Mathias Théry, le "décloisonneur"

Mathias Théry, le "décloisonneur"

03 novembre 2020
Cinéma
Petites Danseuses d'Anne-Claire Dolivet
Petites Danseuses d'Anne-Claire Dolivet Pylaprod - Upside - KMBO
Coscénariste du documentaire Petites Danseuses d’Anne-Claire Dolivet, Mathias Théry défend un cinéma du réel décomplexé et innovant. Portrait.

Mathias Théry DR/Quark Productions/Nour Films

Il a 40 ans tout rond et une bouille d’éternel jeune homme animé par la passion de l’art. Né en 1980, Mathias Théry a commencé sa carrière en faisant, adolescent, des graffitis dans les terrains vagues de la région parisienne. « Une bonne formation qui m’a appris l’obstination, nous dit-il en souriant. Je me levais à six heures du matin pour peindre à l’abri des regards indiscrets... » Cette pratique conduit naturellement ce fils d’intellectuels (sa mère, Irène Théry, est une sociologue reconnue) à passer une prépa puis à entrer aux Arts Décoratifs de Paris. Dans cette école réputée, il se familiarise, entre autres, avec la photographie qu’il exerçait jusqu’alors en amateur. « Lors d’un stage à l’agence Magnum, j’ai participé à la numérisation des négatifs de grands photoreporters comme Raymond Depardon. Ça m’a beaucoup appris sur ce métier. » Son œil s’aiguise. En parallèle, il suit un cours optionnel sur le cinéma documentaire qui le pousse à réaliser un court métrage comme projet de fin d’études. Avec La vie après la mort d’Henrietta Lacks, tourné en 2004, il écume les festivals et découvre le métier qui sera le sien – et ceux qui le font.

Rencontre décisive

Petit retour en arrière. À son arrivée aux Arts Décoratifs, Mathias Théry sympathise avec un certain Étienne Chaillou, un camarade de promo spécialisé dans l’animation, avec qui Mathias joue dans la fanfare de l’école. « J’étais à la trompette, lui au soubassophone », nous confie-t-il dans un sourire. Une rencontre décisive puisque les deux hommes ne vont plus se quitter. « À la sortie de l’école, Étienne me propose de répondre à un appel d’offres émanant d’une association qui cherchait des vidéastes pour un projet en Inde. Il s’agissait d’emmener des jeunes en réinsertion travailler dans un foyer d’enfants des rues de Calcutta. Cette aventure a donné naissance à un court métrage, Boys in India, que nous avons montré dans les festivals en 2008 et qui nous a permis d’approcher un producteur de la société Les Films d’Ici. » Suivront, toujours avec Étienne Chaillou, Cherche toujours, un 52 min sur des chercheurs produit par les Films d’Ici et diffusé sur Arte en 2008 ; Les Altans (2010), un nouveau 52 min pour France Télévisions qui explore la relation entre l’homme et les animaux ; enfin, deux miniséries documentaires pour Arte, J’ai rêvé du président (2012) et L’Œil du voisin (2014). Toutes ces créations se distinguent par leur souci de mélanger les genres : le documentaire, l’animation, le dessin, la fiction... « On a toujours pensé nos films comme des objets cinématographiques, c’est-à-dire qui ne s’inscrivent pas dans une case télévisuelle préétablie. »

Le cinéma, ils y arrivent en 2015. « Notre projet de l’époque, La Sociologue et l’Ourson, était destiné à la télévision. C’était le souhait de nos producteurs, mais faute de financement, ils se sont tournés vers le cinéma où nous nous sommes sentis plus à notre place. » Ce documentaire atypique est une affaire de famille pour Mathias qui y noue un dialogue avec sa mère à propos du mariage pour tous par le truchement de marionnettes censées les incarner. « La place du filmeur et comment il interagit avec le filmé nous intéresse particulièrement, j’y ai d’ailleurs consacré mon mémoire de fin d’études. » Cette approche est au cœur de La Cravate, leur dernier film en date (2020), portrait-choc d’un jeune militant de l’ex-Front National que les deux réalisateurs mettent en scène avec un souci d’objectivité mâtiné de romanesque.

 

Cavalier seul

Mathias Théry est indissociable d’Étienne Chaillou, ce qui n’empêche pas les deux hommes de faire cavalier seul quand l’opportunité se présente. Ainsi, quand la productrice Marie Vanglabeke, qui connaît son travail, contacte Mathias Théry pour épauler Anne-Claire Dolivet sur son premier film Petites Danseuses, il décide aussitôt de relever le défi. « Je ne connaissais pas l’univers de la danse professionnelle, mais je suis intéressé par ce qui touche à l’enfance. Mon apport a consisté à aider Anne-Claire à formuler clairement ses envies ; à faire émerger des problématiques et à décider ensemble comment on pouvait les transformer en écriture cinématographique. Travailler avec elle m’a permis de réfléchir à de nouveaux sujets. La manière, par exemple, dont interviennent dans l’enfance des questionnements d’adultes : faire carrière, s’angoisser pour le futur. » Le résultat est à la fois charmant et ambigu. On se passionne pour le sort de ces petites danseuses tout en se demandant si leurs efforts surhumains pour réussir sont bien raisonnables... Le mot de la fin est pour Mathias : « J’ai une passion pour le cinéma du réel, un genre qui ne cesse d’évoluer et où les cloisons tombent les unes après les autres. »

La sortie de Petites Danseuses, initialement prévue ce mercredi 4 novembre, a été repoussée.