Séries Mania 2021 : les six séries en lice dans la compétition française

Séries Mania 2021 : les six séries en lice dans la compétition française

26 août 2021
Séries et TV
Tags :
Jeune et golri
"Jeune et golri" The Film TV
Germinal sera le seul représentant français de la compétition internationale de l’édition 2021 de Séries Mania, qui s’ouvre ce jeudi. Mais la compétition française s’annonce également très intéressante, avec six séries aussi variées qu’intrigantes à découvrir. Présentation des sélectionnées.

La plus attendue : Nona et ses filles (Arte)

Amoureuse d’André et libérée de ses trois filles de 40 ans qu’elle adore, Nona, 70 ans, vit sa vie à plein tube au cœur de la Goutte d’or, à Paris. Jusqu’au jour où le docteur Truffe lui annonce qu’elle est enceinte… Valérie Donzelli signe sa toute première série et c’est forcément un événement. La réalisatrice acclamée de La guerre est déclarée ou Notre Dame s’attaque à la maternité avec la sensibilité et la fragilité qui la caractérise. Une galerie de portraits de femmes complexes, portées par un magnifique casting d’actrices (Virginie Ledoyen, Clotilde Hesme...) entourant Miou-Miou. Neuf épisodes de 30 minutes, tous écrits et réalisés par Valérie Donzelli, toujours aussi habile dans l’art de la tragicomédie.

Article sur le même sujet

26 aout 2021

La plus stylée : L’Opéra (OCS)

À l’Opéra de Paris, Zoé, danseuse étoile de 35 ans à la carrière fulgurante, vit aujourd’hui dans l’excès : trop de fêtes, d’amants, d’angoisses… L’arrivée de Sébastien, nouveau directeur de la danse, flamboyant et ambitieux, l’oblige à se confronter à ses échecs. Lorsqu’il menace de la renvoyer, c’est un électrochoc : Zoé décide de se battre pour garder sa place. De son côté, Flora, danseuse noire de 19 ans, vient de rejoindre le corps de ballet en tant que remplaçante et n’a que quelques mois pour s’intégrer et faire ses preuves…

Créatrice, réalisatrice et scénariste, Cécile Ducrocq a eu cette envie de filmer la danse et l’institution, comme métaphore de la société. En 8 épisodes de 45 min, c’est un ballet humain saisissant qui se joue sous les yeux des téléspectateurs. Le portrait de deux générations qui se font face dans les coulisses de cet Opéra de Paris dépoussiéré par un casting de jeunes talents à couper le souffle, d’Ariane Labed à Suzy Bemba. Une ode à part, aussi gracieuse que brutale.

La plus haletante : Rebecca (TF1)

De retour à la Criminelle après un long congé et une dépression, Rebecca enquête sur une nouvelle série de meurtres. Elle est persuadée que le meurtrier est celui qu’elle n’a pas pu arrêter six ans auparavant. Lorsque l’une des victimes s’avère être la maîtresse de son mari, elle se retrouve directement impliquée : pourquoi était-elle la seule à savoir où se trouvait le cadavre de cette femme ? Est-ce le serial killer qui l’a tuée… ou bien est-ce elle, au cours d’un de ces black-out qui font de sa mémoire un puzzle impossible à reconstituer ?

Après avoir adapté Doctor Foster (Infidèle, 2019), Didier Le Pêcheur signe un nouveau remake français d’un polar anglais. Une version sombre de Marcella, où Anne Marivin reprend le rôle tenu par Anna Friel outre-Manche et donne la réplique à Benjamin Biolay. Dans ce 8x52 minutes, l’ancienne des Cht’is incarne une inspectrice tourmentée traquant un serial killer au fil d’une intrigue étouffante qui saura semer le doute à chaque instant dans la tête du téléspectateur.

La plus loufoque : Or de lui (France.TV)

Joseph est VRP dans une petite PME de banlieue. Sa vie se résume à voiture-boulot-voiture-dîner avec une femme qui ne l’aime plus-dodo. Jusqu’au jour où, par miracle, il commence à pondre… de l’or. Créateur du site 10 minutes à perdre, Baptiste Lorber envoie Ramzy Bedia sur le trône pour l’ovni de cette sélection française. Une dramédie en 10 épisodes de 25 minutes, pas aussi bête et méchante que le laisse penser son synopsis scatologique. Certes, l’ancien complice d’Éric Judor y expulse des étrons en or massif, mais la blague sert en fait de point de départ à une réflexion cinglante autour du couple et du train-train infernal de la vie conjugale. Une farce inclassable.

La plus locale : Le Code (France 2)

Un éclat de balle inopérable peut être fatal à tout moment à Idriss Toma, brillant avocat parisien, jusqu’alors allié incontournable des riches et des puissants. Conscient que la vie lui a offert une seconde chance, il retourne à Lille et s’associe à Nadia Ayad, avocate engagée, et à Jeanne Vanhoven, une ex-gloire du barreau. Avec l’aide de deux jeunes collaborateurs, ils mettent leur talent au service de celles et ceux que la machine judiciaire menace d’écraser.
Se déroulant dans la capitale des Hauts-de-France (le bastion de Séries Mania), ce drama judiciaire saura certainement enthousiasmer le public. Malgré une forme assez classique suivant les tribulations d’un cabinet d’avocats, affaire après affaire, Le Code se distingue par la diversité rafraîchissante de son casting, emmené par Daniel Njo Lobe et Naidra Ayadi.

La plus drôle : Jeune et Golri (OCS)

Prune, comédienne de stand-up en panne d’inspiration, tombe amoureuse de Francis, vieux et dépité. Sauf que Francis a oublié de dire qu’il avait une enfant : Alma, minus et pas marrante. Prune devient belle-mère, alors qu’elle a 5 ans d’âge mental, et que pour elle, cohabiter avec un enfant est un cauchemar. À moins qu’elle ne décide d’en faire le sujet de son spectacle, sans le dire à Francis bien sûr...

Passée par les caves des cabarets parisiens qu’elle décrit dans sa série, l’humoriste Agnès Hurstel signe une comédie tendre et romantique, où le couple qu’elle forme avec Jonathan Lambert crève l’écran. La chroniqueuse de France Inter y raconte aussi son métier avec malice, en compagnie de ses camarades de scène Paul Mirabel et Marie Papillon. Une manière réjouissante de découvrir le monde du stand-up, qui sera justement le thème fil rouge du festival Séries Mania cette année.