Entretien avec Nadine Labaki réalisatrice du film Capharnaüm

Entretien avec Nadine Labaki réalisatrice du film Capharnaüm

16 octobre 2018
Cinéma
Nadine Labaki
Nadine Labaki CNC

Récompensé à trois reprises à Cannes (Prix du Jury, Prix du Jury œcuménique et Prix de la citoyenneté), Capharnaüm sort en salles mercredi 17 octobre. Dans ce troisième long métrage après Caramel (2007) et Et maintenant, on va où ? (2011), Nadine Labaki dénonce la tragédie des enfants abandonnés et maltraités. La réalisatrice libanaise plonge sa caméra au cœur de Beyrouth pour raconter l’histoire de Zaïn, jeune garçon livré à lui-même dans les rues de la métropole, et propose une odyssée romanesque, à la lisière du documentaire. Venue présenter ce film-plaidoyer au CNC, la réalisatrice libanaise revient sur les enjeux de son travail cinématographique et plus spécifiquement sur la nécessité de redonner de la visibilité à ce drame.


J'ai voulu mettre la lumière sur ce problème qui est celui de l'injustice faite aux enfants que l'on voit un peu partout dans nos cités. Ils font presque partie de notre quotidien, du décor de la ville. Ces enfants qui sont un peu délaissés, livrés à eux-mêmes. Ils sont presqu'invisibles.  J'ai voulu les rendre un peu plus visibles.