Documentaire : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (aide au développement)

L'aide à l'écriture et l'aide au développement du Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) ont pour objectif d'accompagner les auteurs et les producteurs de documentaires de création cinématographiques et télévisuels qui nécessitent une écriture élaborée, un important travail de développement et proposent une approche innovante au regard des programmes audiovisuels.
  • Secteur : Cinéma - Audiovisuel
  • Phase d'intervention : Développement
  • Type de soutien : Documentaire
  • Type d'aide : Aide sélective
  • Demandeur : Producteur

 

Composition de la commission

Voir les décisions de nomination

La commission est composée d’un président et de six personnalités du cinéma et de la télévision.

Présidente : Maylis DE KERANGAL, écrivaine

Membres : 

  • Carine CHICHKOWSKY, productrice
  • Christian DELAGE, historien
  • Michaël FOESSEL, philosophe
  • Diégo GOVERNATORI, réalisateur
  • Marianne LEVY-LEBLOND, diffuseur
  • Régis SAUDER, réalisateur

Résultats des commissions

Voir les résultats antérieurs

04 décembre 2020


La Maison d’Amjad de Wadee Hanani
Producteur : Agat films & Cie
Aide accordée : 11 000 €
C’est l’histoire d’une maison qui pèse trop lourd sur les épaules de ma famille, mais surtout sur les miennes. J’ai beau m’être installé et vivre en France, cette maison en ruine m’obsède, me hante, m’empêche de dormir depuis 15 ans. Je décide de faire quelque chose : je retourne dans mon village en Palestine et m’installe dans la seule pièce qui reste debout dans la maison, l’ancienne chambre d’amis. Là, je convoque les membres de ma famille qui peuvent décider de démolir, réparer ou reconstruire la maison d’Amjad. Au fil des discussions et des plans qui s’élaborent, émergent les souvenirs de tout ce que mes proches et moi avons vécu ici avec ma “cousine” préférée, Linan, avant et pendant son mariage avec Amjad, le brillant danseur et le combattant clandestin, jusqu’au jour où les soldats israéliens l’ont tué et ont dynamité leur maison. Toute la mémoire d’un village et d’une communauté se rassemble, une maison vivante et un jardin se dessinent, se reconstruisent peut-être.

Signe(s) d’amante d’Anna Feillou
Producteur : Corpus films
Aide accordée : 12 000 €
C’était une poétesse de la Renaissance. C’était une fille de cordier. C’était une courtisane publique. C’était une femme chaste et vertueuse. On n’a jamais su qui elle avait aimé. Elle était remarquablement cultivée. Elle écrivait d’après sa propre vie. Elle a tout inventé ! C’était une féministe. Ce serait une créature de papier. On l’appelait la Belle cordière... Sa voix a traversé le temps.

Où est passée Shana ? de Lila Pinell
Producteur : Elinka films
Aide accordée : 13 000 €
Alors que je passe beaucoup de temps en compagnie de Shana, celle-ci disparaît. Du jours au lendemain elle est injoignable. Ce n’est pas la première fois que ça arrive depuis notre rencontre. Je pars à sa recherche avec ma caméra, j’interroge ses proches, je découvre son monde.

L’année du cœur de David Noblet
Producteur : Les films de la pépinière
Aide accordée : 13 000 €
Au milieu de la casbah d’Alger, vit l’une des dernières communautés chrétiennes jésuites présentes dans le pays depuis près de deux siècles. Le spectre colonial et les politiques d’évangélisation restent présents dans les esprits, pourtant ces hommes d'Eglise œuvrent quotidiennement au sein de la société algérienne, notamment auprès de sa jeunesse. Cela les place en témoins privilégiés des bouleversements politiques qui agitent le pays et défilent sous leurs fenêtres. Cette vie qu’ils ont choisie, au contact d’une autre culture, d’une autre religion, d’une autre génération aussi, les amènent à sans cesse éprouver leur rôle en tant qu’homme d’église, en tant que croyant, en tant qu’individu.

Istanbullywood, ma mère et moi de Sedef Ecer
Producteur : Quark productions
Aide accordée : 14 000 €
Entre trois et dix ans j’ai été l’enfant-star du cinéma turc, un monde joyeux et laïc rempli de divas et d’héroïnes intrépides, un univers aujourd’hui disparu sous les coups d’état successifs qui ont assombri la Turquie. Ma mère a participé à ce grand moment de liberté. Elle aujourd’hui 85 ans, elle a vit à Istanbul, elle est restée anticonformiste et iconoclaste, son humour est toujours aussi corrosif. Avec les films et ce qui reste de ce passé, nous plongeons dans ce monde perdu de libertés, de bricolages artistiques et de cinéma.

Or de vie ! de Boubacar Sangaré
Producteur : Special touch studios
Aide accordée : 14 000 €
Olivier 14 ans et Dieudonné 16 ans sont deux enfants orpailleurs du site d’or de Kalgouli dans le sud-ouest du Burkina Faso à une quinzaine de kilomètre de la frontière ivoirienne. Dieudonné creuse dans les fosses de 100 mètres de profondeur à la recherche du minerai d’or alors qu’Olivier est charretier dans la cité : le yaar. Le combat qu’ils mènent pour se faire une place sur le site et gagner leur vie, la dureté de leur travail et la responsabilité qu’ils endossent impactent leur être. Leur innocence s’effrite au gré des situations à l’image de l’effet de l’orpaillage sur la nature. Leur espoir demeure de gagner leur vie grâce à l’or.


Contacts

Direction de la création, des territoires et des publics
291 Boulevard Raspail
75675 Paris cedex 14