Murielle Joudet reçoit le Prix du livre de cinéma pour son ouvrage sur Gena Rowlands

Murielle Joudet reçoit le Prix du livre de cinéma pour son ouvrage sur Gena Rowlands

Gena Rowlands (c) D.R.jpg
Gena Rowlands DR
Le CNC récompense chaque année depuis 2017, un ouvrage consacré au cinéma. Le jury 2021 présidé par Isabelle Carré a décerné le Prix à Murielle Joudet pour son Gena Rowlands, on aurait dû dormir, portrait très personnel de la comédienne américaine.

Gena Rowlands, on aurait dû dormir de Murielle Joudet Capricci

Créé en 2017 par le CNC, le Prix du livre de cinéma, récompense chaque année un ouvrage pour sa « qualité littéraire », et sa « capacité à s’adresser à un public large et à communiquer un savoir sur le cinéma. » Le jury présidé cette année par la comédienne et écrivaine Isabelle Carré a décerné le Prix à Murielle Joudet pour son ouvrage : Gena Rowlands : on aurait dû dormir, édité chez Capricci.

L’auteure, collaboratrice des pages cinéma du Monde et des Inrockuptibles, avait déjà signé Isabelle Huppert, vivre ne nous regarde pas (déjà chez Capricci). Comme pour son précédent ouvrage, elle signe une approche très personnelle de son sujet, en l’occurrence ici, l’actrice américaine Gena Rowlands. Elle en explore les différentes facettes : l’actrice, l’inspiratrice, la muse, l’anti-star au « glamour fatigué » qui perpétue pourtant l’héritage des plus grandes tragédiennes hollywoodiennes, mais aussi la femme engagée. « Gena Rowlands, écrit Murielle Joudet, a montré le chemin d’une féminité ébréchée et incomprise qui n’assure pas le spectacle qu’on lui réclame mais en prépare un autre en marge de la scène officielle. L’échec et l’accablement deviennent, entre les mains de ses héroïnes, des moteurs existentiels, des manières de continuer à être en vie ».

Le parcours de Gena Rowlands est bien sûr indissociable de celui de son mari, le cinéaste John Cassavetes, pape du cinéma indépendant américain, qui lui a donné ses plus beaux rôles : la tempétueuse Mabel (Une femme sous influence), la vacillante Myrtle Gordon (Opening Night) ou encore l’aventurière Gloria Swenson (Gloria). L’ouvrage de Murielle Joudet consacre une grande partie de son livre à ce qu’elle nomme « un couple à deux têtes » et sonde les rapports entre le réel et la fiction dans une vie amoureuse qui n’a jamais cessé d’être des allers et retours constants entre ces deux mondes.  

Pour cette édition 2021 du Prix du livre, la présidente Isabelle Carré était entourée du journaliste et producteur Alain Kruger en qualité de vice-président mais aussi de Juliette Cerf, journaliste à Télérama, Carole Desbarats, directrice artistique des Rencontres nationales du Havre sur les séries, ou encore de Régine Hatchondo, présidente du Centre national du livre, Bruno Marion, libraire cinéma à la Fnac.

Le montant du Prix s’élève à 10 000 euros, répartis équitablement entre l’auteur(e) et la maison d’édition.

Le Prix du livre de cinéma 2020 avait été attribué à Qu’est-ce que le cinéma ? de Germaine Dulac et Marie-Anne Colson-Malleville, dirigé par Clément Lafite et Tami Williams (éditions Light Cone).