documentaire : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (développement) - résultats de la commission du 8 avril 2019

Résultats des commissions

08 avril 2019


La chanson de Jérôme d’Olivier Bosson
Producteur : La société des apaches
Aide accordée : 12 000 €
Le 20 mai 2017 en Saône-et-Loire, Jérôme Laronze, un éleveur de bovins est abattu par les gendarmes au terme d’une cavale de neuf jours. Passé largement inaperçu dans les médias, ce fait divers pose question à un moment où l’agriculture paysanne se meurt, et où l’activité humaine fait peser des menaces de plus en plus grandes sur l’ensemble du vivant. Au-delà d’une quête de vérité et de sens, je voudrais avec ce film donner de la visibilité à cette affaire, et faire émerger la figure de Jérôme Laronze, un homme mort de son opposition aux logiques de l’agro-industrie.

La fin de tout de Vincent Dieutre
Producteur : La huit production
Aide accordée : 14 000 €
A l’occasion de ses retrouvailles avec un amour de jeunesse sur Facebook, un cinéaste décide de faire le voyage à Los Angeles et d’y traquer les signes proliférant de la « fin », cette échéance qui paralyse toute possibilité de transformation : fin de l’histoire, du travail, du cinéma, de l’amour même… Alors que l’Europe semble confortablement installée dans l’extase de sa fin imminente, la Présidence Trump et les palmiers malades de L.A. questionnent notre devenir : et si la « fin » avait déjà eu lieu ? De Hollywood à Malibu, de ghettos communautaires en boulevard du crépuscule, son journal intime se fait médiation amoureuse, numérique et musicale.

Genius loci de Dominique Marchais
Producteur : Zadig productions
Aide accordée : 12 000 €
Qu’est-ce qu’un lieu ? Qu’est-ce qui le caractérise ? De la permanence ? Mais tout change ! Alors, quoi ? Peut-être que ça n’existe pas, un lieu ? Peut-être est-ce une invention des hommes, terrifiés par l’écoulement continu des choses ? Peut-être ont-ils brandi cette fiction spatiale pour conjurer le temps, la mort ? Mais une fiction partagée, n’est-ce pas déjà une sorte de réalité ?

Je est un autre de Raphaëlle Benisty
Producteur : Zadig productions
Aide accordée : 10 000 €
A l’ombre de la République, dans le vacarme des dialectes, trois interprètes franchissent inlassablement les frontières de l’altérité. Sans eux, pas de lien possible. Il ne resterait que des mots inaudibles, des murmures, des râles, des cris, des prières et finalement rien, rien qu’un silence assourdissant.

Langue des oiseaux d’Erik Bullot
Producteur : Baldanders films
Aide accordée : 13 000 €
Composé de vignettes musicales, graves et drôles, Langue des oiseaux est un documentaire de création, poétique et philosophique, sur les tentatives de traduction du chant des oiseaux et sur les rêves de communication possible ou imaginaire entre les espèces.

Markowicz appartement 10 de Bérangère Jannelle
Producteur : Tamara films
Aide accordée : 12 000 €
André Markowicz, immense traducteur de russe – de Dostoïevski à Pouchkine, poète et écrivain écrit pour la première fois de sa vie un récit autobiographique en vers, L’Appartement. Pour mener à bien cette entreprise, il doit retourner sur les traces de l’appartement familial à Saint Pétersbourg à la recherche du lieu où sa vocation d’écrivain, de traducteur a commencé.

La révolution n’est pas un dîner entre amis de Clément Dorival, Julie Pagis & Michael Zeidler
Producteur : Films de force majeure
Aide accordée : 14 000 €
En 1972, un groupe de maoïstes occupe un ancien couvent près de Paris. Leur objectif ? Mettre en pratique leurs idéaux politiques de l’époque. L’expérience va durer dix ans, pour le meilleur et pour le pire. Réalisé à partir d’entretiens avec les militants de l’époque et d’archives mises en scène, ce projet de film est une proposition de récit de cette histoire unique et une enquête sur ses échos dans le monde contemporain. « La Révolution n’est pas un dîner entre amis » écrivait Mao Tsé-Tung. Jusqu’où va-t-on au nom de son engagement ?

Toute la vérité sur la mort du traducteur en escroc de Jean-Christian Riff
Producteur : La huit production
Aide accordée : 14 000 €
Enquête sur la disparition de Bernard Hoepffner, ami et traducteur réputé. Avant de mourir mystérieusement en mer, à la pointe la plus à l’ouest du Pays de Galle, il venait de terminer son unique texte personnel : Portrait du traducteur en escroc, publié aux éditions Tristram. Un des chapitres est consacré à ce lieu où il disparaît.

27 mai 2020

Le Rendez-Vous Biarritz se tiendra en 100 % digital

Le marché audiovisuel dédié aux programmes français, permettant aux acheteurs étrangers de visionner le meilleur de l’offre télévisuelle française récente, se tiendra à la rentrée en format entièrement...