la 1ère réunion du groupe de travail lancé par le CNC associant la FICAM et la région Ile de France

 

Les mutations technologiques que l'ensemble du secteur cinématographique et audiovisuel traverse actuellement sont décisives pour l'avenir des industries techniques. Il est donc important que les pouvoirs publics continuent d'accompagner les industries techniques dans cette transition.


C'est pourquoi, le CNC a pris l'initiative de réunir mercredi 23 septembre un groupe de travail associant la FICAM et la région Ile de France. L'objectif était d'approfondir l'analyse des conséquences pour la filière des industries techniques de la transition vers le tout numérique, et, en particulier, de la numérisation de la projection en salle, et d'identifier les mesures d'accompagnement nécessaires.


Lors de cette réunion, la FICAM a souligné qu'à ces mutations structurelles s'ajoutait l'impact négatif de la conjoncture économique actuelle, qui pèse sur la situation financière et l'activité de nombreuses entreprises du secteur déjà fragilisées par un contexte de concurrence exacerbée.


Le CNC a indiqué qu'il soutiendrait les démarches de la FICAM et de ses membres auprès des administrations financières et sociales afin d'assurer la pérennité et le dynamisme de leur activité, essentielle à la diversité de la création cinématographique et audiovisuelle. Il a par ailleurs rappelé que Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, avait plaidé en faveur du lancement d'un vaste chantier de numérisation du patrimoine cinématographique et audiovisuel, dont les répercussions sur l'activité des prestataires techniques en charge de la restauration et de la numérisation des œuvres seront fondamentales.


Enfin, les conclusions de l'étude réalisée par la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation dans l'Audiovisuel et cofinancée par l'AFDAS, la région Ile de France, le ministère en charge du travail et le CNC devraient être connues très prochainement. Elles permettront d'identifier les moyens qui devront être mobilisés afin de pourvoir aux besoins en matière de formation et de reconversion professionnelle des salariés de la filière directement touchés par les mutations en cours.