Rencontre avec Émile Sornin, compositeur de « La Morsure »

Rencontre avec Émile Sornin, compositeur de « La Morsure »

15 mai 2024
Cinéma
Tags :
 « La Morsure »
« La Morsure » réalisé par Romain de Saint-Blanquat Easy Tiger

Après deux collaborations remarquées avec la cinéaste Monia Chokri, le leader et créateur du groupe Forever Pavot signe la BO du premier long métrage de Romain de Saint-Blanquat. Portrait.


Musique et cinéma bercent le quotidien d’Émile Sornin depuis toujours ou presque. La musique, sa première passion, pour laquelle il a créé le groupe de pop-rock progressif Forever Pavot en 2012. Le cinéma, son premier travail, quand il a quitté sa région rochelaise natale pour Paris. C’est ce qu’il nous confie quand on le rencontre à l’occasion de la sortie en salles de La Morsure, le premier long métrage de Romain de Saint-Blanquat – récit initiatique teinté de fantastique – dont il signe la bande originale. « Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu au fond de moi l’envie de faire de la musique. Mais, adolescent, j’étais extrêmement timide, et je ne me voyais absolument pas sur le devant de la scène. » Sa découverte du montage, exercice qui le séduit immédiatement, va combler ce besoin de discrétion. « Je suis venu à Paris pour faire un BTS audiovisuel et j’ai décroché mes premiers jobs de monteur. »

Son goût pour le cinéma, il le doit en grande partie à sa mère, « une grande cinéphile, qui nous a fait découvrir très tôt à mon frère et moi des classiques qui m’ont marqué : les films d’Hitchcock, ceux de la Nouvelle Vague, mais aussi et surtout le cinéma de Jacques Tati ». Son frère – qui a débuté au théâtre très jeune et avec qui il faisait de la musique – est d’ailleurs devenu comédien. « À côté de lui, j’étais un peu le cancre de la famille, celui qui faisait du punk ! », se souvient-il dans un éclat de rire. Et si, après le montage, Émile Sornin passe à la réalisation, signant pendant six ans de nombreux clips et quelques publicités, il avoue n’avoir jamais vraiment pensé au cinéma et à la mise en scène. « Ce qui me plaisait, c’était d’abord et avant tout de mélanger la musique et la vidéo. Comme beaucoup de jeunes de ma génération, j’ai découvert les clips avec Michel Gondry. Et au fond de moi, je voulais être Gondry ! »

[Avec Romain de Saint-Blanquat], j’ai tout de suite compris qu’on parlait la même langue, qu’on partageait cet amour pour la musique que j’appelle “hantée” de certains compositeurs italiens, presque christique, empreinte de la musique d’église et de la musique de film d’horreur, terrorisante par le choix des instruments.

C’est d’ailleurs pour cela qu’il n’a jamais abandonné la musique qui va peu à peu prendre le pas sur tout le reste quand, au chant et au clavier, il crée Forever Pavot en 2012. Un groupe dont le succès ne s’est jamais démenti depuis, mais sans pour autant chasser le cinéma de sa tête. Avec un rêve : signer un jour une bande originale de film. « Comme un prolongement de nos morceaux de Forever Pavot qui sont souvent très inspirés de la musique de film. » Un genre qu’il a appris à connaître et à apprécier « grâce à la musique hip-hop que j’écoutais et qui était énormément samplée dans les années 1990 au cinéma ». Émile Sornin se prend alors de passion pour Ennio Morricone et « ses copains italiens » Bruno Nicolai et Alessandro Alessandroni, mais aussi, côté français, pour les BO de Serge Gainsbourg, Philippe Sarde, Francis Lai et François de Roubaix.

