Soirées « Les Misérables » d’Henri Fescourt à voir sur la plateforme Henri

Soirées « Les Misérables » d’Henri Fescourt à voir sur la plateforme Henri

03 juillet 2020
Cinéma
Tags :
Les Misérables
Les Misérables Films de France - la Société des Cinéromans - TCD
Les quatre parties de l’adaptation du roman de Victor Hugo seront diffusées les 10 et 11 juillet prochains sur Henri, la plateforme de la Cinémathèque française dédiée aux films rares.

Lancée par la Cinémathèque française pendant le confinement pour faire découvrir au public des films restaurés sous sa supervision, la plateforme Henri mettra à l’honneur dans quelques jours l’une des nombreuses adaptations à l’écran des Misérables de Victor Hugo. Mais pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de la version en six heures réalisée par Henri Fescourt en 1925. Suivant fidèlement la trame du roman, le film est découpé en quatre parties représentant chacune une époque différente de l’histoire de Jean Valjean, un ancien bagnard qui, après être devenu Monsieur Madeleine, est élu maire de Montreuil-sur-Mer et vient en aide à Fantine qui se prostitue pour faire vivre sa fille Cosette.

Les Misérables, à découvrir les 10 et 11 juillet, a été restauré en 2015 par le laboratoire du CNC en collaboration avec la Cinémathèque de Toulouse et en partenariat avec Pathé et la fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Avec un objectif : « retrouver Les Misérables avec toute la richesse des différentes techniques de couleurs utilisées en 1925 par Henri Fescourt », explique la Cinémathèque française à propos de ce film « connu jusqu’à présent uniquement en noir et blanc et dans une version de courte durée ». Pour permettre au public de découvrir une « version proche de celle présentée aux spectateurs en 1925 », le laboratoire du CNC a travaillé à partir d’un négatif Pathé du film qu’il conservait ainsi que d’une copie d’exploitation en couleur issue de la collection de la Cinémathèque de Toulouse.

Tournée en décors naturels, cette adaptation d’Henri Fescourt, produite par Films de France et la Société des Cinéromans, est portée par Sandra Milowanoff, Gabriel Gabrio, Jean Toulout, Suzanne Nivette ou encore Renée Carl et Georges Saillard. « En s’attaquant à nouveau à ce chef d’œuvre de la littérature française, Fescourt réalise un feuilleton haletant, sensible, d’une psychologie rare, répondant à la politique de productions de la Société des Cinéromans dont l’ambition était l’adaptation à l’écran de grands récits populaires, centrés autour d’une figure à la fois héroïque et complexe, à laquelle le public pouvait facilement s’identifier », explique le communiqué de presse.