Oggy et les Cafards : retour sur une incroyable réussite à la française

Oggy et les Cafards : retour sur une incroyable réussite à la française

12 décembre 2018
Séries et fictions TV
Tags :
Oggy et les Cafards
Oggy et les Cafards Xilam
Lancé en 1998 sur le petit écran, le dessin animé est toujours un succès mondial. Bien décidé à poursuivre l'aventure encore longtemps, le producteur historique, Marc du Pontavice, revient pour le CNC sur la genèse d’Oggy et les cafards.

 

Au départ, l'idée d’Oggy et les cafards vient de Jean-Yves Raimbaud (décédé en 1998) ?
Tout est parti d'une commande que je lui avais passée. Je lui avais demandé de réfléchir à ce que pourrait être un Tom & Jerry en l'an 2000. Il est venu avec l'idée de garder ce chat bleu. Ensuite, à la place de la souris, il a choisi trois cafards. C'était vraiment la bonne idée. Parce qu'ils ont apporté cette notion d'urbanité du monde moderne. Et puis surtout on a inversé les rôles : ce sont les cafards qui font une vie d'enfer au chat, et non pas le chat qui poursuit et cherche à manger la souris...

Quelles ont été vos influences pour développer ces personnages ?
Tom & Jerry, c'était un modèle, une idée d'antagonisme sur laquelle s'appuyer. Mais mes références sont plutôt du côté de Chuck Jones ou de Tex Avery. L'idée était de travailler sur cette grammaire de comédie, qu'on appelle le "Slapstick". C'est une grammaire très ancienne, puisqu'elle remonte à la Commedia dell'arte : l'idée, c'est de pousser les personnages dans la limite de leurs ressources physiques.

Encore aujourd'hui, Oggy et les Cafards est diffusé dans 190 pays à travers le monde...
On estime que l’on couvre 800 millions de foyers sur la planète ! C'est assez impressionnant, mais c'est dû aussi à l'immense succès de la série en Asie et en Inde en particulier, où Oggy est un vrai phénomène. C'est vraiment le dessin animé préféré des enfants. On l'a lancé là-bas en 2007-2008. Et ça a décollé à partir de 2011 et depuis, l'Inde est devenu notre quatrième marché d'exportation dans le monde.

Comment expliquez-vous ce succès mondial ?
L'absence de dialogues facilite les choses et nous permet de travailler sur une comédie très visuelle, que tout le monde comprend. Ce qui est bluffant, ce n'est pas tellement qu'Oggy fête ses 20 ans. Parce que d'autres dessins animés durent aussi depuis longtemps. Ce qui est bluffant, c'est que jamais Oggy n'a généré autant de vues et de revenus qu'aujourd'hui ! Sur YouTube, en 2018, Oggy va faire plus de 1,5 milliard de vues !

Chaque saison compte plus de 70 épisodes. Combien de temps prend la création d'un épisode ?
Les cycles de fabrication sont très longs. Il faut en moyenne 8 à 9 mois pour faire un seul épisode. Nous lançons la production d’un nouvel épisode à peu près toutes les semaines. C'est un schéma d'organisation extrêmement complexe, puisque vous pouvez avoir jusqu'à 5 000 ou 10 000 plans à gérer à certains stades du process... Cela demande une agilité intellectuelle et artistique fantastiques de la part des équipes. Il faut être capable de jongler entre les épisodes, passer un jour du montage de l'épisode x, au storyboard de l'épisode y etc...

Comment trouvez-vous de nouvelles idées, encore et encore, après 425 épisodes ?
La force se trouve dans les personnages. Tout vient plus facilement, quand on a, à la base, des personnages forts, qu'on peut décliner à l'infini. Ensuite, on trouve l'inspiration dans le quotidien. Parce que métaphoriquement, Oggy raconte la quête de tranquillité qu'on a tous en nous, et comment on est en permanence bousculés par le quotidien et les tracas de notre vie moderne, représentés par les cafards.

Oggy s'est même décliné au cinéma en 2013. Qu'est-ce que vous gardez de cette expérience sur grand écran et est-ce que vous pourriez retenter l'aventure avec un autre film ?
Il y a toujours une certaine difficulté, lorsque vous passez de la télévision au cinéma. Il faut des moyens supérieurs pour proposer un spectacle différent de celui qu'on propose déjà à la télévision. J'ai adoré faire ce long métrage, à l'époque. Mais si on veut faire des millions d'entrées, il faut aller chercher un financement dont on ne disposait pas à l'époque. Aujourd'hui, on n'a pas de plan pour faire un nouveau film Oggy au cinéma. Si cela devait se faire un jour, ce serait probablement avec d'autres types de capitaux, d'autres ambitions, pour faire un long métrage en 3D...

La série a 20 ans aujourd'hui. Vous pensez qu'elle sera encore là dans 20 ans ?
On vient de finir un travail colossal, qui a consisté à transformer en HD toutes les images des saisons 1 et 2, produites en SD à l'époque. Et si l’on fait ça, c'est qu'on a l'intime conviction qu'Oggy et les Cafards sont encore là pour 20 ans...