Le Ciné Lacaze, seul cinéma Art et Essai de La Réunion

Le Ciné Lacaze, seul cinéma Art et Essai de La Réunion

30 novembre 2020
Cinéma
Ciné Lacaze de Saint-Denis
Ciné Lacaze de Saint-Denis DR/Ciné Lacaze
Véritable institution à La Réunion depuis le début des années 2000, le Ciné Lacaze de Saint-Denis attire les cinéphiles de l’île avec une programmation « élitiste » et « populaire ». Rencontre avec Marina Lys, qui retrace pour nous l’histoire de ces deux salles pas comme les autres, confrontées aujourd’hui à la crise liée à la Covid-19.

C’est une anomalie à l’échelle de l’île, et une véritable oasis pour les cinéphiles. Le Ciné Lacaze de Saint-Denis de La Réunion est l’un des deux seuls cinémas classés Art et Essai dans les DOM. Ses 214 places (réparties sur deux salles) sont exploitées par la holding Ethève dont le fondateur, Yes Ethève, a démarré sa carrière durant les années 60 avec Poker d’As, qui réunissait en son sein plusieurs activités, du dîner dansant au cinéma. Suivra en 1973 le Ciné Splendid à l’ouest de La Réunion (400 places). « En 1998, Yves Ethève a décidé de créer une société de distribution, Maurefilms, en collaboration avec des investisseurs mauriciens », nous explique Marina Lys, responsable gestion de la holding. « Cette société a permis à l’exploitant d’offrir à sa salle et à son public un véritable choix de films français, européens, américains et indiens, mettant ainsi fin à un monopole en distribution cinématographique locale. »

C’est en 2000, sous l’enseigne Gaumont, qu’arrivera le Ciné Lacaze, avec l’envie de proposer une offre qui manque cruellement à l’île. « C’est un petit complexe avec des salles innovantes », résume Marina Lys, assurant que le public se déplace souvent depuis l’autre bout de La Réunion pour venir découvrir des films qu’il ne trouvera pas ailleurs. « Les distances ne sont pas un frein, l’île n’est pas si grande que cela. Le véritable problème, c’est l’attractivité des films : les gens préfèrent les multiplexes, les films d’action, les grosses comédies, les films d’animation... Nous n’avons pas véritablement de culture cinéphilique à La Réunion, il y a un vrai travail à faire à ce niveau, cependant amorcé depuis quelques années par les associations en place et les acteurs locaux. »

La programmation doit donc « rester populaire même si elle est élitiste : de l’art et essai grand public ! Comme le groupe a des salles dans l’ouest et le sud de l’île, nous établissons notre programmation en correspondance. Le choix des films projetés est fait en tenant compte de la spécificité du Ciné Lacaze, en relation avec la programmation des autres salles du groupe. »

Quand la situation sanitaire ne s’en mêle pas, le Ciné Lacaze vend « autour de 30 000 billets par an ». Depuis l’apparition du coronavirus, la fréquentation a évidemment chuté : sa baisse est estimée entre 55 et 60 %. Alors, pour continuer d’accueillir ses spectateurs dans les meilleures conditions (les salles sont restées ouvertes depuis le mois de juin à La Réunion), le cinéma suit rigoureusement les recommandations sanitaires du gouvernement. Comme en métropole, les clients sont ainsi tenus de laisser un siège entre deux groupes et les enfants doivent obligatoirement porter le masque dès 11 ans. Le Ciné Lacaze ventile au maximum les salles, nettoie régulièrement chaque point de contact et propose la vente à distance et le paiement sans contact. Il va également plus loin en désinfectant les salles à l’ozone. Le prix à payer pour continuer de faire vivre dans de bonnes conditions ce lieu unique à La Réunion.

Le Ciné Lacaze est situé au 14 rue de l’Amiral Lacaze à Saint-Denis de La Réunion