« La Vie domestique » : Isabelle Czajka adapte le roman « Arlington Park »

« La Vie domestique » : Isabelle Czajka adapte le roman « Arlington Park »

13 mars 2019
Cinéma
Tags :
La Vie domestique
La Vie domestique 2013 - AGAT Films & Cie - DR

Programme TV - Ce film est à retrouver ce mercredi 13 mars à 20h55 sur Arte.


Une banlieue résidentielle en région parisienne. Idéal pour certaines familles, ce cadre est loin de plaire à Juliette qui ne veut pas devenir comme ses voisines, femmes au foyer qui gèrent les enfants et la maison alors que les maris rentrent tard. Juliette hésitait d’ailleurs à s’installer dans ce quartier aux pavillons impersonnels. Mais ce qui lui occupe l’esprit avant tout, c’est son avenir professionnel. Elle attend en effet une réponse pour un important poste dans une maison d’édition lorsque sa route croise, un jour, celle de trois autres jeunes mères de famille.

Dans La Vie domestique, Isabelle Czajka décrypte le quotidien de femmes au foyer bourgeoises dans un quartier moins sûr et tranquille qu’il n’y paraît. Elle suit pendant 24 heures les traces de Juliette (Emmanuelle Devos), coincée dans un quotidien vide qui ne la comble pas. Sorti en 2013, ce long métrage est adapté du roman Arlington Park de Rachel Cusk. « J’ai d’abord pensé écrire une version contemporaine de La Promenade au phare de Virginia Woolf. Mais il se trouve que, totalement par hasard et à la même période, j’ai entendu parler d’Arlington Park à la radio, un roman de Rachel Cusk, écrivain qui se revendique de Virginia Woolf. Je l’ai acheté, je l’ai lu et j’ai décidé finalement de l’adapter car il recelait tout ce que je recherchais, toutes les problématiques qui me tenaient à cœur », a confié la réalisatrice lors de la sortie du film.

Transposant l’histoire de l’Angleterre à la France, Isabelle Czajka voulait décrire « les infimes enjeux de la vie domestique et conjugale, postmoderne et occidentale ». Le changement de décor n’est pas le seul élément qui différencie le long métrage de son matériel originel. « J’ai lu le livre à peu près six ou huit fois, j’ai pris des notes, j’ai découpé le récit en tous petits morceaux, séquences par séquences, puis j’ai pris deux personnages féminins du roman pour en créer un seul, en l’occurrence mon héroïne, Juliette. Et puis j’ai oublié le livre », détaillait-elle.

Le résultat de son travail d’adaptation est à voir ce soir à 20h55 sur Arte. A noter que le film est également disponible en streaming sur le site de la chaîne jusqu’au 19 mars.