« Mommy », le combat d’une mère vu par Xavier Dolan

« Mommy », le combat d’une mère vu par Xavier Dolan

08 mars 2019
Cinéma
Mommy
Mommy Metafilms - Sons Of Manual

Programme TV - Prix du jury (ex-æquo avec Adieu au langage de Jean-Luc Godard) au Festival de Cannes 2014 et César 2015 du meilleur film étranger, Mommy est diffusé ce vendredi 8 mars, date de la Journée internationale des Droits des Femmes, à 20h50 sur Altice Studio.


Cinquième film de Xavier Dolan, Mommy fait le portrait d’une famille monoparentale aux multiples fêlures. Diane élève seule son fils adolescent Steve, atteint d’un Trouble de déficit de l'attention / hyperactivité qui le rend aussi bien impulsif et violent que turbulent. Malgré un quotidien difficile, ils tentent de joindre les deux bouts et bénéficient, pour cela, de l’aide de Kyla, leur énigmatique voisine d’en face. Ensemble, ils tentent de trouver un équilibre, même précaire. Pour incarner cette mère de famille aux prises avec un combat perdu d’avance, Xavier Dolan a de nouveau fait appel à Anne Dorval qu’il mettait déjà en scène dans J’ai tué ma mère. A la différence près qu’elle incarnait dans ce film sorti en 2009 une mère détestée et méprisée par son fils adolescent.

A l’affiche également des Amours imaginaires et de Lawrence Anyways, Anne Dorval se glisse pour Mommy dans la peau d’une « combattante de nature » au « tempérament intempestif », « à la dégaine beaucoup trop sexuée » et au « langage de charretier ». Mais loin de s’arrêter à cette simple façade, Xavier Dolan a choisi de faire de Diane une femme « pratiquement invincible, un insubmersible roc à qui la vie ne peut pas dire non ». Il filme la mère qui se bat plus que tout pour un fils, sans pour autant vouloir s’oublier elle-même. Une mère qui se cramponne à l’espoir d’offrir un refuge sûr à son rejeton dont le comportement « problématique » l’a mené dans plusieurs centres spécialisés. Mais Xavier Dolan filme avant tout la mère tout court, celle qui est encore et toujours au cœur de ses pensées et de son travail. « La mère, c’est là d’où l’on vient, et l’enfant, qui l’on est, qui l’on est devenu », expliquait-il d’ailleurs lors de la sortie du film.  

« S’il est un sujet que je connaisse sous toutes ses coutures, qui m’inspire inconditionnellement, et que j’aime par-dessus tout, c’est bien ma mère. Quand je dis ma mère, je pense que je veux dire LA mère en général, sa figure, son rôle. Car c’est à elle que je reviens toujours. C’est elle que je veux voir gagner la bataille, elle à qui je veux écrire des problèmes pour qu’elle ait toute la gloire de les régler, elle à travers qui je me pose des questions, elle qui criera quand nous nous taisons, qui aura raison quand nous avons tort, c’est elle, quoi qu’on fasse, qui aura le dernier mot, dans ma vie », expliquait-il dans sa note d’intention.

Mommy est à (re)découvrir en cette Journée internationale des Droits des Femmes du 8 mars à partir de 20h50 sur Altice Studio.