Man on the Moon de Miloš Forman

Man on the Moon de Miloš Forman

Man on the Moon de Milos Forman

Lycéens et apprentis au cinéma, dossier maître

Onzième long métrage de Miloš Forman, Man on the Moon est, sinon le plus beau de la trilogie de biopics entamée avec Amadeus (1984) et poursuivie avec Larry Flynt (1996), le plus travaillé par les obsessions du cinéaste sur l'art de la performance et de la scène. Il faut dire qu'en reprenant la figure aussi inventive qu'extravagante du comique Andy Kaufman, le film s'offre d'emblée les moyens de gratter jusqu'à l'os la folie du spectacle américain, tout en explorant les ressorts du rire. Interprété par un Jim Carrey alors au sommet de sa carrière, son personnage principal semble constamment disparaître derrière la multiplicité des masques qu'il arbore sur scène et à la télévision. Jamais à court d'un canular, il n'a de cesse de provoquer le public dans un grand geste réflexif et suicidaire, que Forman prend soin de mettre en scène comme une lutte aussi fascinante qu'épuisante. Car, derrière le vertige de cette comédie permanente des identités, que vient redoubler le jeu de Jim Carrey, se déploie le récit mélancolique d'un homme qui voulait croire, et faire croire, à sa propre immortalité.