Disparition de Jean-Loup Dabadie

Disparition de Jean-Loup Dabadie

25 mai 2020
Cinéma
Dans les pas de Jean-Paul Rappeneau
Dans les pas de Jean-Paul Rappeneau 2018 L'Atelier d'Images
L’Académicien et homme de lettres s’est éteint à l’âge de 81 ans. Il laisse derrière lui une œuvre immense, notamment audiovisuelle.

Avec Jean-Claude Carrière, il incarnait la néo-modernité et avait redonné ses lettres de noblesse au métier de scénariste. Au cours des années 70, surtout, les deux hommes furent les architectes d’un cinéma d’auteur à la fois populaire et exigeant. Jean-Claude Carrière, l’aîné de sept ans, porte fièrement ses 88 ans. Jean-Loup Dabadie, lui, vient de s’éteindre, ce dimanche 24 mai, à 81 ans. Et avec lui, c’est tout un pan de la culture populaire qui disparaît un peu. Le succès, tout récent, à la télévision des rediffusions d’Un éléphant ça trompe énormément et de Nous irons tous au paradis est cependant là pour nous montrer qu’il lui survivra. Déjà rendu éternel par son entrée à l’Académie Française en 2008, Jean-Loup Dabadie est depuis longtemps inscrit dans notre patrimoine artistique.

Né le 27 septembre 1938 à Paris, Jean-Loup Dabadie est élevé par ses grands-parents à Grenoble puis remonte à la capitale pour y parfaire brillamment des études de lettres. C’est un jeune homme pressé, qui signe son premier roman à 19 ans, Les Yeux secs, suivi l’année suivante par Les Dieux du foyer. Il entame en parallèle une brève carrière de journaliste, puis participe à l’écriture des sketches de la mythique émission de Jean-Christophe Averty, « Les raisins verts » (1963-1964), où il fait la rencontre décisive de Guy Bedos. Pour ce dernier, il écrira nombre de textes fameux dont « La drague », chanson-sketch diffusée fin 1972 dans une émission de Maritie et Gilbert Carpentier et qui deviendra un tube l’année suivante.

Jean-Loup Dabadie s’intéresse également au cinéma. En 1962, il imagine un segment du film collectif Les Parisiennes, processus au cours duquel il fait la connaissance décisive de Claude Sautet, nous y reviendrons. Sa carrière cinématographique ne décolle pas pour autant. Son imaginaire n’est pas celui de la Nouvelle Vague qui a relégué les scénaristes au second-plan, faisant de l’auteur-réalisateur l’omnipotent maître d’œuvre des films. En 1968, c’est le déclic. Yves Robert fait appel à lui pour coécrire Clérambard, une adaptation de Marcel Aymé. Guy Bedos, qui a tourné dans Les Copains (1965) du même Yves Robert, les a-t-il mis en relation ? Ou serait-ce Claude Sautet, un proche du réalisateur de La guerre des boutons ? L’histoire ne le dit pas. Cette collaboration débouche en tout cas sur une solide amitié entre les deux hommes qui débouchera sur une collaboration féconde.

Revenons un peu sur Claude Sautet. En 1968, il est en retraite du cinéma et se contente de corriger les scripts des autres. L’échec de L’arme à gauche, trois ans plus tôt, l’a dégoûté. Jean-Loup Dabadie cherche de son côté un cinéaste pour réaliser l’adaptation qu’il vient d’écrire du livre de Paul Guimard, Les choses de la vie. À part Sautet et Robert, le jeune auteur ne connaît pas grand-monde et il demande naturellement son avis à celui de ses deux amis dont la sensibilité lui paraît la plus proche de son script. À sa grande surprise, Sautet s’emballe non pas pour l’histoire mais pour la célèbre scène de l’accident qui parcourt le film en flashbacks : c’est un défi de mise en scène qui lui redonne envie de tourner. A partir de cette date, avec Sautet, Dabadie va écrire l’une des plus belles pages du cinéma français. Max et les ferrailleurs (1971), César et Rosalie (1972),  Vincent, François, Paul... et les autres (1974), Une histoire simple (1978), autant de chroniques sentimentalo-dramatiques qui dessinent un portrait désenchanté de la France des années 70, celle d’hommes remis en cause par l’émancipation féminine et par le chômage de masse qui fracasse l’ordre établi.

Article sur le même sujet

Les Choses de la vie fête ses cinquante ans
18 MARS 2020
Les Choses de la vie fête ses cinquante ans

Jean-Loup Dabadie ne délaisse pas pour autant Yves Robert. Il coécrit avec lui Salut l’artiste (1973) et, surtout, Un éléphant ça trompe énormément (1976) et Nous irons tous au paradis (1977), comme des miroirs légers des drames de Claude Sautet. L’écrivain et scénariste Pascal Jardin (père d’Alexandre) dira à ce propos : « Les films que Dabadie écrit, vous les mettez dans un shaker, vous secouez ses scénarios et ses dialogues ; si vous versez d’un côté, vous avez le versant dramatique, les films de Claude Sautet ; si vous versez de l’autre côté, vous aurez les comédies d’Yves Robert. »

Durant les années 70, Dabadie est demandé partout, chez Philippe de Broca (La poudre d’escampette), François Truffaut (Une belle fille comme moi), Claude Pinoteau (Le silencieuxLa gifle), Jean-Paul Rappeneau (Le Sauvage)... Tout ce qu’il touche se transforme en or. Le roi ne peut que redescendre de son piédestal. Son avant-dernier script pour Yves Robert, comme un symbole, est le dernier de cette folle décennie et s’intitule ironiquement Courage fuyons (1979). De fait, les années 80 le verront progressivement s’éloigner du cinéma où il revient au début des années 2010, appelé par Jean Becker avec qui il collabore à l’écriture de La tête en fricheBon rétablissement et Le collier rouge. Il venait de finaliser une adaptation pour le cinéma des Volets verts de Georges Simenon qu’il ne verra malheureusement pas concrétisée à l’écran.