Julie Delpy décrypte « On the Verge », sa première série américaine

Julie Delpy décrypte « On the Verge », sa première série américaine

07 septembre 2021
Séries et TV
On the verge - Julie Delpy - Copyright The Film TV
"On the verge" de Julie Delpy The Film TV
La plus américaine des réalisatrices françaises signe sa première série pour Canal+. On the Verge dresse le portrait croisé de quatre femmes californiennes ayant chacune passé le cap de la quarantaine. Une comédie sociale tournée à Los Angeles, en pleine pandémie, avec son œil d’expatriée installée aux États-Unis depuis plus de trente ans.

Deux ans après My Zoé, Julie Delpy est de retour, mais pas avec un film. Pour la première fois, la cinéaste française s'essaye à la série. Un projet télévisuel pour Canal+ (et Netflix à l'international) intitulé On the Verge, qui se penche sur quatre femmes de 40 à 50 ans vivant sur la côte ouest des États-Unis. Une comédie sociale américaine dans l'ère du temps, inspirée par ses propres relations.

J'avais envie d’une histoire de femmes. Plus que de suivre un seul personnage, je voulais raconter l'histoire de plusieurs amies, leurs relations avec leurs maris, leurs mecs, leurs enfants... Elles ont toutes eu des garçons. J'aimais bien cette idée qu'elles élèvent les hommes de demain.

« C'est inspiré largement par certaines de mes amies, avec des choses précises et des choses plus fantasmées. C'est évidemment très romancé, mais les traits de personnalité viennent de gens que je connais », nous confie Julie Delpy, en marge du Festival Séries Mania, à Lille, où On the Verge a été projetée en avant-première.

Créatrice, scénariste, réalisatrice et actrice principale, la Française a, comme à son habitude, porté ce projet télévisuel d'un bout à l'autre, en essayant de ne pas trop puiser son inspiration dans les séries du genre déjà existantes. « Je voulais qu’On the Verge se démarque, qu’elle soit plus proche de mes films comme Le Skylab, avec tous ces personnages qui se mélangent », poursuit la star passée par Urgences. « J'avais envie de partir de mon univers. Et puis, c'est vrai qu'il y a des séries que je ne connais pas du tout, par exemple Sex and the City. Je n'ai jamais regardé. Je n'ai jamais vu Friends non plus. Il y a des choses comme ça, qui ne m'accrochent pas. Je préfère le côté caustique de Larry et son nombril par exemple.

Si Julie Delpy a eu envie de développer son histoire pour le petit écran, c'est pour avoir le temps d'approfondir les personnages et les intrigues : « Je trouvais que quatre femmes, c'était sans doute trop à raconter en un seul film. Sur 90 minutes, cela aurait permis de se plonger dans une toute petite partie de leur vie. Avec la série, je peux explorer beaucoup plus de choses. J'aime l'idée d'un récit choral. Je l’avais fait dans Le Skylab. Ça m'avait beaucoup plu de raconter les histoires de différentes générations, les grands-mères, les parents, les enfants, les ados, le temps d'une journée, à un moment précis dans leur vie. Pouvoir le faire sur un temps plus long, c'est l'intérêt de la série. »

On the Verge s'étale sur douze épisodes, dont cinq ont été réalisés par Julie Delpy. La majorité des autres est signée Mathieu Demy. L'acteur de Mytho (sur Arte) est passé derrière la caméra pour quatre épisodes, lui qui avait déjà filmé une dizaine d’épisodes du Bureau des légendes. Sauf que pour cette nouvelle série, « les circonstances de tournage étaient dingues », en pleine crise sanitaire. « Et encore ! On a eu de la chance ! Parce qu'on n'a pas été arrêté par la pandémie. On est passé entre les gouttes, entre le 31 août et Thanksgiving. » Malgré tout, Mathieu Demy se souviendra longtemps de cette production en Californie, qui a souffert « énormément de contraintes techniques, les tests, les distances à respecter, et surtout le protocole de rotation des équipes... Tous les départements ne pouvaient pas intervenir au même moment sur le plateau. D'abord les gens de la déco, qui devaient laisser la place à ceux de la lumière, qui devaient ensuite quitter le plateau pour qu'on vienne filmer le travelling. Et ensuite on faisait les répétitions... En temps normal, c'est un joyeux bordel ! Tout le monde fait tout en même temps et ça permet d'avancer. Là, il y a eu beaucoup d'inertie. On a eu moins de temps pour tourner les scènes. Sans parler du fait que tout a coûté bien plus cher. Le Covid, c'est 30 % de budget supplémentaire ! » Avec son regard d'expatrié, Mathieu Demy raconte aussi que les « équipes sont beaucoup plus importantes qu'en France, et chacun avec un peu moins de responsabilités, les choses étant encore plus découpées. Et il y a plus de protocoles à suivre. C'est un fonctionnement industriel, il faut s'habituer. »

Julie Delpy, elle, a justement l'habitude. Vivant outre-Atlantique depuis des décennies, elle confesse ne plus se sentir expatriée quand elle est aux États-Unis. « C’est lorsque je suis en France que j'ai l'impression d'être expatriée. J'ai appris mon métier là-bas. Il faut savoir composer : par exemple, les Américains, quand ils ne veulent pas faire quelque chose, ils vous disent que ce n'est pas possible à faire. Alors qu'en fait, c'est juste un peu compliqué... Oui, je suis vraiment entre les deux. J'ai un petit côté américain, parce que ça fait trente ans que je vis là-bas. Mais je suis Française aussi. Je me sens à l'extérieur des deux, tout en étant à l'intérieur des deux. » Et Mathieu Demy de résumer avec humour : « Julie est exactement à l'endroit où elle peut critiquer tout le monde. Parce qu'elle est Française, parce qu'elle habite à Los Angeles, parce qu'elle est une femme, par la comédie, elle peut taper sur tout le monde (rires…) Sur les Français, les Américains, sur les femmes... » Contemporaine et attachante, On the Verge est une série à l"image de sa réalisatrice, qui n'a, malgré tout, pas l'intention de s'éterniser sur le petit écran : « Je vais refaire du cinéma. Je dois tourner un nouveau film français à l'automne. Et ensuite, un autre film français, et ensuite j'ai un film américain, sur les pionniers de Hollywood. Mais si on peut faire une saison 2 d’On the Verge, j'ai déjà pensé à tout ! Il n'y a plus qu'à écrire les scénarios... »

On the Verge

12x30 minutes, à voir sur Canal +
Créée par Julie Delpy
Écrit par Julie Delpy, Alexia Landeau, Emily Ryan Lerner...
Réalisée par Julie Delpy, Mathieu Demy et David Petrarca
Avec Julie Delpy, Sarah Jones, Alexia Landeau, Elisabeth Shue...