Le CNC lance la formation Prévenir et agir contre les violences sexistes et sexuelles

Le CNC lance la formation Prévenir et agir contre les violences sexistes et sexuelles

07 octobre 2020
Professionnels
vignette-neutre-presse
Destinée aux employeurs du cinéma, de l’audiovisuel et du jeu vidéo, cette formation, gratuite, propose de les accompagner dans la prévention et la détection des comportements inappropriés que ce soit sur les tournages, dans les entreprises, ou lors la promotion des films.

Lors des 2èmes Assises pour la parité, la diversité et l’égalité dans le cinéma et l’audiovisuel en novembre 2019, le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé que le versement de toutes les aides du CNC serait dorénavant conditionné au respect, par les entreprises qui les demandent, d’obligations précises en matière de prévention et de détection des risques liés au harcèlement sexuel.

Ainsi, afin d’accompagner, les professionnels (dans un premier temps, les producteurs, distributeurs, vendeurs internationaux) dans cette démarche, le CNC prend en charge le financement de ces formations, animées par l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT). La première de ces 90 sessions de formation, organisées par le CNC, débute ce 6 octobre 2020. A terme, 9 000 professionnels devraient être formés d’ici 2023.

Ces sessions comportent deux volets. Le premier, réalisé en « présentiel », permettra aux professionnels de définir les violences sexistes et sexuelles, de connaître les modes de preuve ainsi que les obligations de l’employeur. Le second, via une plateforme de « e-learning », est structuré autour d’un échange de questions/réponses dont la réussite conditionnera la délivrance d’une certification des acquis aux professionnels formés. L’inscription, le suivi de la formation et l'obtention de la certification sont indispensables pour les sociétés qui souhaitent pouvoir bénéficier des aides du CNC à partir du 1er janvier 2021.

En complément de ces formations, le CNC s’est associé à la création d’une cellule d’écoute psychologique et juridique à destination des professionnels de la culture victimes d’emprise, de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles. Mise en place par le ministère de la Culture sur une initiative de la Fédération des entreprises du spectacle vivant, de la musique, de l’audiovisuel et du cinéma (FESAC), cette cellule d’écoute, opérée par le groupe Audiens, est complétée par une consultation médicale « emprise » au Pôle santé du 7 rue Bergère (Paris 9e). L’ensemble de ce dispositif est opérationnel depuis le 15 juin 2020.