L’écran d’épingles Alexeïeff / Parker

L’écran d’épingles Alexeïeff / Parker

19 juin 2020
Étreintes de Justine Vuylsteker (France, Canada, 2018)
Étreintes de Justine Vuylsteker (France, Canada, 2018) Offshore Productions ; ONF - Office National du Film du Canada
En 1933, Alexandre Alexeïeff et Claire Parker inventent pour réaliser leur film Une Nuit sur le Mont Chauve, une technique d'animation qui fascine le public depuis près de 90 ans : l'écran d'épingles.

Le principe de l’écran d’épingles est une trame de pointes traversant une surface blanche, qui, éclairées obliquement, donnent naissance à autant d’ombres portées plus ou moins longues selon la saillie des épingles sur la surface blanche.

L’image peut être créée à l’aide d’objets de toutes formes, en enfonçant les épingles jusqu’à obtenir la tonalité de gris et la forme désirée dont on retrouve l’exact négatif au verso. Pour créer leurs images, le couple a collecté, transformé ou conçu un grand nombre d’objets (rouleaux, anneaux, etc.). Par pression sur les épingles, chaque outil permet d’obtenir un rendu différent à la surface blanche de l’écran que la lumière viendra révéler en fonction de la saillie de chaque épingles ainsi provoquée. Photographiés image par image, les tableaux obtenus seront modifiés au gré de l’artiste et s’animeront une fois projetés à 24 images par seconde.

Presque tous les films dits de spectacles du couple - dont l’adaptation de la nouvelle de Gogol, Le Nez (1963) - sont conçus sur cette idée où, par la danse des images, ils apportent leur propre interprétation de créations musicales et littéraires.

Article sur le même sujet

L’écran d’épingles traverse le temps

Un écran d’épingles au CNC : L’Epinette

En 2012 le CNC acquiert le dernier écran d’épingles conçu par le couple entre 1976 et 1977 : l’Epinette, qui vient enrichir le fonds Alexeïeff / Parker, composée d’environ 19 000 pièces, propriété de l’Etat, et conservée par le CNC. Afin de pérenniser en France la technique de l’écran d’épingles auprès des cinéastes du XXIe siècle par sa remise en production, un premier nettoyage par le cinéaste canadien Jacques Drouin en 2008, et d’autres travaux de restauration sont effectués par la réalisatrice Michèle Lemieux en 2013 et 2014 - tous deux dépositaires canadiens de la technique de l’écran d’épingles.

Dans cette volonté de transmission, le CNC décide d’organiser en 2015 un atelier de formation à cette technique sur l’Epinette encadré par Michèle Lemieux : 8 candidats, dont Florence Miailhe, Justine Vuylsteker, Cerise Lopez et Pierre-Luc Granjon, y participent.

Suite à l’atelier, une résidence de recherche et de développement est mise en place sur le site de Bois d’Arcy, où a été installé un « studio » pour favoriser le développement de projets cinématographiques

Les 8 artistes y approfondissent pendant 1 mois à tour de rôle leur pratique. C’est là que Pierre-Luc Granjon, Florence Miailhe et Cerise Lopez réalisent leurs travaux, présentés dans cette sélection.

C’est également à cette occasion qu’est née l’idée du film Etreintes de Justine Vuylsteker. L’Epinette a été mise à disposition de Ciclic Animation à Vendôme pour le tournage en 2017. Il s’agit du premier film conçu en France entièrement sur l'écran d'épingles depuis la disparition des inventeurs, sélectionné au Festival d’Annecy en 2018.
 

Le programme de films

Conçu par le CNC, avec le concours d’Alexandre Rockwell (succession Alexeïeff), l’INA, Offshore, Manifest, France 3, et tous les artistes des films présentés (durée 30/35 min environ).

A Coups d’épingles – 2,20 min. (INA)
France. 1960. Noir et blanc. . Sonore. Court. Non-fiction
Réalisation : Inconnu
Société de production : Les Actualités Françaises

Résumé :
On peut faire beaucoup de choses avec des épingles, y compris des illustrations d’un livre. C’est le cas des illustrations du Docteur Jivago créées à partir d’un écran d’épingles, mis au point par Alexandre Alexeieff il y a presque trente ans et regroupant plus d’un million d’épingles sur une surface d’un mètre carré environ.

 

Le Nez – 11 min.
France. 1963. Noir et blanc. . Sonore. Court. Fiction
Réalisation : Alexeïeff, Alexandre; Parker, Claire
Société de production : Cinéma Nouveau

Résumé :
Un homme trouve un matin un nez dans sa miche de pain. Angoisse du propriétaire du nez à son réveil et stupeur de celui-ci quand il rencontre son appendice nasal qui mène sa vie propre... Ce n’était qu’un cauchemar !

 

Alexeieff dans son atelier au travail sur Le Nez : Rushes – 2 min
Le Nez
France, Noir et blanc, muet, court, non-fiction
Réalisation : Parker, Claire

Résumé :
Alexandre Alexeieff est au travail dans son atelier sur le grand écran d’épingles pendant la réalisation du film Le Nez.

 

Entretien avec Justine Vuylteker qui nous parle de son film Étreintes -  3 min.

Le Chien – 2,20 min.
France. 2018. Couleur. . Sonore. Court. Fiction
Réalisation : Granjon, Pierre-Luc

Résumé :
Un enfant joue dans sa chambre. Un chien aboie pour l’appeler et l’enfant décide alors de se promener avec lui. Ils passent une partie de la journée ensemble à flâner dans la nature puis, en fin de journée le jeune garçon ramène l’animal à son propriétaire.

 

Pansées sauvages - 2 min.
France. 2016. Noir et blanc. . Sonore. Court. Fiction
Réalisation : Lopez, Cerise

Résumé :
Cadavre exquis animé.

 

25, passage des oiseaux – 3,45 min.
France. 2019. Noir et blanc. . Sonore. Court. Fiction
Réalisation : Miailhe, Florence

Résumé :
Une femme regarde par la fenêtre les souvenirs qui sont en elle : Silhouettes, personnages à têtes d’oiseaux et autres chimères se succèdent au sein de paysages où animaux et ombres fantomatiques évoluent sous ses yeux.