Arte diffuse « Aquarius » de Kleber Mendonça Filho

Arte diffuse « Aquarius » de Kleber Mendonça Filho

27 février 2019
Cinéma
Aquarius
Aquarius SBS Distribution

Un film franco-brésilien qui dresse le portrait d’une femme et de la société brésilienne.


Ancienne critique musicale née dans un milieu bourgeois de Recife (Brésil), Clara vit dans l’Aquarius, un immeuble singulier des années 40 situé sur une avenue huppée bordant l’océan. Ce dernier est dans le viseur d’un promoteur immobilier qui a racheté tous les appartements, sauf celui de Clara qu’elle refuse de vendre. Le conflit qui naît entre la sexagénaire et le promoteur conduit celle-ci à se remémorer son passé, sa vie et les personnes qu’elle a aimées. Cette histoire est celle d’Aquarius, film franco-brésilien réalisé par Kleber Mendonça Filho.

Présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2016 et nommé en 2017 pour le César du meilleur film étranger, ce portrait de femme est le deuxième long métrage de son réalisateur. Kleber Mendonça Filho y filme sa ville natale. Il passa en effet son enfance à Recife, avant de partir avec sa famille au Royaume-Uni au début des années 1980 où il resta quelques années avant de revenir au Brésil. Un temps critique de cinéma, il se tourna finalement vers une autre facette du septième art : la réalisation. Après plusieurs documentaires et courts métrages, il réalisa un premier long métrage, Les Bruits de Recife (qu’Arte diffuse également ce soir, après Aquarius).

Dans ce premier film, choisi pour représenter le Brésil pour l’Oscar 2014 du meilleur film étranger, il abordait les questions sociales ou politiques animant la société brésilienne. « Je pense qu’on ne peut pas représenter la vie et les actions quotidiennes sans mettre en lumière leurs contradictions, qui peuvent être intéressantes, drolatiques ou sinistres. En fait, dans l’écriture de mes films, il m’est difficile d’ignorer ces aspects de la société, et notamment de la société brésilienne (…) Mon défi est de chercher à représenter cette société dans sa complexité », expliquait-il ainsi lors de la sortie d’Aquarius.

Au travers de ce film à (re)voir ce mercredi soir à 20h55 sur Arte (il sera disponible ensuite en streaming sur le site de la chaîne pendant sept jours), Kleber Mendonça Filho met également en lumière le bouleversement immobilier qui secoue sa ville. « À Recife, la ville a été totalement remodelée dans son modus operandi par les exigences du marché, et rien n’a été fait pour la protéger des intérêts commerciaux. J’entends toujours que le Brésil est un jeune pays, qui n’a pas le même attachement à l’Histoire comme l’on peut voir en Europe. C’est absurde, car une ville comme Recife, qui a environ cinq cents ans, a une longue histoire. Et la spéculation immobilière semble avoir réussi à détruire une partie importante de grandes capitales brésiliennes pour offrir des nouvelles constructions qui obéissent à un certain design et promouvoir une idée du renouveau, en effaçant le ‘vieux’ ».