France VFX, les effets spéciaux « made in Hexagone »

France VFX, les effets spéciaux « made in Hexagone »

24 mai 2022
Cinéma
Tags :
Titane
Mac Guff, membre de France VFX, a notamment contribué aux effets visuels de « Titane » Diaphana Distribution

L’association France VFX regroupe 15 studios français d’effets visuels dans l’objectif d’éclairer la diversité et les nombreux talents des studios de VFX français. Gros plan sur un partenaire professionnel à la pointe des technologies, avec son coprésident Olivier Emery.


« Notre mission principale est de défendre les intérêts de nos studios en France et de veiller au développement harmonieux de l’écosystème des effets visuels à l’échelle nationale, en liaison avec les institutions et les producteurs », soutient Olivier Emery. La question de l’attractivité auprès des studios internationaux est aussi « au cœur de l’ADN » de France VFX, note son coprésident, également fondateur du studio d’effets visuels Trimaran.

La promotion de l’offre VFX française prend plusieurs formes comme le travail de prospection auprès des décisionnaires internationaux. « Nous cherchons à créer du lien avec les grands studios internationaux, les informer du savoir-faire, du talent et de l’expérience des prestataires VFX français ».

Vitalité du secteur

Cette mission se fait au contact des grands noms du cinéma et de l’audiovisuel mondial. « En 2019, nous avons effectué un long voyage à Los Angeles avec Film France/CNC. Nous avons rencontré 80 % des grands studios et plateformes américaines. Parmi nos futurs projets, nous réfléchissons à inviter des superviseurs VFX américains venir visiter les studios français afin qu’ils constatent par eux-mêmes la vitalité de notre secteur ».  

Le Crédit d’impôt international (C2i) est un atout majeur pour France VFX, d’autant plus avec l’ajout, en 2020, d’un bonus de 10 % de crédit à partir de deux millions d’euros dépensés en VFX françaises. « Le chiffre de 40 % est clairement attractif pour les producteurs américains. Cette mesure a déclenché le tournage de séries et de films étrangers en France avec une dépense de VFX supérieure à deux millions d’euros. »

Olivier Emery se félicite du travail de communication effectué auprès des grands studios américains. « Nos efforts de valorisation ont payé. Quatre studios membres de France VFX (Trimaran, Mac Guff, Mikros, Digital District) ont participé aux effets visuels de The Serpent Queen, la série américaine sur le destin de Catherine de Médicis, prochainement diffusée sur la chaîne Starz ».

À présent, l’objectif de France VFX est de consolider la relation avec les producteurs internationaux. « Aujourd’hui, nous n’avons plus à prouver le fait que ces collaborations soient possibles, mais plutôt à trouver les prochains projets pour l’avenir. » Les offres se multiplient « à tel point que la difficulté devient de recruter assez de professionnels qualifiés pour toutes ces nouvelles opportunités », conclut Olivier Emery.

France VFX est présente au stand Film France/CNC du 75ème Festival de Cannes.