fiction : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (aide à la création)

Le FONDS D'AIDE A L'INNOVATION AUDIOVISUELLE (FAIA) a été mis en place afin de favoriser la création et l'innovation pour la télévision et ce pour les trois genres suivants : fiction, animation, documentaire de création.

Les genres fiction et animation sont gérés par la Direction de l'audiovisuel et de la création numérique tandis que le genre documentaire est géré par la Direction de la création, des territoires et des publics.


Aides à la phase d’écriture

 elles s’adressent et sont versées aux auteurs

  • une aide à la création
  1. divisée en deux sous-catégories en animation : concept et écriture
  2. divisée en trois sous-catégories en fiction : concept / concept avec collaborateur(s) / écriture
  • une aide à la réécriture
  • une aide à la coécriture de projets de coproductions internationales (séries de fiction uniquement)

Les aides à la phase d’écriture (concept, écriture et réécriture) sont cumulables quelle que soit leur combinaison et dans le respect de leur chronologie, à l’exception de l’aide à la coécriture de coproductions internationales qui n’est pas cumulable avec l’aide à la création.


Aide au développement

elle s’adresse et est versée aux entreprises de production pour le financement du développement de projets audiovisuels (cf. descriptif détaillé dans le dossier-type développement).

Pour le genre fiction, cette aide au développement n’est accessible que pour les projets d’auteurs qui ont bénéficié d’au moins une des aides à la phase d’écriture (concept avec ou sans collaborateur(s) / écriture / réécriture / coécriture de coproductions internationales).

 



Les nouveautés liées à la réforme

  • Vous pouvez désormais identifier vous-mêmes si vous aspirez à une aide au concept ou à une aide à l’écriture dans le dossier administratif.
    Si vous choisissez d’aspirer à une aide au concept plutôt qu’à une aide à l’écriture, vous devrez joindre une note précisant les besoins précis liés à l’octroi d’une aide au concept : celle-ci servira à guider les lecteurs et les membres sur le stade d’avancement de votre projet et les étapes qui restent à financer (écriture d’un synopsis, par exemple !).
    En revanche, si vous aspirez plutôt à une aide à l’écriture, n’oubliez pas d’inclure un synopsis dans le dossier artistique.
     
  • Il vous est à présent possible de solliciter une aide au concept avec un ou plusieurs collaborateurs (scénariste, script doctor, réalisateur, consultant historique, etc).

    Ces collaborateurs seront à identifier dans le dossier administratif au moment du dépôt.
    Le montant de l’aide au concept est alors dans ce cas rehaussé à 10 000 €.

    Ces collaborateurs ne sont pas co-auteurs du projet car ils n’auront pas participé à l’élaboration du dossier artistique (sauf pour la note sur les enjeux de la phase de conception). Ils seront là pour vous aider, dans la phase de conception à venir, afin de préciser les bases scénaristiques du projet, de définir la tonalité, de mieux documenter la matière narrative… etc. Il vous faudra préciser leur rôle dans une note de votre dossier artistique.

    N’hésitez pas à décrire leur expérience sans les nommer (l’aide à la création est anonyme) pour que la commission comprenne en quoi va consister leur accompagnement.
    Ils seront, à ce titre, bénéficiaires de l’aide. Pour formaliser cette collaboration, un accord de répartition doit être fourni avec un maximum de 70% de l’aide à répartir entre les auteurs et un minimum de 30% de l’aide à répartir entre les collaborateurs.
     
  • Concernant les projets d’adaptations, vous devez inclure systématiquement une note qui permettra à la commission de comprendre de quelle manière vous transposez un projet littéraire en projet audiovisuel. Quels sont vos partis pris d’adaptation ? Pourquoi pensez-vous qu’il est légitime de proposer une version audiovisuelle de l’œuvre originale ? Quelle va être la singularité de votre projet par rapport à l’œuvre originale ?
  • L’ordre du jour distinguera les séries de format court (TV/digitales) des autres projets audiovisuels afin de valoriser les spécificités de ces formats.
  • Les projets ne doivent pas déjà bénéficier d’une convention de développement avec un diffuseur afin de privilégier les projets qui sont encore à la recherche d’un accompagnement financier par une chaîne.
  • En conséquence, à partir du dépôt et ce jusqu’à l’attribution de l’aide, les projets ne doivent pas être soumis à l’examen d’un diffuseur.
    En revanche, si votre projet a été refusé par un diffuseur, il vous est toujours possible de vous présenter aux aides à la création !
  • Les aides à l’écriture (concept, écriture, réécriture) sont cumulables quelle que soit leur combinaison et dans le respect de leur chronologie, à l’exception de l’aide à la coécriture de coproductions internationales qui n’est pas cumulable avec l’aide à la création.
    Cette aide à la coécriture ouvre néanmoins la possibilité de se présenter à l’aide au développement fiction.
  • Un même auteur ne peut présenter, individuellement ou conjointement, plus de quatre demandes par an au titre de l’ensemble des aides accordées aux auteurs (concept, écriture, réécriture et coécriture internationale, animation et fiction confondues) et plus de deux demandes par dépôt. Les dépôts faits en tant que collaborateurs (aide au concept avec collaborateur(s) et aide à la réécriture) n’entrent pas dans ce nombre maximum de demandes autorisées.