Documentaire : fonds d'aide à l'innovation (développement renforcé)

Le Fonds d’aide à l’innovation documentaire a été pensé dès l’origine comme un lieu de recherche et d’expérimentation pour des documentaires de création destinés tant au cinéma qu’à la télévision. La vocation du Fonds est d’accompagner le renouvellement de la création documentaire en soutenant des écritures innovantes, des formes hybrides, des univers singuliers.

Eu égard à leur singularité et à leur forte part d’innovation, ces projets, sans diffuseur à l’étape de l’écriture et du développement, ont besoin de faire la preuve par l’image. Le soutien à leur long travail d’écriture et de développement permet d’aboutir à de premières images susceptibles de convaincre les acheteurs de tous les secteurs.

  • Secteur : Cinéma - Audiovisuel - Multi-sectoriel
  • Phase d'intervention : Développement
  • Type de soutien : Documentaire, Œuvre audiovisuelle
  • Type d'aide :
  • Demandeur : Auteur, Producteur

Descriptif

Le Fonds* comporte trois aides aux conditions d’attribution différentes :

  1. une aide à l’écriture pour les auteurs
  2. une aide au développement pour les sociétés de production, uniquement destinée aux projets ayant bénéficié de l’aide à l’écriture
  3. une aide au développement renforcé pour les sociétés de production, destinée à tout projet de documentaire qu’il ait ou non bénéficié des deux premières aides.


Le Fonds comporte trois aides aux conditions d’attribution différentes :

  1. une aide à l’écriture* d’un montant minimum de 10 000 €, qui s’adresse uniquement aux auteurs.
    Elle vient distinguer la qualité de la proposition, le travail déjà accompli et permet de poursuivre l’écriture du projet.
     
  2. une aide au développement d’un montant moyen de 20 000 €, qui s’adresse aux entreprises de production pour le financement du développement d’un projet ayant bénéficié de l’aide à l’écriture dans les douze mois précédents la demande.
    Cette aide est accordée pour permettre les repérages, les essais techniques, l’écriture du scénario et la recherche de partenaires financiers.
     
  3. une aide au développement renforcé d’un montant moyen de 60 000 €, qui peut être demandée par des auteurs ou des entreprises de production, mais est attribuée aux entreprises de production. Elle peut être sollicitée directement, sans passer par les phases I et II.
    Cette aide permet le financement d’un premier tournage et du pré-montage d’un nombre limité de projets. Elle a pour objectif d’aider des œuvres particulièrement créatives et ambitieuses, comprenant une prise de risque, qui pour rencontrer l’adhésion des diffuseurs et convaincre de leur pertinence, ont besoin d’aller au-delà du stade du scénario.


La commission pour le documentaire de création du Fonds d’aide à l’innovation est composée de deux collèges, avec un président commun.

  • Le premier collège, composé du président et de six membres, siège six fois par an pour examiner les demandes d’aide à l’écriture et au développement.
  • Le second collège, composé du président et de quatre membres, siège trois fois par an pour examiner les demandes d’aide au développement renforcé.

* L’aide à l’écriture est soumise au régime des aides de minimis conformément au Réglement (CE) N° 1998/2006 de la Commission Européenne du 15 décembre 2006 concernant l'application des articles 87 et 88 du traité CE aux aides de minimis.

Critères d’éligibilité

Au stade de la demande d’aide, un projet peut être déposé par un auteur-réalisateur seul ou conjointement par l’auteur-réalisateur et l’entreprise de production.
Dans le cas où le projet est présélectionné, il doit obligatoirement pour être examiné par la commission plénière être présenté par un auteur-réalisateur et une entreprise de production.
Les aides au développement renforcé sont accordées à des entreprises de production qui répondent aux conditions suivantes :

  1. Etre établies en France ;
     
  2. Avoir des présidents, directeurs ou gérants, ayant soit la nationalité française ou la qualité de résident, soit la nationalité ou la qualité de résident d’un Etat membre de l’Union européenne, d’un Etat partie à la convention européenne sur la télévision transfrontière du Conseil de l’Europe ou d’un Etat tiers européen avec lequel l’Union européenne a conclu des accords ayant trait au secteur audiovisuel, d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
     
  3.  Ne pas être contrôlées, au sens de l’article L. 233-3 du code de commerce, par une ou plusieurs personnes physiques ou morales ressortissantes d’Etats autres que les Etats européens mentionnés au 2.

