Covid-19 : la garantie des tournages étendue dans le cinéma et l’audiovisuel

Covid-19 : la garantie des tournages étendue dans le cinéma et l’audiovisuel

06 septembre 2021
Séries et TV
Tournage générique
Michel Brussol, Commission du film du Var - Membre du réseau Film France
Le ministère de la Culture a annoncé la prolongation des fonds de garantie dans le cadre des tournages de films et des émissions de télévision en cas de contamination liée au coronavirus.

Ce 3 septembre 2021, le ministère de la Culture a annoncé la prolongation des fonds de garantie contre le risque d’interruption de tournage dans le cinéma et l’audiovisuel en cas de contamination au Covid-19. Dans un communiqué de presse, le ministère explique : “Grâce à cette prorogation (...) de nombreux et importants projets pourront être sécurisés et voir le jour”.

Par ailleurs, le fonds de garantie pour ces tournages, géré par le CNC est prolongé jusqu’à la fin de l’année. Cette initiative a d’abord été mise en place à la fin du printemps 2020, lors de la fin du premier confinement en France. Cette aide avait pour but d’amener une reprise rapide de la production cinématographique et audiovisuelle totalement à l’arrêt à cause de la pandémie. De leurs côtés, les tournages qui s'engagent à respecter le protocole sanitaire ainsi que les gestes barrières peuvent être indemnisés s'ils doivent être interrompus par un cas de Covid-19.

De fait, un fonds d'indemnisation concernant les programmes télévisés comme les jeux, les magazines ou les émissions dites de “divertissements”, a été créé par décret fin décembre 2020. Géré par la Direction générale des médias et des industries culturelles, il n'est pour l’instant prolongé, seulement, “jusqu’au 31 octobre 2021” selon le ministère de la Culture. Ce dernier invoque le “cadre réglementaire européen dans lequel il s'inscrit”. Le ministère argumente que dans “l'hypothèse d'une évolution de ce cadre”, ce fonds pourrait être étendu à son tour “jusqu'au 31 décembre”. Quelque 907 tournages (fiction, animation, documentaire et captation de spectacle vivant) ont adhéré au fonds de 100 millions d'euros (dont la moitié d'argent public) mis en place par le CNC, a indiqué le ministère.