« On nous appelait Beurettes », regard d’une génération sur l’immigration

« On nous appelait Beurettes », regard d’une génération sur l’immigration

05 mars 2019
Séries et fictions TV
Tags :
On nous appelait Beurettes
On nous appelait Beurettes 02B FILMS
Programme TV - Réalisé par Bouchera Azzouz, ce documentaire est diffusé ce mardi 5 mars à 23h05 sur France 2.

Mina, Aourdia, Dalila, Bouchera… Toutes ont grandi en France, ont été élèves à l’école de la République, ont connu deux cultures différentes qui ont forgé leur identité. Elles ont également toutes connu la même difficulté de se faire « une place comme citoyennes dans une France encore marquée par la guerre d’Algérie et comme femmes au sein de leurs familles et de la société française ». Ce combat qui concerne la première génération de Françaises d’origines maghrébines nées dans l’hexagone, est mis en lumière dans On nous appelait Beurettes. Un film soutenu par la une aide sélective au documentaire du CNC et sélectionné en compétition officielle au Fipadoc 2019.

Diffusé ce mardi soir à 23h05 sur France 2, ce documentaire réalisé par Bouchera Azzouz rassemble les témoignages de ces quatre femmes qui ont affronté aussi bien le racisme que les traditions familiales et la pression liée à leur double culture. Racontant en 52 minutes leur vision de l’immigration, le film mettant également en avant des images de la vie dans les cités à l’époque. Bouchera Azzouz, qui a grandi pour sa part dans la Cité de l’Amitié à Bobigny, revient ici une nouvelle fois sur son histoire personnelle qu’elle a déjà évoquée dans son précédent documentaire Nos Mères, Nos Daronnes (2015) ou encore dans le livre Fille de daronne et fière de l’être (2016).
Femme engagée et féministe, elle a également créé en 2006 Les Ateliers du Féminisme Populaire, une association qui vise notamment à « aider, soutenir et renforcer l’autonomie des femmes » et à « proposer des outils et des actions pour permettre aux femmes d’accéder à leurs droits et à leur émancipation ».