Comment est fabriqué "Le Bureau des Légendes" ?

Comment est fabriqué "Le Bureau des Légendes" ?

15 avril 2019
Séries et fictions TV
Le Bureau des légendes
Le Bureau des légendes Frédéric Stucin / CANAL+
Producteur via sa société The Oligarchs Productions (T.O.P.) de la série Le Bureau des légendes, Alex Berger vient de remettre au CNC un rapport proposant une nouvelle organisation de la fiction sérielle en France. Il revient à cette occasion sur les méthodes d’organisation permettant d’écrire, produire, tourner et donc in fine de proposer tous les ans au public une nouvelle saison de la série phare de Canal+.

Alex Berger
Alex Berger © SAMUEL KIRSZENBAUM / TOP-THE OLIGARCHS PRODUCTIONS / C+
Avec la série Le Bureau des Légendes, vous avez mis en place une organisation du processus créatif centrée sur l’écriture et inspirée des Etats-Unis : un showrunner, un atelier d’écriture structuré… Pourquoi ce choix ?
Je suis d’origine américaine et j’ai travaillé au cours de ma carrière avec des scénaristes et réalisateurs américains. Avec Eric Rochant, nous avons également eu l’occasion de collaborer directement avec des auteurs américains en développant la série The Oligarchs, et donc d’apprendre en faisant. Nous voulions surtout montrer qu’il était possible d’importer ces méthodes en France et que si les Scandinaves ou les Israéliens y arrivaient, nous pouvions aussi le faire. Trouver le bon modèle nous a cependant pris des années ! Mais si l’on veut écrire et produire 8 à 12 épisodes d’une série chaque année, il n’est pas possible de faire travailler un seul auteur, ou de ne pas mettre en place une organisation stricte. C’est un changement d’univers, mais il faut s’adapter – nous évoluons dans un monde très concurrentiel et les spectateurs sont très exigeants. Quand Eric Rochant a pitché à Canal+ le concept de la série, il a également évoqué la mise en place de cette méthodologie tendant vers une plus grande industrialisation du processus créatif. La chaîne était réticente à cause des coûts. Mais nous avons su trouver les réponses pour les convaincre !

On entend beaucoup parler depuis quelques années du  « showrunner », avec des visions parfois très différentes de ses attributions. Comment définiriez-vous ce poste, qui est essentiel sur Le Bureau des Légendes [et assuré par  Eric Rochant, ndlr] ?

Pour moi, d’abord, « showrunner », c’est un terme générique aux USA pour dire « le patron », celui qui gère la série. C’est le patron créatif, le garant de la bonne fin artistique du projet. Pour Eric Rochant et pour moi, le showrunner, ou « auteur-producteur », doit avoir plusieurs qualités, et peu importe si c’est en une personne ou bien en plusieurs. Tout d’abord, il est donc le créateur. Il est à la fois auteur de la série et co-auteur des épisodes pour qu’il y ait une harmonie, donc gestionnaire de l’atelier d’écriture au sein duquel travaille une équipe de scénaristes. C’est donc aussi un manager. Et il doit, dans ce management, faire en sorte de faire travailler les gens d’une seule voix. La deuxième qualité, c’est d’être, comme Eric Rochant, réalisateur d’épisodes et co-réalisateur de la série. Il donne le final cut, pour harmoniser. Si le showrunner n’a pas de formation de réalisateur,  il doit au moins pouvoir traduire ses écrits de telle manière que le réalisateur de référence puisse chorégraphier les écrits à l’écran. La troisième qualité du showrunner, c’est qu’il doit comprendre la production, c’est-à-dire les maths ! Il doit comprendre ce que ça veut dire, d’être producteur, les aspects financiers...

Il existe différents modèles de showrunning. Comment s’est fait le choix de celui du Bureau des Légendes ?
C’est dépendant de la personnalité et expérience de l’auteur-producteur. Eric Rochant est auteur, réalisateur, il lui manquait juste une meilleure connaissance des enjeux de production. Nous avons travaillé ces points ensemble ! Nous, notre organisation pyramidale, très hiérarchisée, prend exemple sur ce qu’il se passe aux Etats-Unis. Eric et moi avons vécu, expérimenté, étudié le modèle américain et l’avons adapté au droit d’auteur et au droit du travail français pour le faire exister ici. Mais c’est du cas par cas, selon la série et en fonction du profil du showrunner.

Le rôle de showrunner d’Eric Rochant a-t-il évolué au fil des saisons ?
Il évolue toujours. Eric apprend, il est brillant. Il est très tenté de faire plus, parfois trop… C’est extraordinaire d’avoir quelqu’un d’aussi exigeant, concentré, minutieux.  Il y aura une évolution forte en cinquième saison : l’intervention d’un co-showrunner.

