Documentaire : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (aide à l'écriture) : résultats de la commission du 9 novembre 2018

Résultats des commissions

09 novembre 2018


Et la terre s’ouvrit une dernière fois d’Arnaud Sauli
Contact : arnaud.sauli@gmail.com
DUBLIN FILMS : fabrice@dublinfilms.fr
En Pologne dans la forêt de Sobibor, deux archéologues travaillent à l’excavation du site d’un camp d’extermination. Les résultats de leur recherche sont de première importance. Mais le temps presse car un musée, sous les auspices du ministère de la culture, doit se construire sur les lieux mêmes de leur fouille. Deux chantiers concurrents, aux visées très différentes.

Markowicz, appartement n°10 de Bérangère Jannelle
Contact : bjjannelle@gmail.com
TAMARA FILMS : carole@tamarafilms.com
André Markowicz, immense traducteur de russe – de Dostoïevski à Pouchkine, poète et écrivain écrit pour la première fois de sa vie un récit autobiographique en vers, L’Appartement. Pour mener à bien cette entreprise, il doit retourner sur les traces de l’appartement familial à Saint Pétersbourg à la recherche du lieu où sa vocation d’écrivain, de traducteur a commencé.

Mosul eye, le gardien de Mossoul d’Ivan Erhel
Contact : ivan@thefactstories.com
THE FACT STORIES : contact@thefactstories.com
Plutôt que fuir à l’arrivée de Daech, un jeune historien de Mossoul décide de documenter scientifiquement cette période historique. A mesure que la situation se dégrade, il entre peu à peu en résistance et en dépression. Héros pour certain, espion pour d’autres, ceux qui ont vécu l’occupation racontent.

Underground overground d’Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz
Contact : nicolas.klotz0051@orange.fr
Poème documentaire tourné à Calais, Lille, paris, Menton et dans les Alpes, consacré aux migrants après la destruction de la Jungle de Calais et la dispersion de ses habitants.

Un silence de Sophie-Catherine Gallet
Contact : gallet.sc@gmail.com
LES POISSONS VOLANTS : sophie.goupil@poissonsvolants.com
Jeune femme française et lettone, porter ces deux cultures m’a longtemps paru anodin. Jusqu’au jour où, en marge de mes études, j’ai découvert une Lettonie tiraillée entre glorification de la résistance au soviétisme et silence absolu concernant la période de l’occupation allemande. Dans un jeu de résonances singulières, j’ai bientôt compris que ce silence se retrouvait jusque dans ma famille, habitée, elle aussi, par le non-dit. Mon film est tout autant une enquête autour de cette omerta familiale et nationale, qu’une tentative pour comprendre la complexité des perceptions différentes d’une même histoire.

27 mai 2020

Le Rendez-Vous Biarritz se tiendra en 100 % digital

Le marché audiovisuel dédié aux programmes français, permettant aux acheteurs étrangers de visionner le meilleur de l’offre télévisuelle française récente, se tiendra à la rentrée en format entièrement...