« Petite Fleur » de Santiago Mitre vu par… sa coproductrice française Didar Domehri

« Petite Fleur » de Santiago Mitre vu par… sa coproductrice française Didar Domehri

13 juin 2022
Cinéma
Tags :
Daniel Hendler et Vimala Pons dans « Petite Fleur » de Santiago Mitre.
Daniel Hendler et Vimala Pons dans « Petite Fleur » de Santiago Mitre. KMBO

À la tête de Maneki Films, Didar Domehri accompagne le cinéaste argentin Santiago Mitre depuis Paulina en 2015. Petite Fleur, son premier film tourné en France, une comédie noire sur un couple franco-argentin en pleine crise où l’absurdité règne en maître, marque une nouvelle étape dans leur collaboration. Retour sur la genèse du projet avec la productrice.


Comment avez-vous rencontré Santiago Mitre ?

Il y a une dizaine d’années en plein tournage de son premier long métrage El Estudiante. À l’époque, je travaille avec Pablo Trapero pour lequel j’ai coproduit Elefante blanco (2012), et Santiago a coécrit plusieurs de ses films. Quelques mois plus tard, je découvre El Estudiante qui m’impressionne vraiment. Dans la foulée, je vais voir Santiago pour lui faire part de mon envie de travailler avec lui. C’est ainsi que tout commence entre nous et la productrice argentine Agustina Llambi Campbell, avec qui Santiago a monté une société de production. Je coproduis Paulina (Grand Prix de la Semaine de la Critique en 2015) qui lance véritablement la carrière de Santiago en Europe puis deux ans plus tard El Presidente. Le film est sélectionné à Un Certain Regard. Distribué par Memento, il connaît un joli succès en France.

Quand le projet de Petite Fleur est-il né ?

Il est arrivé au moment de mettre la touche finale à El Presidente. Santiago me parle alors de Petite fleur (jamais ne meurt), un roman d’un de ses amis écrivains, l’Argentin Iosi Havilio, qu’il adore. Il m’explique que ce livre lui reste dans la tête et qu’il souhaite l’adapter. Dans le roman, le personnage principal vit dans une ville éloignée de son pays d’origine. Très vite, nous avons trouvé intéressant d’ancrer l’action en France. À partir de là, Santiago se met à l’écriture avec celui qui est son complice de plume depuis son premier film, Mariano Llinás [le réalisateur de La Flor, NDLR], rencontré à l’école de cinéma. Une fois ce travail terminé, nous nous lançons dans le casting. Il mêle le comédien uruguayen Daniel Hendler [Ours d’argent du meilleur acteur en 2004 à Berlin pour Le Fils d’Elias de Daniel Burman, NDLR] que Santiago avait à l’esprit depuis le début et une distribution française réunie par la directrice de casting Sarah Teper : Melvil Poupaud, Vimala Pons, Françoise Lebrun et Sergi López. Quant au tournage, il s’est déroulé entre l’Île-de-France et la ville de Clermont-Ferrand.

Comme pour les comédiens, le casting des techniciens mixe aussi les nationalités…

Oui. Ce mélange va de soi vu que Petite Fleur est une coproduction franco-argentine, à laquelle se sont joints une productrice en Espagne et un producteur en Belgique. Santiago a fait appel une nouvelle fois à son fantastique chef opérateur Javier Julia, déjà à l’œuvre sur El Presidente. Dans mes deux précédents films avec Santiago, les tournages ont eu lieu en Argentine et la postproduction en France. Pour Petite Fleur, l’inverse s’est produit avec une équipe de tournage très majoritairement française, dans cette même logique de répartition des dépenses entre les différents pays investisseurs. Nous avons terminé le tournage juste avant le déclenchement du premier confinement. À partir de là, rien n’a été simple car les Argentins ont été confinés de manière beaucoup plus stricte et plus longtemps que nous. 

