Documentaire : fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle (développement renforcé)

L'aide à l'écriture et l'aide au développement du Fonds d'aide à l'innovation audiovisuelle du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) ont pour objectif d'accompagner les auteurs et les producteurs de documentaires de création cinématographiques et télévisuels qui nécessitent une écriture élaborée, un important travail de développement et proposent une approche innovante au regard des programmes audiovisuels.

  • Secteur : Cinéma - Audiovisuel - Multi-sectoriel
  • Phase d'intervention : Développement
  • Type de soutien : Documentaire, Œuvre audiovisuelle
  • Type d'aide :
  • Demandeur : Auteur, Producteur

Descriptif

Le Fonds comporte trois aides aux conditions d’attribution différentes :

I - une aide à l’écriture* d’un montant fixe de 7 500 €, qui s’adresse uniquement aux auteurs.
Elle vient distinguer la qualité de la proposition, le travail déjà accompli et permet de poursuivre l’écriture du projet.

II - une aide au développement d’un montant moyen de 13 000 €, qui s’adresse aux entreprises de production pour le financement du développement d’un projet ayant bénéficié de l’aide à l’écriture dans les douze mois précédents la demande.
Cette aide est accordée pour permettre les repérages, les essais techniques, l’écriture du scénario et la recherche de partenaires financiers.

III – une aide au développement renforcé d’un montant moyen de 50 000 €,qui peut être demandée par des auteurs ou des entreprises de production, mais est attribuée aux entreprises de production. Elle peut être sollicitée directement, sans passer par les phases I et II.
Cette aide permet le financement d’un premier tournage et du pré-montage d’un nombre limité de projets. Elle a pour objectif d’aider des œuvres particulièrement créatives et ambitieuses, comprenant une prise de risque, qui pour rencontrer l’adhésion des diffuseurs et convaincre de leur pertinence, ont besoin d’aller au-delà du stade du scénario.

La commission pour le documentaire de création du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle est composée de deux collèges, avec un président commun.

  • Le premier collège, composé du président et de six membres, siège sept fois par an pour examiner les demandes d’aide à l’écriture et au développement.
  • Le second collège, composé du président et de quatre membres, siège deux fois par an pour examiner les demandes d’aide au développement renforcé.

* L’aide à l’écriture est soumise au régime des aides de minimis conformément au Réglement (CE) N° 1998/2006 de la Commission Européenne du 15 décembre 2006 concernant l'application des articles 87 et 88 du traité CE aux aides de minimis.
Ce règlement peut être consulté sur le portail de l’union européenne à l’adresse : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2006:379:0005:0010:FR:PDF

Définition  

L’aide au développement renforcé a pour objectif d’aider un nombre limité de projets particulièrement créatifs et singuliers, comprenant une prise de risque, qui pour rencontrer l’adhésion de partenaires financiers, et notamment des diffuseurs et des distributeurs, ont besoin d’aller au-delà du stade du scénario. Les choix narratifs et le dispositif filmique des projets doivent être affirmés et le film prêt à être tourné.
Cette aide permet le financement d’un premier tournage et d’un pré-montage du projet.
Les projets doivent être écrits en langue française.

Procédure d’examen

Pour l’examen des demandes d’aide au développement renforcé, la Présidente du CNC fait appel à des lecteurs pour présélectionner les projets qui seront ultérieurement soumis à la commission plénière.
La commission est composée d’un président et de quatre personnalités du cinéma et de la télévision.

L’étude des projets se fait en deux temps :

  • Premier examen :
    Chaque projet est soumis à trois lecteurs, dont l’un est issu de la commission plénière. Les membres se réunissent pour délibérer.
  • La sélection :
    Les projets sont ensuite transmis à la commission plénière qui auditionnera l’auteur-réalisateur et le producteur de chaque projet. La commission remet un avis à la Présidente du CNC.

Important :
Si le projet figure en commission plénière, l’entreprise de production doit être titulaire des droits du projet. Dans le cas contraire, le projet serait immédiatement exclu de l’examen par la commission plénière.

 

Critères d’éligibilité

Au stade de la demande d’aide, un projet peut être déposé par un auteur-réalisateur seul ou conjointement par l’auteur-réalisateur et l’entreprise de production.
Dans le cas où le projet est présélectionné, il doit obligatoirement pour être examiné par la commission plénière être présenté par un auteur-réalisateur et une entreprise de production.
Les aides au développement renforcé sont accordées à des entreprises de production qui répondent aux conditions suivantes :

 

  • Etre établies en France ;
  • Avoir des présidents, directeurs ou gérants, ayant soit la nationalité française ou la qualité de résident, soit la nationalité ou la qualité de résident d’un Etat membre de l’Union européenne, d’un Etat partie à la convention européenne sur la télévision transfrontière du Conseil de l’Europe ou d’un Etat tiers européen avec lequel l’Union européenne a conclu des accords ayant trait au secteur audiovisuel, d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
  • Ne pas être contrôlées, au sens de l’article L. 233-3 du code de commerce, par une ou plusieurs personnes physiques ou morales ressortissantes d’Etats autres que les Etats européens mentionnés au 2.

