Michel Houellebecq et le cinéma

Michel Houellebecq et le cinéma

22 août 2019
Cinéma
Thalasso
Thalasso Les Films du Worso - Wild Bunch
Que ce soit comme acteur, réalisateur ou scénariste, l’écrivain flirte régulièrement avec le septième art depuis vingt ans. Retour sur cinq temps forts de ces liaisons singulières à l’occasion de la sortie de Thalasso de Guillaume Nicloux, dont il partage l’affiche avec Gérard Depardieu.

Extension du domaine de la lutte (1999)

Après deux recueils de poèmes passés inaperçus en 1991, la carrière de Michel Houellebecq écrivain décolle trois ans plus tard avec son passage à la prose où il décrit la misère affective de l’homme contemporain. Le réalisateur Philippe Harel, fort du succès des Randonneurs, décide de porter le roman à l’écran et d’interpréter le rôle principal : celui d’un informaticien désillusionné par la société moderne à la recherche de l’amour. Houellebecq participe à cette adaptation - qui révèle le talent de José Garcia dans un registre dramatique, six ans avant Le Couperet de Costa-Gavras. En 2002, Extension du domaine de la lutte est adapté à la télévision danoise par Jens Albinus, l’un des comédiens fétiches de Lars von Trier.

 

Les Particules élémentaires (2006)

Même si, contrairement aux pronostics, le Goncourt 1998 lui échappe, Les Particules élémentaires confirme la place singulière de Michel Houellebecq dans la littérature française de cette fin de XXème siècle. Il envisage alors de porter son roman à l’écran, toujours avec la complicité de Philippe Harel, mais échoue à trouver les financements. Huit ans plus tard, c’est l’Allemand Oskar Roehler, qui se lance (sans Houellebecq) dans une très libre adaptation de ce roman où deux demi-frères aux comportements diamétralement opposés (l’un ne vit que pour ses recherches en génétique, l’autre s'abîme dans une quête effrénée du plaisir sexuel) vont devoir faire face au même drame : la grave maladie de leurs compagnes. Sélectionné à Berlin en 2005, Les Particules élémentaires remporte le prix d’interprétation pour Moritz Bleibtreu.

 

La Possibilité d’une île (2008)

Après trois courts (Cristal de souffrance en 1978, Déséquilibres en 1982 et La Rivière en 2001), Michel Houellebecq s’essaie à la réalisation d’un long métrage. Il adapte son propre roman La Possibilité d'une île, Prix Interallié 2005, dont le héros maintes fois cloné et se pensant seul survivant d’une espèce humaine entièrement anéantie découvre l’existence d’une autre rescapée. Benoît Magimel incarne ce personnage dans cette satire du monde contemporain aux airs de conte philosophico-religieux découverte à la sélection Play Forward du festival de Locarno, réservée aux œuvres expérimentales. Ce roman continue à inspirer d’autres artistes, parmi lesquels Iggy Pop pour son album Préliminaires en 2009 dont la pochette signée Marjane Satrapi.

 

Near Death Experience (2014)

Les premières expériences de Michel Houellebecq acteur ont lieu à la télévision sous la direction de Guillaume Nicloux : L’Affaire Gordji sur Canal + où il incarne le directeur de la DST Bernard Gérard et L’enlèvement de Michel Houellebecq pour Arte où il joue son propre rôle. Mais c’est le duo Gustave Kervern - Benoît Delépine qui lui offre son premier rôle pour le grand écran dans Near Death Experience. Il y interprète l’unique personnage du film : un employé d’une plateforme téléphonique en plein burn out qui décide de mettre fin à ses jours un vendredi 13. Autofinancée par les réalisateurs et tournée en équipe réduite en seulement dix jours, cette balade mortuaire aussi burlesque que poétique épouse l’univers de son interprète. Le film reçoit les honneurs de la section Orizzonti de la Mostra de Venise.

 

Thalasso (2019)

Après avoir mis en scène la vraie-fausse disparition hyper-médiatisée de l’écrivain avec L’Enlèvement de Michel Houellebecq, Guillaume Nicloux retrouve son acolyte pour imaginer la suite de ses aventures : une cure de thalasso à Cabourg en compagnie de Gérard Depardieu. Dans ce huis clos à mi-chemin entre la comédie et le fantastique ponctuée d’improvisation, le cinéaste joue avec l’image de ces deux personnalités et la réalité de leurs obsessions. Julien Doré signe la bande originale de ces aventures, à découvrir dès à présent au cinéma.