La fiction TV française progresse malgré le recul du marché de la vidéo physique

audiovisuel

Paris, le 17 avril 2015



Recul du marché de la vidéo physique au premier trimestre 2015 : -16,3 % en valeur, -9,9 % en volume
Au premier trimestre 2015, les Français ont dépensé 169,08 M€ en achats de DVD et de Blu-ray (-16,3 %). Cette évolution s’explique à la fois par la baisse de 15,4 % des revenus issus de la vente de DVD à 128,63 M€ et par le recul de 19,1 % des ventes en valeur de Blu-ray à 40,44 M€. Les volumes de supports vidéo (DVD et Blu-ray) vendus au premier trimestre 2015 ont diminué de 9,9 % par rapport à 2014. 21,09 millions de supports ont été vendus au cours des trois premiers mois de 2015, dont 17,80 millions de DVD (-9,9 % par rapport à janvier-mars 2014) et 3,29 millions de Blu-ray (-10 %). Diminution des recettes des films et du hors film Les œuvres cinématographiques dominent le marché et réalisent 98,34 M€ au premier trimestre 2015, soit 58,2 % du total. Les recettes des films en vidéo sont en diminution de 18,7 % par rapport à la même période en 2014 et celle du hors film reculent de 14 % à 63,25 M€, soit 37,4 % du marché.

Hausse de la part de marché des films français Le cinéma français génère 22,02 M€ de recettes au premier trimestre 2015 (-4,3 % par rapport au premier trimestre 2014). La part de marché des films français en vidéo progresse de 3,4 points en valeur à 22,4 % (19 % en 2014).

Baisse des ventes de films américains Les ventes de films américains en vidéo reculent de 19,2 % à 62,74 M€ au premier trimestre 2015. En valeur, la part de marché des films américains diminue légèrement pour atteindre 63,8 % (64,2 % en 2014).

Les recettes de la fiction télévisuelle française en hausse de 4,9 % Au premier trimestre 2015, tous les segments de marché du hors films reculent en volume comme en valeur. Malgré des revenus en baisse de 8,6 % par rapport au premier trimestre 2014, la fiction télévisuelle reste le premier genre du hors film en vidéo (38,79 M€). Au premier trimestre 2015, les recettes de la fiction française progressent de 4,9 % par rapport aux trois premiers mois de 2014 (4 M€). Elles représentent 10,3 % des recettes totales de la fiction, contre 9 % au premier trimestre 2014. Les ventes de fiction américaine en vidéo diminuent de 14,4 % à 26,69 M€. Les autres programmes baissent également : les programmes de fiction et d’animation à destination des enfants (-15,4 % à 11,04 M€), la musique (-28,0 % à 7,25 M€), le documentaire (-30,6 % à 2,83 M€) et les programmes d’humour (-10,7 % à 2,78 M€).
> consulter le baromètre complet


Précisions méthodologiques : La consommation de vidéo physique est évaluée par l’institut GfK à partir des ventes réalisées dans les grandes surfaces alimentaires et les grandes surfaces spécialisées, de la vente par correspondance et des ventes sur internet et en librairies. Ces chiffres n’incluent pas les ventes en kiosques et dans les stations services. Ils excluent également le marché de la location vidéo. Les nationalités retenues pour les œuvres cinématographiques sont celles enregistrées par le CNC. Toutes les données présentées s’entendent toutes taxes comprises (TTC).



contact media
Lauriane Villate
01 44 34 34 71
06 74 60 10 10
lauriane.villate@cnc.fr