Décryptage : Comment sont calculées les audiences télévisées ?

Décryptage : Comment sont calculées les audiences télévisées ?

23 janvier 2019
Séries et fictions TV
Tags :
Télécommande_1920

Chiffres-clés pour le petit écran, les audiences télévisées d’un programme jouent un rôle aussi bien sur l’avenir d’une émission ou série que sur les recettes publicitaires d’une chaîne. Mais comment Médiamétrie les mesure-t-elle ?


Chaque matin, le rituel est le même. Les chaînes attendent avec impatience les audiences télévisées de la veille réalisées par Médiamétrie. Un chiffre qui revêt une importance particulière pour elles, notamment d’un point de vue publicitaire.

L’audience fait en effet partie des indicateurs retenus pour fixer le prix des espaces proposés par la chaîne aux annonceurs. Si le programme fonctionne bien, la valeur augmente et inversement, ce qui n’est pas sans conséquence sur sa durée de vie sur le petit écran. Lorsque l’audience n’est pas au rendez-vous, une chaîne peut ainsi faire le choix de la déprogrammation afin de limiter l’érosion du nombre de téléspectateurs et son impact sur ses revenus publicitaires.

Les chiffres permettent également de connaître le « public-cible » d’un programme, un élément essentiel pris en compte lors de la composition des pauses publicitaires. Les annonceurs sont ainsi assurés de parler directement aux personnes qui les intéressent. En France, c’est Médiamétrie, une société spécialisée dans les études média, qui est chargé au quotidien des audiences télévisées. Mais comment sont-elles mesurées ?

Un panel représentatif de 5 000 foyers

Pour estimer l’audience des programmes télévisés, Médiamétrie peut compter sur un panel rassemblant 5 000 foyers en France, soit 11 400 individus âgés de 4 ans et +, recrutés sur des critères sociodémographiques tels que le nombre de personnes vivant dans le lieu d’habitation, la répartition géographique ou encore les catégories socio-professionnelles. Les volontaires doivent ainsi être représentatifs de l’ensemble de la population française.

Pour savoir ce que regardent les membres du panel, Médiamétrie a fourni à chaque foyer un petit boîtier – un pour chaque poste - appelé audimètre, placé près du téléviseur. Ce dernier reconnaît la chaîne diffusée via une signature sonore, inaudible pour l’humain, insérée directement par la régie du groupe audiovisuel grâce à un équipement livré par Médiamétrie.

Cette technologie baptisée la NG (Nouvelle Génération de mesure), mise en place à partir de décembre 2008, «permet de mesurer l'audience d'un programme en s'affranchissant de son mode de visionnage. Cette évolution a permis l'intégration de l'audience en différé (notamment via les disques durs), de l'intégralité des plateformes de diffusion des chaînes (notamment la TV par Adsl) et de l'audience d'une émission sur les écrans d'ordinateurs ainsi que celle réalisée en mobilité grâce à la "NG portée" », souligne Médiamétrie.

Toutes les consommations « en live, en différé ou en replay », « qu’elles viennent d’un tuner TNT, d’une box ADSL ou OTT (comme l’Apple TV) », sont ainsi prises en compte, ajoute la société. La consommation, via des applications TV présentes sur les tablettes, mobiles et ordinateurs est également relevée pour la mesure d’audience, via un « code informatique » présent dans ces logiciels.

Afin de connaître avec précision l’identité du téléspectateur présent devant son petit écran, chaque audimètre dispose d’une télécommande avec une touche individuelle pour chaque membre du foyer afin qu’il signale sa présence dans la pièce renfermant le téléviseur allumé. Les invités du foyer doivent en faire autant.

Une mesure difficile lors des grands évènements

Les données recueillies par les audimètres sont transmises quotidiennement, dans la nuit (3 heures du matin), à Médiamétrie avant d’être traitées informatiquement afin de calculer le nombre de téléspectateurs et la part d’audience de chaque chaîne. Cette dernière, aussi appelée part de marché, détermine la puissance du programme lors de sa diffusion. Elle calcule ainsi la part que représente l’audience de la chaîne sur la consommation globale des émissions diffusées au même moment. Une série regardée en prime-time par 3 millions de personnes, n’aura donc pas la même part d’audience selon le nombre de téléspectateurs présents au même moment devant leur écran, toutes chaînes confondues.

Une méthode qui a ses limites lorsqu’il s’agit de grands évènements diffusés dans des lieux d’accueil du public. L’exemple le plus récent, et le plus marquant, concerne la Coupe du monde de football. De nombreux supporters ont en effet suivi les rencontres sur des écrans géants ou dans des bars/restaurants. Une audience que ne prend pas en compte, pour le moment, Médiamétrie. Mais la société prévoit, à l’horizon 2020, de lancer un boitier portatif, permettant de reconnaître la chaîne regardée lorsque le membre du panel se trouve dans un lieu public. Un dispositif qui permettra d’affiner encore un peu plus les audiences télévisées.