A l’occasion de l’ouverture de la Paris Games Week, le CNC rappelle son engagement auprès des professionnels du jeu vidéo

A l’occasion de l’ouverture de la Paris Games Week, le CNC rappelle son engagement auprès des professionnels du jeu vidéo

25 octobre 2018
Professionnels
Paris Games Week 2018
Paris Games Week 2018
Frédérique Bredin, Présidente du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) se rendra ce jeudi à la soirée de lancement de la Paris Games Week.

Pour la quatrième année consécutive, le CNC soutient le pavillon dédié aux jeux made in France.

« Le jeu vidéo est la première industrie culturelle au monde, et la filière française y tient un rôle majeur !  La Paris Games Week le prouve de nouveau cette année !  Des jeux comme Life is Strange 2(Dontnod Entertainment) ou Homo Machina (Darjeeling)contribuent au rayonnement de la France à travers le monde ! », déclare Frédérique Bredin, Présidente du CNC. 

Deuxième salon dédié au jeu vidéo en Europe, la Paris Games Week est un rendez-vous incontournable pour les amateurs de jeux vidéo. Elle rassemble chaque année plus de 300 000 visiteurs dans les halls d’exposition de la porte de Versailles à Paris.

Le CNC, partenaire du jeu vidéo depuis près de 30 ans

Le CNC est engagé auprès des professionnels du jeu vidéo depuis 1989. En 2008, le Centre a renforcé son soutien au secteur avec la création d’un fonds dédié, le Fonds d’aide au jeu vidéo. En 10 ans, ce fonds a permis de soutenir plus de 400 projets créatifs comme Styx (Cyanide) ou Dead Cells (Motion Twin).

Ces dix dernières années, plus d’une centaine de studios ont bénéficié du Crédit d’impôt jeu vidéo, également mis en place en 2008. Ce crédit d’impôt a permis la création de 5 000 emplois en France.

« Nous soutenons le jeu vidéo depuis près de 30 ans et sommes pleinement engagés à ses côtés ! Nos aides contribuent à la compétitivité des studios français, qui font preuve d’une créativité exceptionnelle. Nous accompagnons l’innovation et toutes les nouvelles technologies qui font du jeu vidéo un formidable laboratoire de création ! », ajoute Frédérique Bredin.