Documentaire : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (aide au développement)

L'aide à l'écriture et l'aide au développement du Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) ont pour objectif d'accompagner les auteurs et les producteurs de documentaires de création cinématographiques et télévisuels qui nécessitent une écriture élaborée, un important travail de développement et proposent une approche innovante au regard des programmes audiovisuels.
  • Secteur : Cinéma - Audiovisuel
  • Phase d'intervention : Développement
  • Type de soutien : Documentaire
  • Type d'aide : Aide sélective
  • Demandeur : Producteur

 

Composition de la commission

Voir les décisions de nomination

La commission est composée d’un président et de six personnalités du cinéma et de la télévision.

Président : Sylvain PRUDHOMME, écrivain

Membres

  • Hervé AUBRON, critique de cinéma
  • Carine CHICHKOWSKY, productrice
  • Diégo GOVERNATORI, réalisateur
  • Ombline LEY, réalisatrice
  • Elisabeth PERLIE, distributrice
  • Clara VUILLERMOZ, productrice

Résultats des commissions

Voir les résultats antérieurs

16 février 2021


Ali Reza de Pouria Hossein-Pour
Producteur : Artisans du film
Aide accordée : 11 000 €
Je suis né en France dans une famille iranienne après la Révolution de 79. Mon père était un partisan fidèle du Shah et son frère Ali Reza un révolutionnaire. Ali Reza a été assassiné à Paris quand j'avais un an. Personne n'a jamais su les raisons de sa mort. Mon père a toujours refusé d'en parler. Pour briser son silence, je décide de retourner en Iran sur les traces de la vérité.

Chine, j’irai vieillir de Nakita (Jaqueline) Lameiras Ah-Kite
Producteur : Les films du bilboquet
Aide accordée : 17 000 €
Chine, j’irai vieillir aborde la Chine moderne en s’immergeant dans le quotidien d’un parc public accompagné par différents groupes de personnes âgés de 60 à 80 ans. Ils y chantent des répertoires révolutionnaires, certains dansent des valses, d’autres du disco pendant que des bandes jouent au plumfoot ou au mahjong. Un vent de liberté apporté par le loisir, la détente, le rire et la sociabilisation semble souffler dans l’enclos du parc. Cette nouvelle classe de retraités s’y déchaîne en offrant des performances collectives où chacun participe et regarde. La vieillesse y fait preuve d’une sorte d’excentricité ou semble y trouver un exutoire qu’on ne retrouve nulle-part ailleurs. Dans cette cacophonie effrénée, se détachent quelques personnages âgés qui chantent en contre-point les recoins de leurs vies intimes révélant les revers d’une condition bouleversée par des changements de la société.

Et la vie continue ? de Racha Baroud & Roy Arida
Producteur : Stank
Aide accordée : 13 000 €
En 2010, Roy tourne un film au Liban : Ba’adana, l’histoire d’un couple qui se délite à l’approche du départ du jeune homme pour un ailleurs qu’il s’imagine meilleur. Une scène du film avait été tournée dans le port de Beyrouth avec la participation de trois employés rencontrés sur place. Le 4 août 2020, 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium négligemment stockés dans le port provoquent une des plus grosses déflagrations de l’histoire. 200 personnes y laissent leur vie. 5000 sont gravement blessées. Suite à la catastrophe, Roy et Racha partent à la recherche des trois employés qu’il avait fait jouer dans son film 10 ans auparavant.

Mon nom est carnaval de Safia Benhaim
Producteur : Bathysphère productions
Aide accordée : 13 000 €
Durant quelques jours, fin février, les rues d'une ville sont envahies d'êtres étranges : des hommes-monstres recouverts d'algues vertes luxuriantes, une femme-pirate sanguinaire, des hommes coquettes parés de robes insensées… Les hommes se marient entre eux, on chante très fort, on ne dort plus, la nuit prend le pas sur le jour, et, dans les bars, chez les gens ou sur le port, entre deux danses ivres de joies, ces créatures nous racontent leurs vies inventées... Pendant "Les Gras", à Douarnenez, on n'est plus Erwan ou Nolwen, mais on devient ce qu'on a décidé d'être - on traverses les genres, on est méduse ou ruisseau. L'imagination et l'abandon à tous les vertiges sont l'unique loi : à Douarnenez, le Carnaval de Mardi-Gras est encore sacré.

