"Demain nous appartient" (TF1), une belle opportunité pour Sète ?

"Demain nous appartient" (TF1), une belle opportunité pour Sète ?

24 août 2018
Séries et TV
Demain nous appartient : Photo Fabien Malot
Demain nous appartient : Photo Fabien Malot Telset - TF1
Depuis mai 2017, Sète et ses environs accueillent le tournage de Demain nous appartient, la série quotidienne d’access prime-time de TF1. Mais quel impact a cette fiction sur la région ?

C'est à Sète que se tourne depuis mai 2017 Demain nous appartient, la série quotidienne de TF1 diffusée depuis juillet 2017. Produit par Telfrance, via Telsète, ce nouveau rendez-vous a de quoi réjouir l’Occitanie. DNA a en effet un véritable impact sur le secteur audiovisuel de la région. Pour l’année 2017, la production a ainsi dépensé au total, en Occitanie, 6,8 millions d’euros dont « 3,2 millions juste pour l’emploi des techniciens, comédiens et figurants locaux », souligne au CNC Marin Rosenstiehl, le responsable de la Commission du film et de l’accueil des tournages au sein de Languedoc Roussillon Cinéma. « C’est énorme. On était sur une moyenne de 10 millions d’euros en 2015 (toutes séries confondues ndlr) », s’enthousiasme-t-il. « Candice Renoir, qui tourne à Sète depuis 2011, dépense en moyenne 3 millions d’euros par an pour 12 épisodes de 52 minutes. Et elle est présente 8 mois dans l’année avec une seule équipe de tournage », précise-t-il à titre de comparaison.

De belles retombées pour l’emploi local

« Les séries s’appuient beaucoup plus sur les ressources locales que les films », poursuit Marin Rosenstiehl en soulignant que « 232 techniciens de la région » ont travaillé en 2017, avec un « turn-over important », sur le tournage de Demain nous appartient. Les professionnels de l'audiovisuel ne sont pas les seuls à bénéficier de l’effet DNA. De nombreux secteurs sont impactés par ce tournage qui accueille chaque semaine, selon des chiffres du Midi Libre, plus de 600 figurants. Sans compter les acteurs et la production. Autant de monde à restaurer chaque jour. « La cantine (qui sert environ 120 couverts par jour) à elle seule représente un budget de 40 000 € par mois, dont 50 % partent en matières premières », souligne Stéphane Caput, le directeur de production de DNA, au journal local. Des matières premières qui viennent de producteurs locaux. Le bois, la peinture ainsi que certains accessoires de costumes sont également achetés dans la région. Et ce n’est pas tout puisque la production « loue des voitures à des locaux » ainsi que « 54 appartements et une villa ». Certains hôtels de Sète profitent pleinement de la présence de Demain nous appartient dans la ville. Chaque semaine, « 25 nuitées dans trois hôtels de la commune » sont réservées par Telsète, détaille Stéphane Caput.

Quel impact sur le tourisme ?

Lancée devant 3,3 millions de curieux (22,8% du public), la série quotidienne de TF1 réuni chaque soir 3 millions de fidèles en moyenne. Elle est également regardée par 400 000 personnes environ en replay. Mais le feuilleton quotidien donne-t-il envie aux fidèles de visiter Sète ? « Oui », répond la municipalité, même si l’impact réel de Demain nous appartient est difficilement quantifiable au vue des nombreuses fictions et films mettant la ville à l’honneur. « Avec Candice Renoir, nous avions remarqué que certaines personnes se rapprochaient de l’office de tourisme, en demandant où se trouvaient les lieux de tournage. Avec Demain nous appartient, l’engouement est tout aussi impressionnant » a affirmé Christelle Espinasse, une élue de Sète, à 20 Minutes. François Commeinhes, le maire de la ville, a d’ailleurs précisé au quotidien que « pour un euro investi, 5 euros étaient réinjectés dans les restaurants ou les hôtels ».