Le cinéma français en Chine

Le cinéma français en Chine

23 décembre 2013
Cinéma
une.jpg

Jean-Paul Salomé, cinéaste, président d’UniFrance films, Xavier Lardoux, directeur général adjoint d’UniFrance films, Audrey Azoulay, directrice générale déléguée du CNC, Carole Scotta, productrice et distributrice de Haut et Court, Jérôme Seydoux, président directeur général de Pathé Distribution, Sophie Seydoux, présidente de la Fondation Jérôme Seydoux, Alain Sussfeld, directeur général d’UGC et Franck Weber, directeur des acquisitions de Canal+ faisaient partie de cette délégation.

À la suite des voyages officiels successifs du Président de la République en avril dernier, de la ministre de la Culture et de la Communication en juin ou encore récemment du ministre de l’Économie et des Finances et du Premier ministre, et à la veille du cinquantenaire des relations franco-chinoises, qui aura lieu en 2014, des rencontres ont été organisées à Pékin avec les professionnels du cinéma chinois (présentation réciproque des systèmes de production, distribution et exploitation, développement des coproductions franco-chinoises, régulation des programmations en salles, politiques des chaînes de télévision et développement de la VOD…).

Ces rencontres ont pour objectif à moyen terme, en s’appuyant sur le modèle français, de favoriser la diversité du cinéma en Chine pour que les films français y aient pleinement leur place.

Partenaire de plus en plus essentiel de la France pour les échanges commerciaux et culturels, et forte d’un parc de salles désormais gigantesque (18 000 écrans début 2014 contre 4 000 en 2008), la Chine, très soucieuse de protéger sa propre cinématographie vis-à-vis des majors américains a manifesté récemment son intérêt pour le système de régulation et de financement du cinéma français qui lui permet une part de marché élevée (40 % en 2012) et une capacité d’exportation forte (145 millions de spectateurs pour des films français hors France en 2012). Malgré un nombre de films français toujours limités par des quotas, la Chine, avec plus de 5 millions d’entrées en salles au total pour les films français en 2013 est, à ce jour, et pour la première fois, le deuxième territoire pour le cinéma français après les États-Unis.

 

Les rencontres avec les professionnels du cinéma chinois