Prochaines Commissions

Agenda 2024

  • Première session :
    Dépôt des dossiers le JEUDI 4 AVRIL 2024 de 9h00 à 18h00.
     
  • Deuxième session :
    Dépôt des dossiers le MARDI 3 SEPTEMBRE 2024 de 9h00 à 18h00.
     
  • Troisième session :
    Dépôt des dossiers le MERCREDI 11 DECEMBRE 2024 de 9h00 à 18h00.



Composition de la commission

Voir les décisions de nomination

Second collège

La commission est composée d’une présidente et de quatre personnalités du cinéma et de la télévision..

Présidente : Joy SORMAN, écrivaine

Membres

  • Etienne DE RICAUD, producteur
  • Hassen FEHRANI, réalisateur
  • Violaine HARCHIN, distributrice
  • Eléonore WEBER, réalisatrice

Résultats des commissions

Voir les résultats antérieurs

30 novembre 2023


L’apocalypse a déjà eu lieu de Stany Combot
Producteur : LES FILMS DEPLANIFIES
Aide accordée : 30 000 €
Dans la « Nouvelle Grande Russie » de Vladimir Poutine, des bulldozers traquent les cités de garages. Dédales de tôles, de sous-sols et de tunnels, ces villes clandestines apparaissent dans les années 90 suite à l’effondrement de l’URSS. États dans l’État qui permettent à près d’un quart de la population russe de subvenir à ses besoins, et où travaillent et vivent les survivants de cette apocalypse : les Garagniki. Avec eux, nous remontons le temps et l’Histoire à la recherche des cités survivantes, dans une Russie parallèle, fantastique, souterraine…

L’autre monde de Callisto Mac Nulty
Producteur : BARBEROUSSE FILMS
Aide accordée : 45 000 €
Dans les montagnes du sud-est de l'Espagne, une gigantesque muraille fend le paysage. Elle cache le village des Fontilles, la dernière léproserie d'Europe. Ce village reclus, coupé du monde pour endiguer la propagation d’une maladie jugée contagieuse, a aussi été un refuge paradisiaque pour les lépreux rejetés de tous.
Des voix du passé et du présent, des personnages de «l'intérieur» et de «l’extérieur», de part et d’autre la muraille, se rejoignent pour former un chœur. Ensemble, ils donnent corps et deviennent les conteurs d’un monde en train de disparaître.

Boys don’t cry de Lena Karbe
Producteur : MACALUBE FILMS
Aide accordée : 55 000 €
Fin 2021, la première hotline de soutien psychologique, anonyme et gratuite, et destinée aux hommes, a été lancée en Russie. Suite à l’invasion de l’Ukraine, la ligne a été saturée d’appels, mettant parfois à mal l’impartialité des écoutants.

Braves gens de Sebastiano d’Ayala Valva
Producteur : LA BETE
Aide accordée : 47 000 €
C'est une mémoire mal assimilée, mise sous le tapis, déformée, faussée. Les traces en sont partout présentes, souvent au grand jour, mais peu de gens les voient. Il s'agit des traces de la mémoire coloniale italienne. Elles se trouvent dans notre culture, dans notre paysage urbain, dans nos comportements du quotidien, dans notre langage, et surtout dans notre rapport à la différence. Ce film est un voyage dans l'Italie contemporaine à la recherche de tous ces messages, ces incrustations et ces stratifications.

Contre l’histoire de Joanna Grudzinska
Producteur : ZADIG PRODUCTIONS
Aide accordée : 50 000 €
En Pologne, les historiennes et les historiens de la Shoah, pourfendus, attaqués, persistent pourtant à sortir de l’oubli l’expérience radicale qu’a vécu le pays.

