Spheres : une expérience VR dans les étoiles

Spheres : une expérience VR dans les étoiles

13 février 2019
Création numérique
Tags :
Spheres
Spheres Atlas V - Novelab - Protozoa Pictures - Crimes of Curiosity

Jusqu’au 30 mars, à la galerie Cinéma d’Anne-Dominique Toussaint, on peut découvrir les films VR Spheres, d’Eliza McNitt, grand prix du jury du dernier Festival de Venise.


Ecouter le chant du cosmos, plonger dans un trou noir, ressentir la force des planètes, c’est ce que propose la réalisatrice Eliza McNitt dans Spheres, une narration immersive en réalité virtuelle composée de trois films. Produit par les Américains de Protozoa Pictures (la société de Darren Aronofsky et de Ari Handel) et Crimes of Curiosity et les Français d’Atlas V, Spheres est une expérience inédite qu’on peut voir pour la première fois en France à La Galerie Cinéma à Paris.

La réalisatrice, Eliza McNitt, n’est pas une débutante dans le monde de la réalité virtuelle. Sa première réalisation A Fistful of stars suivait le parcours du télescope Hubble. « Je me suis demandé ce qui se passait quand on écoutait l’univers autour de nous, explique la jeune cinéaste. Ce qui m’a inspiré et a été le déclic de Spheres c’est quand on a appris qu’il y a un milliard d’années deux trous noirs s’étaient entrechoqués créant une courbure de l’espace-temps et envoyant un signal à la terre que nous n’avons détecté que récemment. Pour la première fois, on  entendu deux trous noirs chanter ! »

La jeune femme commence alors à imaginer une série en réalité virtuelle qui traduirait les révélations scientifiques en narration cinématographique. Elle souhaite permettre au spectateur de véritablement ressentir le cosmos. « Je voulais qu’on puisse interagir avec les éléments de l’espace et presque l’un d’eux. J’adorais l’idée qu’on puisse surfer sur l’anneau de Saturne, se fondre dans un trou noir, entrer dans la peau d’une planète. » Pour relever ce défi technique, elle s’allie aux Français d’Atlas V et de Novelab. « Ils m’ont vraiment aidée à mettre au point l’aspect technique de cette expérience. Ce sont des maîtres de l’interactivité. Je suis fière qu’ils aient accepté de m’accompagner.»

Son projet est à la rencontre de deux mondes : la science et l’art. Le premier épisode, Songs of a spacetime, raconté en anglais par Jessica Chastain et en français par Léa Seydoux, invite à écouter les chants des trous noirs et à ressentir les ondes gravitationnelles jusque dans ses mains, sur une musique de Kyle Dixon et Michael Stein, les compositeurs de la bande originale de la série Stranger Things. « Personne n’a jamais vu l’intérieur d’un trou noir, j’ai imaginé cela en me fondant sur des données scientifiques très précises et en ajoutant mon interprétation. Les sons des planètes sont authentiques

Au Festival de Sundance où il a été projeté pour la première fois en janvier 2018, le film a tellement fait sensation qu’il a immédiatement été acheté pour une somme record dans le monde de la VR par le distributeur américain CityLights. Au Festival de Venise, en septembre dernier, deux autres épisodes ont complété Spheres : Chorus of the Cosmos avec la voix de Millie Bobby Brown en anglais et d’Adèle Exarchopoulos en français, et Pale Blue Dot avec la voix de Patti Smith en anglais et de Jane Birkin en français. Le jury VR du Festival de Venise a été conquis et lui a octroyé le Grand Prix.

Spheres est disponible pour la première fois en France, dans un écrin fait sur mesure. A la Galerie Cinéma, Anne-Dominique Toussaint l’a choisi pour inaugurer son espace VR et a construit autour une exposition sur le même thème où l’on pourra admirer les œuvres de Caroline Corbasson, Charlotte Le Bon ou Mounir Ayache ainsi que les photos de l’astronaute Jean-Pierre Haigneré.