paysages grandioses et sa nature flamboyante, elle dispose d’un atout majeur : ses châteaux. Ancienne zone de conflit entre la France et l’Angleterre au Moyen Âge, la Dordogne se couvre à cette époque de châteaux fortifiés, d’abbayes et de manoir médiévaux. Dans ce département, on en recense 1001. Parmi eux, deux ont récemment servi de décor au Dernier Duel de Ridley Scott. Le premier, le château de Beynac, permet de plonger à l’époque de Simon Montfort, Richard Cœur de Lion et plus généralement dans les affres de la guerre de Cent Ans. Forteresse typique du Moyen Âge, son donjon perché à 150 mètres au-dessus de la rivière de la Dordogne offre un panorama à couper le souffle sur la vallée des cinq châteaux. Le second, le château de Fénelon, situé en plein Périgord noir, est ceint d’une triple muraille et témoigne par sa puissante architecture des grandes heures de l’histoire de France – il fut tour à tour un refuge cathare, une forteresse stratégique pendant la guerre de Cent Ans et un bastion royaliste durant les guerres de religion. 

Les Duellistes de Ridley Scott Paramount Pictures/Scott Free

Château de Sonnay 

Ancien fief médiéval, le château de Sonnay fut construit sur un site habité depuis la période néolithique. À mi-hauteur de coteau, avec une vue plongeante sur la vallée de la Vienne, Sonnay est un site qui respire la douceur de vivre et l’indolence tourangelle… Cossue, de dimension humaine, typique d’une certaine aristocratie de province, la bâtisse à pierre blanche n’est que calme, luxe et volupté. C’est sans doute cela qui a attiré la production d’Emily in Paris. Dans la série produite par Netflix, le château de Sonnay est rebaptisé château de Lalisse. Dans la première saison, on découvre qu’une amie d’Emily est propriétaire d’un domaine viticole en proie à des difficultés financières. La jeune Américaine vient s’y ressourcer et tente d’aider les propriétaires. Dans la deuxième saison, Emily revient sur les terres tourangelles et séjourne une fois de plus à l’ombre des collines du Val de Loire. 

Emily in Paris Netflix

Château d’Ancy-Le-Franc 

Un palais Renaissance en pleine Bourgogne. Chef-d’œuvre dû à Sebastiano Serlio, l’architecte italien du roi François Ier, le château d’Ancy-Le-Franc a été construit au cœur d’un parc immense pour Antoine III de Clermont, le beau-frère de Diane de Poitiers. Sa majestueuse cour d’honneur sculptée, les appartements décorés, les galeries ornées de scènes mythologiques et religieuses, les chambres immenses et les sols en marbre : visiter ce château, c’est revenir cinq siècles en arrière. De quoi envoûter Russell Mulcahy qui y tourne certaines scènes de son film d’immortels. Des séquences de Highlander s’y déroulent et permettent de voir un pan d’histoire totalement dépoussiéré.