A l’occasion du festival de Clermont-Ferrand, le CNC présente une étude approfondie sur le court métrage en 2010 et dresse le bilan de la première édition du « jour le plus court »

Paris, 2 février 2012

 A l’occasion du 34ème Festival international du Film Court de Clermont Ferrand, CNC a présenté, en présence de son Président Eric Garandeau, outre les données sur les aides du CNC au court métrage en 2011, une étude approfondie relative à la production et à la diffusion du court métrage en 2010.  

 
En 2010, ce sont 466 films de courts métrages qui ont bénéficié des aides en amont du CNC ou ont pu être candidats au prix de qualité. Parmi ces films ayant obtenu un visa d’exploitation, la fiction est le genre majoritaire avec 73,3 % des productions. Leur durée moyenne, s’élève à 20,7 minutes. Le coût moyen définitif des courts métrages produits en 2010 s’est élevé à 61 380 euros.
 
L’année 2010 met également en lumière une part prépondérante des aides du CNC qui s’élève à 23,1 % du financement en moyenne et qui d’accroît avec le coût définitif des films. En 2010, cette part s’élève à 8,8 % pour les films à moins de 100 000 € et à 42,8 % pour les films dont le coût est compris entre 150 000 € et 200 000 €.
 
Pour la diffusion en salles, parmi les 2047 établissements actifs en France en 2010, 1098 courts métrages y ont été montrés en 2010. Le nombre de séances contenant au moins un court métrage s’est élevé à 39 815 séances, soit une progression de 7,5 % par rapport à l’année 2009 pour 1.75 millions d’entrées. Pour autant, les entrées réalisées par les courts métrages dans les salles ne représentent que 2 % des entrées totales des salles françaises.
 
A la télévision, ont été diffusés  75 films sur France 2, 133 films sur France 3, 117 films sur Arte et 193 films sur Canal +.
 
Au-delà des données chiffrées et des aides financières des différents partenaires, le CNC a souhaité dresser un bilan de la première édition du « Jour le plus court ». Avec 500 organisateurs d’évènements dans 350 villes en France et  dans 12 pays étrangers, avec 6 000 séances diffusées tant dans des salles de cinéma que dans des lieux ouverts et atypiques, le « Jour le plus court » a démontré un fort intérêt du public pour ce type de format et la diversité de ses créations.
 
Dans une démarche ouverte et participative, le CNC a pu recueillir plus de la moitié des avis et propositions des organisateurs. Il ressort de cette enquête que 87 % d’entre eux souhaitent participer à la prochaine édition (et 13 % ne s’étant pas prononcés)
 
Succès populaire, déploiement territorial en France mais aussi à l’étranger et mobilisation des organisateurs ont permis de transformer un pilote en une première édition. Le CNC va donc désormais travailler à la seconde édition, sur la base de l’ensemble des contributions issues du premier retour d’expérience.
 
Le court métrage est connu comme le laboratoire des talents de la création, le rassemblement des partenaires d’aujourd’hui et de demain lui permettra d’accroître sa visibilité auprès de chacun. 
 
 Consulter


> l’étude Le court métrage en 2010, production et diffusion (pdf)
> la synthèse de l’étude (pdf)
> le bilan de la 1ère édition de la manifestation Le jour le plus Court