Après avoir travaillé sur plusieurs courts métrages d’animation et le moyen métrage documentaire Une vie de château de Louise Hémon (2019), Émile Sornin rencontre Hélier Cisterne qui va lui confier la musique de son deuxième long métrage, De nos frères blessés (2020), inspiré par la vie de Fernand Iveton, militant communiste exécuté pour son soutien actif à l’indépendance de l’Algérie. « Tout s’est fait de façon très naturelle car Hélier [Cisterne] souhaitait pour son film une musique proche de celle de Forever Pavot, inspirée par les univers des années 1960 et 1970. Je ne le remercierai jamais assez car il est toujours risqué de confier une bande originale à quelqu’un vierge de toute expérience sur ce terrain-là. » Une aventure au long cours – la postproduction s’étalera sur un an – qui n’en restera pas là. Très vite, une autre grande admiratrice de Forever Pavot, Monia Chokri, le contacte à son tour. « La rencontre s’est faite grâce au batteur du groupe, comédien à ses heures perdues, qui a tourné sous sa direction ». Le début de leur collaboration se fera sur Babysitter en 2022. « Monia [Chokri] m’a expliqué que le deuxième album de Forever Pavot avait énormément inspiré l’écriture du film et qu’elle ne voyait personne d’autre pour cette BO. Monia sait exactement ce qu’elle veut. Elle possède une grande culture musicale, ses références sont très précises et trouvent à chaque fois un écho en moi. J’essaie de me situer dans l’hommage, jamais dans la copie. » Pour Babysitter, l’échange se fait notamment autour de la BO des Lèvres rouges de Harry Kümel, une des rares incursions de François de Roubaix dans le cinéma d’horreur. Assez vite, la cinéaste lui parle de son film suivant, Simple comme Sylvain, « en me disant qu’elle voulait faire un film d’amour comme on n’en fait plus ». Pour ce film, récompensé voilà quelques mois du César du Meilleur film étranger, c’est une autre de leur passion commune, les BO de Francis Lai, qui sera convoquée.

 

Pour La Morsure, la (belle) histoire se répète. C’est parce qu’il aime Forever Pavot que Romain de Saint-Blanquat a fait appel à Emile Sornin. « Il a même utilisé dans son film le tout premier morceau que j’ai composé en 2011 aux sonorités garage, Christophe Colomb, pour accompagner une scène de fête. » Une fois de plus les références de l’un rejoignent celles de l’autre. « J’ai tout de suite compris qu’on parlait la même langue, qu’on partageait cet amour pour la musique que j’appelle “hantée” de certains compositeurs italiens, presque christique, empreinte de la musique d’église et de la musique de film d’horreur, terrorisante par le choix des instruments. Après la lecture de son scénario, je lui avais fait une playlist, au sommet de laquelle se trouvaient la BO de Rosemary’s Baby de Polanski, signée Krzysztof Komeda, des musiques d’Ennio Morricone, de Bruno Nicolai… Des guitares jouées avec une espèce de distorsion fuzz qui créent des effets d’ambiance étranges, une texture. » Là encore, le chemin sera long pour aboutir à cette BO mais l’exercice passionne Émile Sornin. « J’ai l’habitude de travailler seul, alors là je me régale à dialoguer avec chaque cinéaste, raconte le musicien qui vient par ailleurs de rejoindre une nouvelle aventure musicale, celle de L’Engloutie, le premier long métrage de Louise Hémon. Ce ping-pong m’apporte beaucoup sans forcément que mes interlocuteurs aient de vocabulaire musical. Il résonne avec mon propre parcours d’autodidacte qui n’a jamais appris le solfège, ni fait le conservatoire, et qui compose à l’oreille, au feeling. »
 

LA MORSURE

Affiche de « La Morsure » réalisé par Romain de Saint-Blanquat
La Morsure KMBO

Réalisation et scénario : Romain de Saint-Blanquat
Photographie : Martin Roux
Montage : Sanabel Cherquaoui
Musique : Émile Sornin
Production : Easy Tiger
Distribution : KMBO
Ventes internationales : Films Boutique
Sortie le 15 mai 2024

Soutiens du CNCAvance sur recettes avant réalisation, Aide à la création de musiques originales