De plomb et de charbon de Thomas Uzan
Producteur : HABILIS PRODUCTIONS
Aide accordée : 55 000 €
À l’Est du Maroc, des hommes continuent de creuser dans les mines désaffectées datant du protectorat français. Pour survivre dans un monde en ruines, ils s’enfoncent sous le sol à la recherche de minerais épuisés. Du fond des gouffres, les rêves perdus de la mine continuent de hanter leur imaginaire.

Habibi, dernière séance de Florent Gouelou
Producteur : YUKUNKUN PRODUCTIONS
Aide accordée : 50 000 €
La Flèche d'or (Paris 20e) est une salle de spectacle à la fois investie dans des actions solidaires (maraudes, cantine à prix libres, permanences juridiques gratuites) et dans une programmation sensible aux diversités (concerts et soirées débats autour des luttes féministes, anti-racistes et LGBTQIA+).
Depuis 3 ans, parallèlement à mon activité de réalisateur, j'y programme chaque mois un cabaret drag sur le thème du cinéma. J'y performe sous les traits de mon alter ego, Javel Habibi, pour des soirées qui réunissent chaque fois plus de 300 personnes. Mais après 25 éditions mensuelles, je cherche aujourd'hui à redéfinir l'équilibre entre ma vie «civile» et ma vie de performeur drag. L'édition de décembre 2023 marque la fin d'un cycle : je m'apprête à confier les clefs du cabaret aux artistes de la troupe.

Histoires d’un mensonge de Olia Verroiopoulou
Producteur : PERSPECTIVE FILMS
Aide accordée : 59 500 €
Lors d’un séjour en Grèce, mon pays d’origine, j’apprends la maladie d’une amie d’enfance, que ses médecins et sa famille lui ont cachée. Troublée, je me souviens. Ayant grandi dans un milieu médical, je me souviens que cette pratique a bercé mon enfance, a touché des proches. Je vais parler à mon père, médecin, et je commence une enquête intime pour tenter de comprendre ces mensonges médicaux, d’autrefois et d’aujourd’hui.

Jusqu’au phare de Fanny Dujardin
Producteur : AVRIL FILMS
Aide accordée : 30 000 €
La jetée de la Gare d’Eau de Lille va être démantelée. Cet endroit qui a accompagné́ mon enfance se gentrifie, les habitants des bateaux vont devoir larguer les amarres et quitter l’ancienne jetée qui sera détruite. Filmer les trois dernières années de ce port en suspend entre le fleuve et la ville s’impose. Un film qui parle d’en- fance, de mouvement, de départ.

Mer étoile femme de Jeunghae Yim & Isabelle Pagliai
Producteur : 5 à 7 films
Aide accordée : 60 000 €
À Nice, Jeunghae s’obstine à filmer Marie, aveugle de naissance. Mais malgré la bonne volonté de son sujet, quelque chose ne prend pas et le tournage tourne court. Dans le train du retour, Jeunghae est soudain prise d’une violente crise de vertige. Après une longue errance diagnostique, elle atterrit chez une orthoptiste qui lui propose une thérapie par la rééducation du regard. Séance après séance, Jeunghae réapprend à voir, non seulement un chat, une voiture ou une étoile, mais aussi Eunyoung, sa propre mère, que l’on a cherché à faire disparaître quand elle était petite en Corée, en faisant comme si elle n’avait jamais existé.

Les naufragés du T1 de Mehdi Benallal
Producteur : TRIPTYQUE FILMS
Aide accordée : 55 000 €
À la charnière des années 80 et 90, le tramway atterrit en Seine-Saint-Denis, reliant Saint-Denis à Bobigny.
Pour l’émission de télévision locale L’Antenne est à nous, diffusée en Île-de-France par FR3 puis France 3, passants et habitants, lycéens et collégiens, urbanistes et ouvriers, sont appelés à jouer le jeu de l’enthousiasme.
À quoi répond, retrouvé dans les archives de l’émission, l’irréductible désir des personnes de témoigner de leur vie. L’antenne est à eux.

