L’assignation à résidence de Kirill Serebrennikov levée

L’assignation à résidence de Kirill Serebrennikov levée

09 avril 2019
Cinéma
Leto de Kirill Serebrennikov
Leto de Kirill Serebrennikov Hype Film - Kinovista
Accusé de détournements de fonds, le cinéaste Kirill Serebrennikov, qui a toujours clamé son innocence, a été assigné à résidence, sans téléphone ni internet, à l’été 2017. L’assignation vient d’être levée ce 8 avril par un tribunal moscovite.

Cette décision a été accueillie le poing levé par le réalisateur de Leto qui a malgré tout souligné, dans une vidéo publiée par le site Meduza, que « tout n’était pas terminé ». « Nous allons poursuivre tout cela devant la justice afin de prouver notre pleine innocence », a-t-il ajouté. Deux autres accusés dans cette affaire ont également été libérés sous contrôle judiciaire, tout comme Kirill Serebrennikov, qui a l’interdiction de quitter la capitale russe.

Assigné à résidence, le réalisateur et directeur artistique du Centre Gogol, un des lieux incontournables de la création contemporaine à Moscou, n’a malgré tout jamais cessé de travailler. Grâce à des clefs USB transmises à des proches et collaborateurs, il a pu monter plusieurs spectacles et films depuis son domicile. Il a notamment terminé le montage de Leto, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2018, de cette façon.

Soutenu par de nombreux partisans russes et étrangers, Kirill Serebrennikov est accusé d’avoir détourné 1,7 million d’euros (130 millions de roubles) de subventions publiques destinées à son théâtre de Moscou. Selon l’accusation, il aurait mis en place, entre 2011 et 2014, un système pour gonfler des devis et autres factures. Arrêté en août 2017 alors qu’il tournait un film à Saint-Pétersbourg, il a toujours nié ces accusations. Selon ses défenseurs, le cinéaste subirait les frais des autorités conservatrices du pays qui lui reprochent les thématiques politiques, sexuelles et religieuses exprimées à travers son art.