Eric Garandeau, président du CNC, rend hommage à Claude Miller cinéaste-cinéphile, passionné et engagé

Paris, le 5 avril 2012

C'est avec beaucoup d'émotion et de tristesse qu’Eric Garandeau, président du CNC, a appris la disparition de Claude Miller.

Cinéaste-cinéphile, Claude Miller n’a cessé d'incarner et de défendre le cinéma français, de la plus belle manière, celle du professionnel respecté et de l'amateur passionné.

Enthousiaste et engagé, il a assisté les plus grands cinéastes, Robert Bresson, Michel Deville, Jacques Demy et François Truffaut, avant de s'inscrire à son tour dans cette lignée prestigieuse.

Claude Miller était un cinéaste fidèle, affectif et sincère, il attirait à lui les comédiens les plus accomplis.  La meilleure façon de marcher ,  Garde à vue ,  Mortelle randonnée ,  L’effrontée , autant de grandes œuvres et autant de grands rôles pour Romy Schneider, Lino Ventura, Michel Serrault, Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg...  L’accompagnatrice,  La petite Lili ,  La classe de neige ,  Un secret , autant de découvertes et d'émotions pour le public des salles comme le public des César.

Lorsqu’il ne tournait pas un film Claude Miller parlait de cinéma, oeuvrait pour le cinéma. Eric Garandeau salue aussi l’homme engagé, attentif à la santé du cinéma français et à la formation des jeunes créateurs, que ce soit comme membre de la Commission cinéma de la SACD, président de la FEMIS, de l’ARP ou du réseau de salles EUROPA CINEMA.

François Mauriac, dont Claude Miller venait de transposer Thérèse Desqueyroux à l'écran, s’adressait ainsi à Paul Claudel, comme il aurait pu s'adresser aujourd'hui au cinéaste :  votre œuvre continuera longtemps de rappeler pour quel amour elle a été créée .

Eric Garandeau présente ses plus sincères condoléances à son épouse, Annie Miller, et à son fils, Nathan.