Une deuxième saison pour La Forêt électrique

Une deuxième saison pour La Forêt électrique

14 septembre 2018
Cinéma
La Forêt électrique
Plébiscité cet été, le cinéma éphémère toulousain La Forêt électrique revient à partir du 12 septembre pour une deuxième saison mettant une nouvelle fois à l’honneur « la salle obscure réinventée ».

Une offre variée dans un cadre chargé d’Histoire. C’est dans les Halles de la Cartoucherie à Toulouse, où étaient installées auparavant les usines GIAT, que La Forêt électrique est née en mai dernier, grâce notamment à une campagne de financement participatif.  Lieu imaginé par Agnès Salson, Mikaël Arnal et Johan Borg, en partenariat avec le collectif Cosmopolis, ce cinéma éphémère d’une centaine de places, avec un bar et une boutique, a pris possession le temps d’une saison de cette friche urbaine avant ses travaux. Mais face au succès rencontré par La Forêt électrique de son lancement à la fermeture de ses portes en juillet 2018, les responsables du lieu ont décidé de reprendre du service.

C’est ce mercredi 12 septembre 2018 que débutera la saison 2 de ce qui est le premier cinéma éphémère de France. Jusqu’au 3 novembre prochain, la salle obscure rouvrira ses portes avec une programmation reprenant les ingrédients du succès estival. Les responsables de La Forêt électrique ont ainsi misé sur des films cultes tels que Mulholland Drive, des longs métrages récents (Under The Silver Lake, Rafiki), des œuvres indépendantes (Les Garçons sauvages par exemple), une sélection jeune public (Ernest et Célestine, Le Voyage de Chihiro) et des soirées thématiques (Sorcières et occultisme, Gaspar Noé x Les Cinémas de la zone, Quentin Dupieux volume 2, spécial art graphique ou encore Halloween). Au total, une quinzaine de projections sont annoncées chaque semaine, du mercredi au dimanche. Des séances accessibles au tarif de 6 euros (5 euros pour les enfants de moins de 6 ans).

Pensé pour « célébrer le cinéma, l’art aventureux, les nouvelles formes de l’image animée » ainsi que pour « inviter la jeune création » et « réinventer la salle de cinéma », La Forêt électrique ne se contente pas de mélanger « sorties nationales, reprises et films inédits ». Le cinéma éphémère toulousain mise également sur une diversité de programmation en proposant des contenus venant du web, des ciné-quizz, des concerts, des rencontres artistiques, des sessions de rétro-gaming et des ateliers.