« Le Dernier Duel » : un tournage en Dordogne

« Le Dernier Duel » : un tournage en Dordogne

15 octobre 2021
Cinéma
Le Dernier Duel de Ridley Scott
"Le Dernier Duel" de Ridley Scott The Walt Disney Company France
Ça s'est tourné ici - Écrit sur une base historique véridique, le nouveau film de Ridley Scott raconte le combat jusqu’à la mort que se menèrent deux hommes dans la France de 1386. Le tournage s’est déroulé en décors naturels entre l’Irlande et la France. Principalement en Dordogne, où les conditions idéales sont réunies pour faire revivre le royaume de France durant la guerre de Cent Ans.

Récit du dernier duel à mort judiciaire, prononcé en 1386 entre le chevalier Jean de Carrouges (incarné par Matt Damon) et l’écuyer Jacques Le Gris (joué par Adam Driver), Le Dernier Duel est une réflexion subtile sur la place des femmes sur fond de masculinité toxique, d’épopée flamboyante et… de chateaux français. Car le cinéaste anglais Ridley Scott avait en effet choisi de poser ses caméras en France pour donner plus d’authenticité à ce film de chevalerie hors-norme.

En août 2019, une entreprise prend contact avec Jean-Julien Delautre, historien de l’art et membre de la C.N.E.S. (Chambre nationale des experts spécialisés en objets d’art et de collection), dont la famille est propriétaire du château de Fénelon, en Dordogne, un édifice construit au XIIe siècle. Sans annoncer le titre du film ou son réalisateur, le mystérieux visiteur fait le tour du domaine en disant qu’il vient repérer un décor pour « une production anglo-saxonne se déroulant au Moyen Âge », sans plus de précision. Une semaine plus tard, le visiteur revient annoncer que le château a bel et bien été retenu pour le tournage du Dernier Duel, le nouveau film de Ridley Scott. Quelques jours après, le cinéaste en personne arrive en hélicoptère pour visiter les lieux. « Ridley Scott cherchait “l’authenticité” », explique Jean-Julien Delautre, ravi d’avoir pu fournir au réalisateur le cadre de son nouveau film. « Dans les explications qu’il nous a données, il nous a précisé que le film se déroulait au XIVe siècle, et qu’il fallait un lieu qui corresponde au Moyen Âge. Fénelon est un château qui n’a jamais été modifié depuis cinq cents ans, qui est resté dans son “jus”. C’est un bâtiment qui a des murailles et douze tours, c’est ce côté “forteresse médiévale” qui a plu au cinéaste et à la production. »
En septembre 2019, la production officialise Fénelon comme lieu de tournage.

Entre la venue de Ridley Scott et le premier tour de manivelle, tout un cortège de personnes se rendent au château : du chef décorateur aux ingénieurs et aux ouvriers, une quarantaine de personnes s’active pour préparer les décors.

Au plus fort du tournage, on est monté à 500 personnes sur le site. Une des raisons pour lesquelles Scott et son équipe étaient heureux de tourner à Fénelon, c’est ce que le château est au milieu du domaine. C’est donc facile de travailler tranquillement, tout est à portée de main.
Jean-Julien Delautre
Historien de l’art et membre de la C.N.E.S


La production a passé deux mois au château. Et le résultat à l’écran a impressionné Jean-Julien Delautre : « Le château est tel qu’il est dans la vraie vie. Il a juste fallu supprimer les éléments modernes : le grillage, le portail, la route qui a été entièrement recouverte… Il n’y a pas eu d’effets spéciaux numériques. Et puis… Les oriflammes, les drapeaux installés pour le film flottaient au vent et c’était magnifique ! » Le film témoigne donc de la forte identité du lieu, mais il fut rendu possible grâce aux applications (financières, mais pas seulement) déployées pour garder dans la région ce qui reste « le plus gros film jamais tourné en Dordogne... » Et s’il s’agissait pour Ridley Scott d’un retour au source - il y avait tourné son premier long métrage, le film d’époque napoléonien Les Duellistes – la production a bien failli au dernier moment aller tourner en Espagne pour des raisons budgétaires. Thierry Bordes, du bureau d’accueil des tournages de la Dordogne, se souvient ainsi des efforts fournis pour garder le film sur place « La production avait besoin de deux terrains de 4000 m2 chacun. Ces espaces devaient permettre de réaliser des costumes et des accessoires. On a trouvé à Sarlat un endroit qui ne coûtait pratiquement rien (en négociant même des réductions sur l’hotellerie) et ces économies ont permis au film de rester en Dordogne ».