Important :

 

  • L’aide peut être demandée que le projet ait bénéficié ou non d’une aide à l’écriture et/ou d’une aide au développement du Fonds d’Aide à l’Innovation Audiovisuelle.
  • Pour les projets qui ont préalablement bénéficié d’une aide à l’écriture et/ou d’une aide au développement du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle, celle(s)-ci doiv(en)t avoir été obtenue(s) dans les cinq ans précédents et être clôturées au jour du dépôt.
  • Le projet ne peut simultanément faire l’objet d’une autre demande au CNC.
  • Le projet ne peut avoir bénéficié d’une aide à la production dans le cadre du CNC, ni d’un contrat d’achat de droits de diffusion par un éditeur de service de télévision.
  • Une entreprise de production ne peut bénéficier que de cinq aides en cours au titre du développement ou du développement renforcé du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle documentaire.
  • Un projet déjà refusé à l’aide au développement renforcé ne peut être représenté même s’il a fait l’objet de modifications. Aucune dérogation ne pourra être demandée.

Attribution de l’aide

Le montant moyen de l’aide au développement renforcé s’élève à 50 000 €, avec un plafond de
80 000 €. Le montant effectivement attribué est étudié au cas par cas en fonction de l’économie générale du projet et de l’enveloppe budgétaire annuelle du Fonds.
L’apport en numéraire de l’entreprise de production doit être au moins égal à 20 % du montant de l’aide.

Cette aide est versée en deux tranches à l’entreprise de production :

  • 80 % à la signature de la convention avec le CNC,
    - établie à la remise des pièces nécessaires, dont l’ensemble des contrat(s) inscrit(s) au registre public du cinéma et de l’audiovisuel.
  • 20 % à la remise des éléments suivants :
    - le lien de visionnage du pré-montage de l’œuvre ;
    - l’état récapitulatif des dépenses effectives engagées par le contractant. Ces comptes de dépenses devront être certifiés conforme aux écritures comptables ;
    - le plan de financement du développement ;
    - le budget et le plan de financement prévisionnels de production ;
    - l’état des recherches de financement du projet ;
    - les éventuels contrats de coproduction ;
    - la copie des bulletins de paie pour le règlement des salaires (hors salaires production) ;
    - la copie de la déclaration AGESSA concernant la rémunération des auteurs ;
    - un reçu signé de l'auteur et copie des chèques et relevés bancaires correspondants pour le règlement des droits payés dans la période n'ayant pas encore fait l'objet d'une déclaration AGESSA.
    - la liste artistique et technique des collaborateurs de création et des prestataires techniques ;
    - la copie des factures des principaux prestataires techniques.

Les bulletins de paie et les factures de plus de 12 mois précédant l’attribution de l’aide ne seront pas pris en compte, sauf cas exceptionnel lié au projet.

Le bénéficiaire doit impérativement fournir ce dossier dans un délai de 18 mois à compter de la décision d’octroi du CNC. A défaut l’entreprise de production est déchue de la faculté d’obtenir le second versement, et le reversement des sommes perçues peut être exigé.

Si le projet est abandonné, le bénéficiaire restitue tout ou partie des sommes versées au titre de l’aide au développement renforcé.

Remarque :

 

  • L’aide au développement renforcé, après validation, est compatible, dans la limite de l'intensité maximale des aides publiques, et selon le projet, avec les aides à la production du CNC suivantes :
    - aide audiovisuelle sélective ou automatique (Fonds de soutien audiovisuel),
    - avance sur recettes après réalisation,
    - aide après réalisation aux films de court métrage.

Précisions :

  • La candidature prend effet à partir de l’enregistrement du dossier complet (papier + électronique)
  • Le secrétariat de la commission conserve pour ses archives l’exemplaire papier déposé.
  • En cas de réponse défavorable, le projet ne pourra pas être présenté à l’aide à l’écriture du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle. Aucune dérogation ne pourra être demandée.

Prochaines Commissions

Dépôt des dossiers le mercredi 11 décembre 2019 de 9h30 à 18h00.
Les dossiers peuvent être déposés au CNC ou envoyés par la poste de manière à être arrivés au CNC au plus tard le mercredi 11 décembre 2019.




