Talents en Court - Dispositif d’accompagnement de la pratique amateur à la création professionnelle

02 juillet 2021
Professionnels
Talents en court
Maïmouna Doucouré, récompensée en 2020 à Sundance pour "Mignonnes", avait obtenu en 2017 le César du Meilleur court métrage pour "Maman(s)", accompagné dans le cadre de Talents en Court. CNC
Initié par le CNC de façon expérimentale en 2012, le dispositif Talents en Court vise à répondre au fort besoin d’information, de conseil, d’accompagnement et de connexion professionnelle de porteurs de projets de films de court métrage au potentiel artistique identifié mais éloignés du réseau professionnel pour des raisons sociales et géographiques.

Organisé tout au long de l’année en mobilisant et rassemblant des partenaires variés (festivals, associations, organismes institutionnels, professionnels…), Talents en Court fonctionne comme une plateforme collaborative jouant un rôle de facilitateur et d’accélérateur pour la concrétisation de projets de films, grâce à l’articulation de quatre volets complémentaires :

  1. informatif et pédagogique, avec De l’écrit à l’écran : étude de cas interactive qui favorise le partage d’expérience, en prenant appui sur la scénariothèque (banque de dossiers artistiques de films aidés par le CNC),
     
  2. relationnel, avec des forums de projets, permettant l’accès des auteurs émergents au milieu professionnel,
     
  3. immersion professionnelle avec les making of (stages pratiques d’observation du processus de création et de production d’un film de court métrage)
     
  4. financier, avec la Bourse des Festivals (un producteur de long métrage finance la production d’un court métrage en mobilisant son compte de soutien automatique)

En cinq ans, la combinaison et l’articulation de ces différents volets ont permis de faciliter la réalisation des projets de plusieurs jeunes talents et d’accélérer leur parcours professionnel, tels que Maïmouna Doucouré, lauréate du César du Meilleur court métrage 2017 pour son film Maman(s).

Depuis 2017, Talents en Court s’étend progressivement  sur l’ensemble du territoire national à travers les conventions de développement cinématographique Etat-CNC-Régions.

Volet 1 - de l’écrit à l’écran : étude de cas interactive

Objectif : favoriser l’échange d’expérience entre auteurs, producteurs et autres collaborateurs de création. L’atelier se déroule de la manière suivante (en tout ou partie selon les moyens et le temps disponibles) :

  • Lecture individuelle et rédaction d’une fiche de lecture  du scénario d’un film (dossier artistique disponible sur http://www.cnc.fr/web/fr/scenariotheque)
     
  • Exercice collectif de simulation de comité de lecture, permettant de se sensibiliser à la problématique de la sélection artistique
     
  • Lecture publique du scénario par des comédiens,
     
  • Exercice filmique : remake partiel du court métrage étudié (au minimum une scène)
     
  • Projection du film et de l’exercice filmique
     
  • Partage d’expérience de membres de l’équipe du film (réalisateur, producteur, comédien…) sur l’histoire artistique et économique du film, permettant un échange approfondi et instructif sur le processus de création et de production d’un film.

Volet 2 -  forum de projets

Objectif : faciliter les opportunités de rencontres directes avec des professionnels (lieux-ressources, producteurs, diffuseurs…) susceptibles d’accompagner la développement et la mise en production des projets de films, grâce à des séances de présentations publiques (pitches).

Volet 3 - immersion professionnelle


L’exercice du making of constitue pour le cinéaste en herbe un apprentissage pratique et valorisant lui permettant :

  • d’améliorer ses connaissances et leur savoir-faire, en se formant de façon concrète, participative et responsable à toutes les phases de la vie d’un court métrage produit dans des conditions professionnelles : développement artistique, préparation technique, tournage, post-production et diffusion. 
                                                                                        
  • d’enrichir son carnet d’adresses en étant au contact des différents corps de métier

L’expérimentation a commencé en 2014, autour du court métrage : Maman(s) de Maimouna Doucouré, produit par Bien ou Bien Productions.

Volet 4 - accompagnement financier

La Bourse des Festivals : un producteur de long métrage finance la production d’un court métrage en mobilisant son compte de soutien automatique.

L’objectif est double : encourager les festivals promouvant les films de court métrage et les producteurs de long métrage à s’impliquer davantage dans le processus de création des œuvres.

Selon des critères propres à chaque festival, un jury sélectionne un projet de court métrage qui bénéficiera, pour sa réalisation, d’une dotation accordée, via son soutien automatique, par un producteur de long métrage, pouvant aller jusqu’à 10 000 €. Cette somme peut être alors majorée de 94,7 % par le CNC.