Paysage inachevé de Pierre Schlesser
Producteur : LES FILMS DE L’OEIL SAUVAGE
Aide accordée : 40 000 €
La D22 est une petite route isolée de l'est de la France le long de laquelle se succèdent de petits villages quasi-déserts, une ville de deux mille habitants et des champs à perte de vue, dont la terre semble avoir été travaillée jusqu'à l'épuisement. La population est majoritairement âgée, le sentiment de la guerre qui fit rage à plusieurs reprises est encore bien présent, l’économie est presque morte et un spleen terrible se dégage de la vie des habitants. Cette route forme le Pays du Saulnois, c’est là que vécurent tous mes ancêtres et je suis le premier à être parti. A l’adolescence, j’étais plein de colère contre cet endroit désolé.
En 2015, mon père est décédé dans un accident du travail au cours duquel il fut projeté sur le bitume de cette même route et y mourut. Cela m’a bouleversé. Ma colère s’est alors transformée. Ma rage d’adolescent rêvant de fugue a laissé place à l’indignation d’un jeune-homme voulant devenir cinéaste.
Aujourd'hui, je reviens vers cet endroit et mon milieu d’origine. Je reviens pour un voyage dans ma généalogie, dans son réservoir de deuils et sa mélancolie prolétaire. Je reviens pour tenter d’apaiser ainsi la colère qui monte en moi dès que je rentre.

Wolobougou de Camille Varenne
Producteur : THE KINGDOM
Aide accordée : 55 000 €
Wolobougou veut dire en Bambara « le lieu de la naissance ». C’est le nom de la petite maternité de brousse fondée par la sage-femme Honorine Soma au Burkina Faso. Honorine veut révolutionner la place de la femme dans la société burkinabè. Pour donner un accès aux soins aux femmes de milieu rural et affirmer son indépendance, elle a créé sa propre clinique en 2016. Dans une zone de désert médical, chaque geste qu’elle pose se révèle nécessaire. Elle pousse plus loin son impact en faisant de sa clinique un lieu de transmission où elle forme des jeunes sage-femmes. Ses valeurs de liberté et de bienveillance, elle les transmet aussi à sa fille de 3 ans, Fanny, qu’elle a choisi d’élever seule. En renouant avec la cosmogonie locale et en puisant dans l’histoire politique du pays, le film Wolobougou propose le portrait de cette femme forte et de sa profession cruciale.

Les yeux fermés de Julien Faraut
Producteur : UFO PRODUCTION
Aide accordée : 60 000 €
Exécuter un geste, imaginer un geste ou observer un geste dépend dans les trois cas de nos représentations motrices. L’utilisation du film et de l’imagerie mentale dans le sport de haut niveau nous conduit de façon inattendue aussi bien sur les traces de l’évolution humaine que sur les fondements de l’histoire du cinéma.

Yung Yiddish de Noa Ben Shalom
Producteur : LES FILMS DU POISSON
Aide accordée : 50 000 €
Mendy Cahan, 60 ans, s’est donné pour mission de sauver une culture que tout le monde croyait mourante. Dans un entrepôt improbable installé au cœur de la gare routière de Tel Aviv, il recueille depuis 30 ans les trésors de la littérature yiddish, luttant sans aucun soutien ou presque pour les arracher à l’oubli et à la destruction. Au cœur de « Yung Yiddish », lieu de vie bien plus que d’une mémoire figée, ce film raconte le combat donquichottesque et souvent tragi-comique de Mendy pour garder la culture yiddish vivante.


Contacts

CNC 
Direction du cinéma
Service du soutien à la diversité de la création
291 boulevard Raspail 
75675 Paris Cedex 14


Articles liés

02 février 2024

Liste des films recommandés Art et Essai

Dans le cadre de la réforme de la procédure de recommandation Art et Essai des films, voici la liste des films recommandés par le nouveau Collège de recommandation mis en place en 2018.

...