« No Man's Land » : « Il fallait que la série sonne français »

« No Man's Land » : « Il fallait que la série sonne français »

18 septembre 2020
Séries et TV
No Man's Land sur Arte
No Man's Land sur Arte Arte - Sife Elamine
Diffusé en novembre sur Arte mais disponible depuis ce vendredi 18 septembre sur Arte.tv, ce thriller international a été créé et filmé par une équipe israélienne, mais avec un casting largement francophone emmené par Félix Moati et Mélanie Thierry. Le scénariste Xabi Molia a collaboré aussi bien à l'écriture qu'à la mise en scène de ce projet atypique. Il revient sur son rôle dans cette série qui fait partie de la sélection du Festival de la Fiction TV 2020.

No Man's Land est une série écrite par Amit Cohen et Ron Leshem « avec votre collaboration ». Mais quel a été votre rôle exactement ?

J'ai été engagé par la société de production Haut et Court avec une mission : à partir de ce qui avait été écrit par les créateurs israéliens, je devais adapter tout ce qui concernait spécifiquement les deux personnages français. Cela partait d’une réflexion très constructive des productrices. Elles ont réalisé que la série mélangeait plusieurs aires culturelles, avec des personnages de différentes nationalités (anglaise, kurde, française) et qu’il fallait trouver une forme de justesse pour chacun. On devait leur donner plus d’authenticité, un contexte social, une manière de parler spécifique…

Le script était écrit en quelle langue au départ ?

Quand je reçois le scénario du premier épisode, c'est une version anglaise, très neutre, traduite de l'hébreu. Assez vite en le lisant et en en parlant avec les productrices, on s'est dit qu'il y avait des choses qui fonctionnaient moins bien que d’autres. J'ai participé à la réflexion sur les textes, sur les scènes, un peu au-delà des personnages français même. Amit et Ron ont une manière d’écrire très fonctionnelle. Ils savent par exemple qu'ils ont besoin d'un secret de famille à un moment, mais ils décident de ne pas s’arrêter dessus tout de suite ; ils le trouveront plus tard. Comme j’étais déjà intégré au processus d’écriture, j'ai travaillé avec eux sur la backstory de la famille. C’est comme un laboratoire en fait. On élabore des hypothèses, des solutions possibles et on aboutit à la fin à l'écriture du script final.

« J'ai essayé de prendre une place en retrait, une place de conseil »?

Concrètement, comment avez-vous travaillé avec Amit Cohen et Ron Leshem ? Etiez-vous en relation avec eux ?

Je recevais les textes par la société de production et je rendais des notes très détaillées. On en discutait avec la productrice, Caroline Benjo, et elle faisait un retour aux créateurs avec des suggestions ou des demandes. A charge pour eux de faire le tri. Ensuite, j’ai entretenu avec Amit Cohen et Ron Leshem une relation régulière via Skype ou mail. Mais il n'y a pas eu de « writing room », parce qu'on a conçu cette série dans l'urgence. Hulu a acheté le projet sur la base du script d'un pilote à l'été 2018. Ils ont fixé une date de rendu intangible au printemps 2020. Ce timing très serré ne nous permettait pas de « couper les cheveux en quatre ». Dans un tel rush, la production est comme un train lancé à pleine vitesse et personne n'a le temps d’appuyer sur les freins. L’intérêt c’est que dans de telles conditions, ce sont forcément les auteurs qui ont le pouvoir. Ils sont décisionnaires. Et en l'occurrence, Amit Cohen et Ron Leshem ont pu écrire la série qu'ils voulaient. J'ai pour ma part essayé de prendre une place un peu en retrait, un rôle de conseil qui ne les ralentirait pas. Mais ils m'ont fait une confiance totale sur la manière de dessiner les personnages français. 

Et sur le tournage en tant que tel, quelle a été votre fonction ?

C’est Oded Ruskin - qui avait déjà collaboré sur False Flag avec eux – qui a réalisé la série. Oded a quelques notions de français, mais ce n'est pas une langue qu'il parle couramment. On a tout de suite compris que ce serait compliqué pour lui de diriger les acteurs français. La langue française est très difficile à entendre pour un metteur en scène qui ne la pratique pas. Elle est atone et un réalisateur étranger n'entend pas forcément quand ça joue bien ; il peut donc avoir tendance à pousser les curseurs du jeu français. C’est la raison pour laquelle on a imaginé un duo dans lequel Oded avait le dernier mot en tant que réalisateur. De mon côté, je m'occupais de la direction d'acteurs, sans que ça rentre en contradiction avec sa vision. Très sincèrement, au début, je pensais que ça ne pouvait pas marcher. Mais Oded m'a laissé la place qu’il fallait, il m'a laissé échanger avec les comédiens. Je leur donnais les indications de jeu qui me paraissaient justes, et jamais Oded ne m'a démenti. Et comme il devait réaliser les 8 épisodes tout seul, ce qui est épuisant, j'ai fini par le remplacer, certains jours, pour réaliser quelques scènes.

« Une première expérience de série »

Ce n’était pas frustrant de ne pas avoir le dernier mot ?

Ce n’était pas ma série. Et j'ai toujours considéré la mise en scène comme un sport collectif. En cinéma comme en série. D'autant que je n'avais jamais travaillé pour la télévision. J'étais content d'être aux premières loges pour voir comment ça se fabrique. Je ne savais pas ce que ça représentait de filmer des épisodes de 45 minutes en 8 jours... Ce fut une première expérience sur une série, qui plus est, à grande échelle.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans l'histoire de No Man's Land ?

Au départ, il y a une motivation intime, très personnelle. J'ai perdu un ami lors des attentats du 13 novembre 2015 et je crois que j’étais arrivé à un moment de ma vie où je voulais comprendre comment on a « fabriqué » cet attentat. C'est, au début, le volet Daesh qui m'a surtout intéressé. Cette plongée dans la machine qui est allée produire ces atrocités à Paris. J'ai trouvé dans la série un travail d'enquête passionnant, qui refuse de simplifier les personnages, de simplement les qualifier de monstres. La série cherche à montrer comment on produit le monstrueux, comment on en arrive au pire...