animation : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (aide à la réécriture)

Le FONDS D'AIDE A L'INNOVATION AUDIOVISUELLE (FAIA) a été mis en place afin de favoriser la création et l'innovation pour la télévision et ce pour les trois genres suivants : fiction, animation, documentaire de création.

Les genres fiction et animation sont gérés par la Direction de l'audiovisuel et de la création numérique tandis que le genre documentaire est géré par la Direction de la création, des territoires et des publics.

 

nouvelles modalités de dépôt des dossiers

> télécharger le mode d'emploi



Ce fonds de soutien concerne quatre aides dont les conditions d’attribution sont différentes
:


Aides à la phase d’écriture

elles s’adressent et sont versées aux auteurs

  • une aide au concept
  • une aide à l’écriture
  • une aide à la réécriture

Deux de ces trois aides sont cumulables pour un même projet, quelle que soit leur combinaison et dans le respect de leur chronologie (concept / écriture / réécriture)


Aide au développement

Elle s’adresse et est versée aux entreprises de production pour le financement du développement de projets. Pour le genre animation, les producteurs peuvent bénéficier d’un accès direct à l’aide au développement. Les projets ayant bénéficié d’une et au maximum deux des trois aides relatives à la phase d’écriture (concept / écriture / réécriture) sont également éligibles à cette aide au développement.  

  


Conditions d'accès de l'aide à la réécriture

L'aide à la réécriture animation s'adresse aux auteurs répondant à certains critères (télécharger le dossier de demande).

  1. L’aide à la réécriture n’est pas assujettie à l’obtention préalable d’une aide au concept ou d’une aide à l’écriture.
  2. Tous les formats sont éligibles à cette aide : spéciaux (26’, 52’), séries de tous formats, courts métrages unitaires (8’ minimum).
  3. Les demandes d’aides à la réécriture peuvent être présentées par un ou plusieurs auteurs[1] littéraires et graphiques
  4.  Le ou les auteurs doivent obligatoirement présenter la demande conjointement avec un collaborateur à la réécriture (scénariste, réalisateur, consultant, script doctor, etc.) pouvant justifier d’une expérience dans le domaine de la création audiovisuelle et/ou cinématographique.
  5.  Le collaborateur permet à l'auteur de poser les enjeux de réécriture du projet en amont et en aval du dépôt du dossier, c’est pourquoi il est cosignataire de la note de réécriture jointe au dossier artistique et co-bénéficiaire de l’aide.
  6. Les projets d’œuvres télévisuelles doivent être écrits en langue française.
  7. Un même auteur ne peut présenter, individuellement ou conjointement, plus de cinq demandes par an au titre de l’ensemble des aides accordées aux auteurs (soit l’aide au concept, l’aide à l’écriture et l’aide à la réécriture).
  8. En ce qui concerne les projets de courts métrages unitaires de 8 minutes minimum, les aides à la réécriture du fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle peuvent éventuellement être cumulables avec la contribution financière au court métrage et/ou l’aide aux programmes de courts métrages mais elles doivent être demandées et obtenues préalablement à ces aides.

 


[1] Les auteurs des projets doivent avoir la nationalité française ou la qualité de résidents ou la nationalité d’un Etat membre de la Communauté européenne, d’un Etat partie à la convention européenne sur la télévision transfrontière du Conseil de l’Europe, d’un Etat tiers européen avec lequel la Communauté européenne a conclu des accords ayant trait au secteur audiovisuel.