"Daratt" de Mahamat-Saleh Haroun

"Daratt" de Mahamat-Saleh Haroun

Couverture du dossier maître du film Daratt de Mahamat-Saleh Haroun

Lycéens et apprentis au cinéma - Dossier maître du film "Daratt" de Mahamat-Saleh Haroun

Synopsis

Un village tchadien. Atim et son grand-père aveugle apprennent par la radio la décision d’une amnistie générale pour les crimes perpétrés durant la guerre civile. Le vieil homme confie alors à l’orphelin la mission de tuer le meurtrier de son père, qui vit à N’Djamena. Durant son voyage, un soldat le menace avec une arme parce qu’il le regarde. À son arrivée, le garçon est tabassé par des militaires et secouru par Moussa, qui lui offre de l’héberger. Il se rend chez son ennemi, puis le suit, mais ne parvient pas à le tuer. Lors d’un autre essai, il défie le meurtrier, boulanger, en recrachant son pain. Faute de passer à l’acte, il accepte la proposition de Nassara, aphone (il se sert d’un micro pour parler), d’entrer chez lui comme apprenti. Il fait la connaissance de sa jeune épouse enceinte, Aïcha.
Au cours de sa formation, Atim s’éloigne de Moussa, avec qui il volait des néons. Ses tentatives de tuer le boulanger dans sa demeure échouent aussi. Se noue entre l’élève et le maître un lien ambigu, entre provocation et proximité père-fils. Progressivement, l’apprenti oublie son arme, se concentre sur la fabrication du pain et sa vente, tandis que le corps de son ennemi faiblit. Lorsque Nassara, seul pour le Ramadan, lui propose de s’installer chez lui, Atim accepte et devient autonome dans son travail. Sa rencontre, une nuit, avec le soldat qui l’avait provoqué réactive son désir de vengeance. Lorsqu’il retourne chez le boulanger, déterminé à régler ses comptes, il apprend la mort de l’enfant attendu. Le couple endeuillé propose à l’adolescent de l’adopter. Il refuse et part, suivi par Nassara désireux de rencontrer sa famille. Arrivé dans le désert, face à son grand-père, le garçon fait semblant de tuer son ennemi, puis part avec le vieil homme.