Martha et les lumières de la ville de Julia Rostagni
Producteur : Les films de la pépinière
Aide accordée : 13 000 €
Le quartier des Crottes à Marseille, qui fut celui des dockers du port autonome pendant longtemps, va devenir d’ici quelques années, le quartier connecté Smartseille. A quelques centaines de mètres, au cœur de l’enceinte portuaire, l’ancien bunker construit par les nazis durant la guerre, Martha, se transforme en data-center. Selon les promoteurs du projet, « ce serait une chance pour Marseille ». Les habitants expropriés eux, préparent leurs cartons. Les jeunes travailleurs du câble, déploient la fibre optique sous contrat précaire. Un marin câblier de Marseille nous envoie des nouvelles de Singapour. Et des scaphandriers se racontent leurs rêves. Tous ont un lien indéfectible avec le port. Quelle place leur réserve cette nouvelle ville numérique qui se construit ?

Outrenoir d’Elsa Oudry
Producteur : Les films de la pépinière
Aide accordée : 12 000 €
Dès que j’ai vu Fabienne danser, j’ai su qu’elle m’emmènerait dans un autre monde, au-delà du langage. C’était la première fois que je voyais un corps tout entier parler. Fabienne est une danseuse malvoyante. D’ici quelques mois, elle sera totalement aveugle. D’un foyer de réinsertion où elle provoque des enfants en rupture avec le monde, au cours qu’elle prend pour perfectionner son geste, aux plateaux de danse contemporaine où elle se risque, j’enregistre depuis une année son corps qui se bat et qui fonce vers son destin. Danser c’est rendre visible ce qui est caché.

Peaches goes bananas de Marie Losier
Producteur : Tamara films
Aide accordée : 10 000 €
Peaches Goes Bananas ! dressera le portrait intime de la chanteuse et performeuse canadienne Peaches. Ce film concerne une partie de la vie de cette artiste multiple, toujours à la recherche de formes nouvelles et en constante métamorphose, où son histoire intime s'entrecroise sans cesse avec la frénésie de son personnage de scène, avec humour et mélancolie.

Qu’est-ce qu’on va penser de nous de Lucile Coda
Producteur : Mille et une films
Aide accordée : 10 000 €
Il a été ouvrier, cantonnier, balayeur. Elle a toujours été secrétaire. Mes parents s’inquiètent. Pourquoi n’ai-je pas de travail après de longues études si chères ?
En mêlant récit autobiographique et instants de vie familiale, je tente de retracer le chemin parcouru entre mes rêves d’ascension sociale et ma désillusion.

The Jacket de Mathijs Poppe
Producteur : Fulgurance
Aide accordée : 13 000 €
Jamal Hindawi (50), palestinien, vit avec sa famille dans le camp de Chatila à Beyrouth, où il fait du théâtre politique. La veille du soir de la première représentation d’une pièce, Jamal perd l’accessoire principale de la pièce : une vieille veste qui représente l’identité palestinienne. Il part à sa recherche dans les rues de Beyrouth, une ville qu’il connaît mal et où il n’a jamais trouvé sa place. Habitué à vivre dans le camp de Chatila et à ne fréquenter que la communauté palestinienne, il y découvre une autre réalité, des protestations de la population libanaise contre le régime dirigeant, des travailleurs étrangers d’autres origines.


Contacts

Direction de la création, des territoires et des publics
291 Boulevard Raspail
75675 Paris cedex 14

30 avril 2021

Le CNC s’engage pour le développement durable

Le CNC a signé le 16 avril 2021 la charte d’adhésion au Club Développement Durable des Etablissements et Entreprises Publics (ClubDDEP), rattaché au ministère de la Transition écologique. Une étape sup...