Un plan inédit en faveur du cinéma d’animation : 2,5M€ de soutien supplémentaire

Un plan inédit en faveur du cinéma d’animation : 2,5M€ de soutien supplémentaire

05 octobre 2018
Professionnels
Ma vie de Courgette de Claude Barras
"Ma vie de Courgette" de Claude Barras Rita Productions / Blue Spirit Productions / Gebeka Films / KNM / RTS SSR / France 3 Cinéma / Rhônes-Alpes Cinéma / Helium Films 2016
Paris, le 5 octobre 2018

« Nous avons la chance en France d’avoir une filière d’excellence en animation. Ses écoles, ses innovations technologiques, ses talents artistiques sont réputés dans le monde entier » déclare Frédérique Bredin, Présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC).

« Face à une concurrence internationale accrue, le cinéma d’animation doit être renforcé pour que des succès comme Le Petit Prince, Ballerina ou Ma vie de Courgette se multiplient » ajoute-t-elle.

« Le secteur est en pleine croissance, il se relocalise et crée des emplois. Nous sommes donc à ses côtés pour poursuivre son développement international » continue Frédérique Bredin.

Après plus d’un an de concertation avec les professionnels du secteur de l’animation, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), lance un plan en faveur du cinéma d’animation portant le soutien du CNC à plus de 10M€.

C'est une réforme inédite, très ambitieuse, à la hauteur des enjeux de la filière. Elle va permettre d’accompagner davantage nos films d’animation à toutes les étapes, du développement à la diffusion. explique Frédérique Bredin
  • en amont de la production d’abord, avec un renforcement des aides au développement de projets, notamment la « passerelle animation », et les aides aux pilotes du CNC qui elles, augmentent de +300 k€ ;
     
  • pendant la phase de production ensuite, avec la création d’un bonus de 50% sur le soutien automatique à la production pour les films d’animation, ce qui représente potentiellement 400 k€ de soutien automatique supplémentaire, ou encore la mise en place d’une majoration substantielle de 1,5 M€ de l’aide sélective à la création visuelle et sonore destinée aux longs métrages d’animation à forte ambition artistique ;
     
  • en aval, pour mieux diffuser les films d’animation en France et à l’étranger. Le CNC va favoriser leur distribution dans l’hexagone en élargissant leur accès aux aides sélectives à la distribution. En parallèle, pour que ces œuvres françaises rayonnent davantage encore à travers le monde, les distributeurs étrangers seront mieux accompagnés, grâce à l’aide aux distributeurs étrangers copilotée par le CNC et Unifrance, dont l’enveloppe sera augmentée de 300 k€.

Le plan entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2019.