De fait, accueillir une production de cette ampleur a un impact local extrêmement positif : « Au niveau hôtellerie et restauration, sur le périmètre des trois lieux de tournage, les commerçants ont parlé d’un chiffre d’affaires de mois d’août alors qu’on était hors saison ! » Mais l’implication des équipes de Thierry Bordes ne se limite pas à trouver des lieux où installer caméras et équipements. « Il a fallu également partir à la recherche des équipes techniques. Il fallait plus de 400 techniciens et la région possède de nombreuses équipes très compétentes. » Pour lui, Le Dernier Duel « montre le savoir-faire et l’accueil possible sur le territoire périgourdin. On est calibrés pour accueillir des grosses productions. »

Article sur le même sujet

Il a fallu également partir à la recherche des équipes techniques. Il fallait plus de 400 techniciens et la région possède de nombreuses équipes très compétentes. Le Dernier Duel montre le savoir-faire et l’accueil possible sur le territoire périgourdin. On est calibrés pour accueillir des grosses productions. 
Thierry Bordes
Bureau d’accueil des tournages de la Dordogne
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
 
 
 

 

L’exemple du village de Monpazier témoigne de cet écosystème favorable et de la manière dont les communes savent s’adapter à des tournages aussi imposants. En février 2019, le maire, Fabrice Duppi, a reçu une drôle de requête : l’autorisation d’atterrissage d’hélicoptères dans sa commune pour le repérage d’un tournage... « Je n’avais que peu de détails. J’ai demandé plusieurs fois à parler à la production et, un jour, j’ai vu Ridley Scott descendre d’un hélicoptère. On avait déjà eu Fanfan la Tulipe avec Vincent Pérez et Penélope Cruz, mais une superproduction comme Le Dernier Duel, c’était une première ! » Fabrice Duppi poursuit : « J’ai pu en discuter avec le régisseur, mais sous le sceau du secret. Ils m’ont recontacté au mois d’octobre pour me dire qu’ils souhaitaient tourner à Monpazier. Un régisseur adjoint est resté sur place pendant au moins quatre ou cinq mois afin de préparer l’arrivée du tournage. »

Tournage du Dernier Duel à Montpazier

C’est finalement en février 2020 que l’équipe du Dernier Duel s’installe à Monpazier, petit village de 500 habitants qui a été quasiment entièrement privatisé pour les besoins du tournage. « La place des Cornières a gardé une bonne partie de son esprit médiéval : les bâtiments sont historiques, on a une halle en bois... La municipalité est très favorable à l’accueil des tournages de films, donc on se met à leur disposition. Ce qui est difficile, c’est qu’autour de la place, il y a beaucoup de commerces : en saison estivale, c’est compliqué de tourner avec les touristes, mais hors saison, pas de soucis. » Le tournage a duré deux jours pour une scène cruciale, inoubliable, qui se déroule pendant une foire médiévale.

Autre lieu de tournage du Dernier Duel : le château de Beynac, une place forte habituée aux grosses productions - Les Visiteurs 2, et quelques scènes du Jeanne d’Arc de Luc Besson s’y sont déroulées. Pour le film de Ridley Scott, Audrey de Montgolfier, la propriétaire du château, se souvient que « des personnes sont venues plusieurs fois visiter le château de façon très discrète. Ils avaient déjà fait tout leur travail de recherche concernant le site, et ne m’ont pas posé beaucoup de questions. Je pense que ce qui a plu à Ridley Scott, outre les salles immenses du château, c’est que le site est dans un état de conservation assez exceptionnel. » Audrey de Montgolfier précise que l’intégralité de la somme investie par la production dans le tournage a été affectée à la restauration et l’embellissement du lieu, afin de maintenir son statut patrimonial et de conserver son pouvoir de fascination, à la fois pour les visiteurs et pour de futurs tournages.
Car Le Dernier Duel n’est qu’un des exemples de l’attractivité de la région et les tournages, français ou internationaux, s’enchaînent toujours plus nombreux, confirmant ainsi la vocation artistique du département…
 

Le Dernier Duel

Réalisateur : Ridley Scott
Casting principal : Adam Driver, Ben Affleck, Matt Damon, Jodie Comer
Production : Pearl Street Films, Scott Free Productions, Twentieth Century Fox
Production exécutive : Peninsula Film
Effets visuels : Mikros
Distributeur France : The Walt Disney Company

Le Dernier Duel a bénéficié du Crédit d'impôt international

> Plus d'informations sur le site de Film France