Les épisodes du Bureau des Légendes sont écrits par une équipe de scénaristes, réunis au sein d’un atelier d’écriture structuré. Comment fonctionne-t-il ?
C’est une structure pyramidale, très hiérarchique. Au sommet, donc, Eric Rochant, le showrunner, dirigeant tout : c’est lui le patron ! En-dessous, il y a des auteurs d’épisodes, qui en écrivent tous un ou deux. Ils font souvent ça en one-on-one avec le showrunner. En-dessous, dans la pyramide, il y a les scénaristes-collaborateurs, qui effectuent de la recherche documentaire et peuvent assurer l’écriture de certaines scènes. Et encore en-dessous, il y a les auditeurs, c’est-à-dire des stagiaires qui se contentent d’écouter les discussions qui ont lieu lors des réunions. A l’issue de leur période de stage, ils passent un test – s’ils le réussissent, ils pourront intégrer l’atelier. Cette pyramide crée une organisation extrêmement précise, au sein de laquelle il est possible d’évoluer, de « monter en grade ». Deux fonctions viennent compléter ce modèle : le coordinateur d’écriture, qui est la mémoire et la personne qui gère le flux des rendus… Parce qu’on est dans un système de droit d’auteur, et qu’il faut à tout moment pouvoir dire qui a eu l’idée de quoi… donc comment répartir les droits. Le coordinateur est très important, il est là tout le temps et gère la progression de l’écriture. Sur d’autres séries, il y a  également un coordinateur de production exécutive, qui est là pour être sûr qu’on répond bien à tous les critères de production. Nous avons opté pour cette forme d’organisation, mais par exemple d’autres séries portées par un showrunner comme Engrenages ou Un Village français fonctionnent différemment. Ce modèle nous convient et s’est avéré très efficace pour travailler presque sans discontinuer afin de rendre une saison par an.

L'atelier d'écriture structuré

Combien de personnes interviennent sur un épisode ?
En dehors du showrunner, qui de toute façon retravaille chaque épisode et peut réécrire de 20 à 100% de l’épisode, il y un ou deux auteurs, puis un scénariste collaborateur. En moyenne 4 personnes, donc.

Comment, concrètement, se déroule l’écriture d’une saison ?
On (Eric, les auteurs des épisodes…) se réunit tout d’abord pour déconstruire l’intrigue de la saison pensée par Eric en différentes arches narratives par personnages, actions… C’est le moment où il y a dans la « room » beaucoup de post-its avec des possibles de toutes les couleurs selon les arches…  Eric Rochant est assis en bout de table, puis les auteurs responsables d’épisodes, puis les scénaristes collaborateurs… Même à ce niveau-là, l’organisation est très hiérarchisée ! Ensuite, c’est du one-on-one. Une fois que les arches narratives sont constituées, par le groupe que j’évoquais précédemment, ce qui peut prendre quelques mois, Eric va assigner des épisodes aux auteurs. Ils écrivent de leur côté pendant deux à trois semaines, puis lui remettent une V1 à Eric, qu’il corrige. Des notes sont faites, on réécrit… C’est un processus permanent d’auteurs qui rendent à Eric leurs versions puis les retravaillent. Ce n’est pas un fonctionnement de réflexion collaborative.

Quel est le rôle du producteur que vous êtes dans ce processus créatif ?
Mon rôle, en tant que producteur, c’est de fabriquer le cocon en titane autour de ces gens-là ! Faire en sorte qu’ils aient tout pour bien bosser et soient protégés des éléments externes ou perturbateurs. Je n’ai pas de rôle créatif en ce qui concerne Le Bureau des Légendes. Eric et moi parlons de ce qu’il veut faire et il me demande ce que j’en pense. Mais j’ai une confiance absolue en lui. Je n’ai rien à apporter créativement parlant. Moi, je suis là pour travailler afin que l’ADN de sa vision se traduise partout. Puis créer ce cocon. Et enfin gérer la marque.

Gérer la marque ?
Oui. Avec une série, on crée une marque. Or une marque est fragile. Donc en dehors de tous les aspects technico-juridico-commerciaux, je dois gérer les aspects promo, marketing, communication… Car Le Bureau des Légendes est notre marque, avec Federation Entertainment (coproducteur de la série, ndlr), donc nous la gérons comme telle. On est focus là-dessus ! Et c’est un boulot en permanence, avant, pendant et après la diffusion. Et dans tous les pays du monde !

Concrètement, « gérer une marque », pour une série, qu’est-ce que cela signifie ?
Cela veut dire : traduire les intentions, l’ergonomie, l’écrit, dans tous les domaines.  On a inventé un terme, « REEEEmarque » : « recruter, éduquer, entretenir et étendre la marque ». Comment fait-on ça ? En expliquant à Canal+ que ce n’est pas juste un logo, mais comment la presse va parler, quels sont les éléments de langage, comment penser l’affiche, comment on gère du contenu additionnel pour tous les supports, comment on fabrique des éléments de promo, des produits dérivés, des livres, comment on organise des conférences... Pour la saison 5, par exemple, nous organisons une exposition à la Cité des Sciences et de l’Industrie. Il y a une marque, qui doit vivre, que l’on doit faire exister. L’ADN de cette marque doit voyager sur toutes les surfaces et partout. On gère tous les détails avec les équipes. Surtout, je ne veux pas exposer la marque à une erreur : je ne donne pas les clés de la voiture à quelqu’un que je ne connais pas, je veux être sûr du chemin que l’on prend !