Avez-vous trouvé Petite Fleur plus complexe à financer que les deux précédents films de Santiago Mitre que vous avez coproduits ?

Petite Fleur a été compliqué à financer, car il n’est jamais évident d’aller voir des partenaires potentiels pour leur proposer le projet d’un réalisateur qui sort de sa zone de confort. Or avec ce film, Santiago le fait à plusieurs titres.

Il s’agit de son premier film en France et en français, loin de son pays et de sa langue natale ; de sa première incursion dans la comédie et de sa première histoire d’amour à l’écran alors qu’il est identifié comme attaché à des sujets très politiques.

Avec Petite Fleur, Santiago a donc choisi de se réinventer. Nous sommes malgré tout parvenus à trouver des partenaires solides : ceux qui se sont révélés les plus passionnés par le sujet. On a aussi pu compter sur l’aide au développement du CNC, l’apport d’Eurimages, le soutien des régions Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes, la présence de plusieurs SOFICA, de KMBO à la distribution et de Playtime pour les ventes internationales. J’en suis intimement persuadée : ce film aurait été bien plus complexe à monter financièrement ailleurs qu’en France.


Le tournage en France a-t-il changé votre relation de travail avec Santiago Mitre ?

C’est surtout lui qui a dû faire preuve d’adaptation à un autre environnement et à une partie de l’équipe technique qu’il ne connaissait pas. Mais, pour ma part, le fond de mon travail est resté le même : m’adapter à ses besoins et faire en sorte qu’il travaille dans les meilleures conditions.

Quelle est sa singularité à vos yeux ?

Sa formation de monteur. Même si nous avons fait appel à deux monteurs argentins, Andrés P. Estrada et Alejo Moguillansky ainsi qu’à la monteuse française Monica Coleman, Santiago a aussi participé activement au montage. C’est donc un cinéaste présent à tous les stades de la fabrication, de l’écriture à la postproduction.

Pourquoi avoir voulu mêler monteurs argentins et français ?

Le film est en deux langues et s’amuse avec la subtilité de ces deux langages. Il m’a donc semblé important d’avoir l’avis de monteurs argentins et français pour ne rien rater. Surtout dans une comédie qui joue sur les dialogues.

Comment Petite fleur a-t-il été perçu en Argentine ?

La toute première projection là-bas a eu lieu à Buenos Aires en ouverture du festival BAFICI (Festival International du cinéma Indépendant de Buenos Aires), en avril dernier. Nous avons vraiment été fous de joie de voir la réaction enthousiaste du public argentin. Découvrir à quel point Petite Fleur possède plusieurs strates a été passionnant : les Français ne rient pas aux mêmes scènes que les Argentins, en fait, chaque pays a sa lecture propre du récit… Cet aspect lui promet une belle carrière internationale.

Obtenir les droits d’utilisation de Petite Fleur, la chanson de Sidney Bechet qui tient un rôle important dans le film a été l’une de vos premières quêtes ?

Totalement. Nous avons écrit une note d’intention très détaillée à la famille de Sidney Bechet afin d’expliquer pourquoi cette chanson était essentielle au film. Et cela a marché ! On entend plusieurs versions de la chanson dans le film, mais pour la petite histoire, celle du générique final a été composée à la demande de Santiago par Benjamin Biolay – grand amoureux de l’Argentine et ami proche de Melvil Poupaud – spécialement pour le film. C’est un inédit.

PETITE FLEUR

Réalisation : Santiago Mitre
Scénario : Santiago Mitre, Mariano Llinás d’après Petite fleur (jamais ne meurt) de Iosi Havilio
Photographie : Javier Julia
Montage : Andrés P. Estrada, Alejo Moguillansky et Monica Coleman 
Musique : Gabriel Chwojnik 
Production : Maneki Films, Setembro Cine, Logical Pictures, Panache Productions, La Unión de los Ríos, La Compagnie Cinématographique
Distribution : KMBO
Ventes Internationales : Playtime