Composition de la commission

Voir les décisions de nomination

Second collège

La commission est composée d’un président et de quatre personnalités du cinéma et de la télévision.
 

Présidente : Maylis DE KERANGAL, écrivaine

Membres : 

  • Mitra FARAHANI, réalisatrice
  • Charles HEMBERT, diffuseur
  • Edouard MAURIAT, producteur
  • Colette QUESSON, productrice

Résultats des commissions

Voir les résultats antérieurs

29 mars 2019


Commission du 29 mars 2019

L’axe majeur de Régis SAUDER
Producteur : SHELLAC SUD
Aide accordée : 50 000 €
Depuis l’Axe Majeur à Cergy, on domine toute l’Ile-de-France. Annie Ernaux me l’a fait découvrir et depuis, je n’arrête pas d’y revenir. Comme elle, beaucoup de gens qui vivent là arrivent d’ailleurs, s’y mélangent, y trouvent une place. Leurs histoires se croisent et s’incarnent dans la Ville Nouvelle qui fête ses cinquante ans. Ensemble nous échangeons sur le sens de la vie dont ce ruban de béton est sans doute le symbole.

Les fous sont dans la ville d’Ilan KLIPPER
Producteur : LES FILMS DU BAL 
Aide accordée : 50 000 €
Les « fous » sont dans la ville. Certains ne sortent plus de chez eux, d’autres errent sans but dans les rues ou courent tout nus dehors. Parfois ils se retrouvent en HP. Mais ils en ressortent et continuent leur vie déjantée.

Incandescence des hyènes de Nicolas MATOS-ICHASO
Producteur : LA FABRICA NOCTURNA PRODUCTIONS
Aide accordée : 50 000 €
En Ethiopie, les forgerons de Harar ont la réputation de se transformer en hyènes, pour rôder dans la vieille ville. Poème visuel ayant comme toile de fond l’inquiétante beauté nocturne de Harar et sa passion pour le khât, ce film nous plonge dans le travail des ferronniers éthiopiens, déclassés socialement. La nuit, derrière la modification des corps au travail et la possibilité d’une métamorphose des forgerons en hyènes, naît un basculement du réel.

Le projet de mariage d’Atieh ATTARZADEH et Hesam ESLAMI
Producteur : CARACTERES PRODUCTIONS
Aide accordée : 40 000 €
A Téhéran, dans un centre pour patients atteints de maladies mentales, un donateur propose de financer l’installation de couples de patients mariés. L’initiative, qui est largement soutenue par les patients, divise la direction. Le projet de mariage est un film sur le droit à une vie intime et amoureuse.

Relaxe d’Audrey GINESTET
Producteur : DEUXIEME LIGNE FILMS
Aide accordée : 40 000 €
En mars 2018, les 8 inculpés de l’affaire Tarnac entrent dans le Tribunal de Grande Instance de Paris sous les caméras des journalistes. Ils ne savent pas encore qu’ils seront tous relaxés. Désignés par les médias comme anarcho-autonomes et longtemps accusés de terrorisme, ils se défendent collectivement, en accord avec leurs convictions et la façon dont ils conduisent leur vie, qui est indissociable de leur engagement. Ma caméra les accompagne dans la préparation des audiences, les aide à se défendre et enregistre de l’intérieur le théâtre de ce procès.

Les saisons de Maureen FAZENDEIRO
Producteur : NORTE PRODUCTIONS
Aide accordée : 40 000 €
Du présent de l’enfance sans mémoire au temps mythique des légendes, de la Seconde Guerre mondiale à la reconquête du Portugal aux mains des Maures, des occupations des propriétés agricoles pendant la Révolution des Œillets aux temps immémoriaux d’avant l’écriture, le film voyage, au fil des saisons, dans l’histoire vraie et inventée d’une région du Portugal, l’Alentejo, et des peuples qui l’ont habitée.

Ultraviolette de Claudie HUNZINGER et Robin HUNZINGER
Producteur : ANA FILMS
Aide accordée : 50 000 €
Un road-movie adolescent. La fuite en avant d’une très jeune fille. On l’appelait Ultraviolette.


Contacts

Direction de la création, des territoires et des publics
Service de la création
291 boulevard Raspail 
75675 Paris Cedex 14


Articles liés

17 octobre 2019

Eurimages : 30 ans de soutien au cinéma

Actif depuis 1989, ce fonds de soutien à la coproduction, le plus important au monde sur le plan financier, souffle sa trentième bougie. Une excellente occasion pour nous pencher sur son fonctionnement...